Le silence complice des médias

Les médias mondiaux sont-ils complices de la dissimulation des véritables causes profondes des troubles en cours sur les lieux saints de Jérusalem ? En effet, les agences de presse répètent les mêmes erreurs qu’elles ont commises avant le conflit initié par le Hamas avec Israël en mai 2021, en ne faisant pas le lien entre la violence palestinienne et les efforts de déstabilisation de l’Iran dans la région. Le 15 avril 2022, quelques heures seulement après que les partisans du Hamas ont lancé un nouvel assaut prémédité contre les forces de sécurité israéliennes au sommet du mont du Temple, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a téléphoné au chef politique du groupe terroriste palestinien. Au cours de la conversation, le haut diplomate de Téhéran aurait salué le chaos promu par le Hamas à l’intérieur et à l’extérieur de la mosquée Al-Aqsa comme « la résistance du peuple héroïque et courageux de Palestine ».

Le soutien de la République islamique à la cause saine de la libération de la Palestine

Pour sa part, le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a remercié Amir-Abdollahian pour le « soutien de la République islamique à la cause sainte de la libération de la Palestine et de la ville sainte d’al-Qods [Jérusalem en arabe] ». La veille, le dirigeant iranien Ali Khamenei avait publié l’enregistrement d’un discours dans lequel il louait les émeutiers palestiniens.

Un mufti de Jérusalem en réunion avec les dirigeants des organisations terroristes

Pendant ce temps, un haut responsable religieux palestinien qui prêche à Al-Aqsa cette semaine a assisté à une conférence virtuelle aux côtés des dirigeants du Hamas, du Hezbollah et du Jihad islamique palestinien (JIP), toutes des organisations terroristes désignées par les États-Unis qui reçoivent un soutien substantiel de l’Iran. Dans leurs discours vidéo, les commandants terroristes ont averti que les tensions à Jérusalem pourraient déclencher un « conflit régional » impliquant l’Iran et ses mandataires. Pourtant, alors que les analystes et même les responsables palestiniens s’accordent à dire que le Hamas soutenu par l’Iran – et non la Jordanie ou l’Autorité palestinienne – contrôle désormais le Mont du Temple, où se trouve le complexe de la mosquée Al-Aqsa, la plupart des médias n’ont pas rendu compte du rôle des mollahs dans incitation à la violence à Jérusalem. Cela survient alors que la situation sécuritaire en Israël s’était rapidement détériorée l’année dernière le 7 mai, déjà durant la Journée de Qods

La Journée Al Qods pour « intensifier la haine mondiale » contre le « régime sioniste »

Organisée chaque année le dernier vendredi du Ramadan, cette journée a été lancée en 1979 par le dirigeant iranien de l’époque Ruhollah Khomeiny pour protester contre l’existence de l’État juif. Depuis lors, à chaque journée de Quds, les responsables iraniens ont réitéré l’engagement de la République islamique à « effacer le régime sioniste » par le biais de ses mandataires terroristes. Pour atteindre cet objectif, l’Iran fournit au Hamas, au JIP et à d’autres groupes terroristes palestiniens des fonds, des armes et une formation militaire. L’ayatollah Ahmad Jannati, secrétaire du Conseil des gardiens de l’Iran, a récemment expliqué que la Journée de Qods sert également à « intensifier la haine mondiale » du « régime sioniste occupant ». En fait, les autorités municipales de Berlin en 2021 ont interdit la marche de la Journée de Quds en raison de la nature violente et antisémite de l’événement. Des organisations juives ont demandé à Londres de leur emboîter le pas.Cette année, la Journée de Qods tombe le vendredi 29 avril. En prévision, Téhéran a lancé une campagne sur les réseaux sociaux avec le slogan « Palestine, le premier problème du monde musulman ». Le hashtag qui l’accompagne, #Qods_Main_Issue, a été partagé quelque 1 500 fois par des comptes Twitter liés au régime iranien en quelques jours. Des documents distribués par le ministère iranien des Affaires étrangères préconisaient que « le régime sioniste illégitime [soit] déclaré démantelé » par des groupes terroristes qui opèrent sous la bannière de « l’Axe de la résistance » iranien.

La rhétorique de la haine contagieuse

L’influence de l’Iran s’infiltre également dans la rhétorique régulièrement utilisée par le Hamas, le « défenseur de Jérusalem et des lieux saints islamiques » autoproclamé. Le 26 avril, Ekrima Sabri, l’ancien grand mufti de Jérusalem, a participé à un sommet en ligne marquant la Journée de Quds. Parmi les orateurs figuraient Hassan Nasrallah du Hezbollah, Ismail Haniyeh du Hamas et Ziyad al-Nakhala du JIP – ainsi que l’archevêque de l’Église orthodoxe grecque de Jérusalem. « La nation [islamique] est obligée de défendre les habitants de Jérusalem », a déclaré Sabri lors de la conférence parrainée par l’Iran. Notamment, le successeur de Sabri en tant que grand mufti a été expulsé de la mosquée Al-Aqsa en mai 2021 après avoir refusé de soutenir le Hamas dans son sermon. Nasrallah a ajouté : « Jérusalem a un Axe qui crée une équation régionale forte et solide pour la protéger et la libérer ». Un représentant des rebelles houthis basés au Yémen a exprimé un sentiment similaire, déclarant que « toute menace existentielle contre Al-Qods signifie une guerre régionale », et que les Houthis soutenus par l’Iran « n’hésiteraient pas à participer » avec « nos frères dans le Axe de la résistance et du djihad. Le chef du JIP al-Nakhala a été tout aussi clair : « L’Iran soutient également la libération de la Palestine avec toute sa force et son engagement », a-t-il noté. Le lendemain, les médias officiels iraniens ont rapporté qu’une délégation du Hamas était arrivée à Téhéran. L’article d’IRNA a déclaré que le groupe, dirigé par Khalil al-Hayya, assisterait à une réunion le 28 avril afin de discuter « du dernier statut de la résistance de la nation palestinienne ».

La journée Al Qods un appel à la violence de tous les musulmans

Pour ne pas être en reste, d’autres groupes terroristes palestiniens qui reçoivent le soutien de l’Iran, notamment le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et les Comités de résistance populaire, ont appelé à davantage de violence lors des événements de la Journée de Qods qui se déroulent dans la bande de Gaza. La main de l’Iran qui a semé l’agitation à Jérusalem et au-delà est clairement visible. Pourtant, lors d’une interview le 20 avril avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett, la présentatrice de CNN, Christiane Amanpour, a accusé Israël de créer « beaucoup de tension » en tentant de réprimer la violence sur le site le plus sacré de Jérusalem.Comme l’a noté l’analyste Jonathan Schanzer dans son livre « Gaza Conflict 2021 », « les préparatifs d’un conflit contre Israël sont constants, et généralement avec l’aide de sponsors étatiques. Il y a rarement une seule étincelle qui déclenche un conflit.

JForum – Algemeiner

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.