Dans sa guerre contre l’Iran, Israël a bombardé une nouvelle fois les milices chiites opérant sur le territoire syrien, le 13 janvier. Un 4e raid aérien en moins de trois semaines. Cette multiplication des frappes en Syrie a-t-elle pour but d’empêcher tout futur rapprochement entre l’Administration Biden et l’Iran? Analyse.

Le 13 janvier, la Syrie a été une nouvelle fois bombardée par Israël.

Si l’AFP, se basant sur les chiffres communiqués par une ONG basée à Londres, fait état de 57 morts, Sana –l’agence de presse syrienne– et plusieurs sources bien informées sur les évènements en Syrie ne décomptent qu’une victime et plusieurs blessés. Quant à l’Iran –indirectement visé par Tsahal– il n’a déclaré «aucune victime».

Au-delà de la guerre de propagande autour de son bilan, ce nouveau raid israélien contre les milices alliées à Téhéran est le quatrième en moins de trois semaines. Pourquoi une telle intensification des frappes à une semaine de l’entrée fonctions du prochain Président des États-Unis, Joe Biden?

Israël inquiet de la politique de Joe Biden vis-à-vis de ses alliés du Golfe: fantasme ou crainte légitime?

Des officiels israéliens compteraient pousser Washington à limiter les pressions de l’Administration Biden sur l’Arabie saoudite, les Émirats et l’Égypte, au sujet des droits de l’Homme, de peur que cela ne renforce l’Iran. Pour Christian Chesnot, spécialiste du Moyen-Orient, estime pourtant que Jérusalem n’a pas grand-chose à craindre.

«Nous avons été très près de perdre l’Égypte il y a plusieurs années et notre message à l’Administration Biden sera le suivant: “Allez-y lentement, des changements radicaux ont eu lieu, ne vous laissez pas aller à des prédispositions et ne nuisez pas aux relations avec l’Arabie saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis”», explique le journaliste israélien Barak Ravid sur le site d’information américain Axios.

Joe Biden, l’homme du tournant avec le Golfe persique?

Il assure que l’appareil diplomatique d’Israël compte user de toute son influence pour peser sur l’Administration Biden afin que celle-ci ne mène pas la vie trop dure aux États susmentionnés au sujet des droits de l’Homme.

«La relation stratégique entre les États-Unis et Israël est très particulière. Pendant quatre ans, il y a eu une fusion entre Netanyahou et Trump. C’était l’Administration américaine la plus pro-Israël de l’histoire», rappelle le journaliste Christian Chesnot, spécialiste du Moyen-Orient.

Les pays du Golfe persique ont également bénéficié de relations plutôt privilégiées avec Washington pendant la présidence de Donald Trump. L’affaire Khashoggi, dans laquelle Riyad était directement impliquée, en est un exemple éloquent.

 

À l’inverse, Joe Biden avait annoncé pendant sa campagne électorale qu’il ne montrerait aucune complaisance envers ses alliés qui ne respecteraient pas les droits de l’Homme, visant en particulier les pays du Golfe. «Sous l’Administration Biden-Harris, nous allons réévaluer nos relations avec le Royaume [d’Arabie saoudite, ndlr], mettre fin au soutien américain à la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen, et nous assurer que l’Amérique ne mette pas ses valeurs à la porte pour vendre des armes ou acheter du pétrole

Anecdote tout sauf anodine: aucun des dirigeants des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et de l’Égypte ne figurait dans la liste des 17 chefs d’État appelés par Joe Biden après sa victoire à l’élection présidentielle américaine. Mais le réel tend souvent à rattraper l’idéal, explique Christian Chesnot, et les contraintes économiques peuvent parfois passer avant les impératifs moraux:

«Même si Joe Biden a dit que pour lui, les droits de l’Homme seraient une priorité, on peut imaginer que, compte tenu de la situation économique et financière des États-Unis, qui est dans une grande difficulté, Washington ne puisse pas se permettre de couper les ponts ou de se mettre à dos les pays du Golfe.»

Les juteux contrats liés aux ventes d’armes risquent donc de contrecarrer les nobles ambitions du nouveau Président américain.

Biden cherchera-t-il à ménager Jérusalem et Téhéran?

Une réalité historique que rappelait Myriam Benraad, chercheuse associée à l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman) et spécialiste du Moyen-Orient:

«Sous l’Administration Obama, qui portait le même discours que Biden sur la question des droits de l’Homme et de la démocratie, cette alliance avec l’Arabie saoudite et ses alliés n’a pas été remise en cause. On est donc plus sur des effets d’annonce que sur une politique qui va réellement évoluer.»

La grande inconnue se situe donc du côté de la politique américaine vis-à-vis de Téhéran.

Selon Israël, la première menace sur son existence est du côté de l’Iran et toute sa politique régionale s’inscrit dans ce contexte. Ainsi, la volonté présumée de Tel-Aviv de lobbying vis-à-vis de l’Administration Biden est à mettre en perspective avec la volonté de Washington d’infléchir sa relation avec Téhéran. Pourtant, même si le Président Démocrate a affiché sa volonté de revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien, il est difficile de prévoir quels seront les termes d’un éventuel nouveau traité. Entre-temps, les Iraniens sont passés à 20% d’uranium enrichi, ce qui est une étape importante vers la création de l’arme nucléaire.

Henry Kissinger (photo d'archives)
© AP PHOTO / THOMAS PETER

L’autre sujet d’inquiétude pour Israël, souligne Barak Ravid pour Axios, est qu’un refroidissement des relations entre Washington d’une part et l’Arabie saoudite, les EAU et l’Égypte de l’autre ne pousse ces derniers à se rapprocher de la Russie et de la Chine.

Joe Biden devra donc jouer les équilibristes dans sa politique régionale pour satisfaire tous les acteurs. Arrivera-t-il à ménager la chèvre et le chou?

6 Commentaires

  1. Que pouvez vous attendre de BIDEN , il est la marionnette d’OBAMA et kamallah le sera aussi ! elle avait récolté 3% dans les primaires et est devenue Vice présidente , choisie par OBAMA parait-il !

  2. Donc il n’y a jamais eu fraudes ???
    On n’en saura jamais rien ? et JULIANI que devient-il , et tous les témoins ???
    La dictature des démocrates US est autrement plus dégueulasse que celle de Chine ou d’ailleurs …

  3. Joe le sénile a finalement été élu après le coup d’Etat numérique organisé par les fascistes « Démocrates » et il n’est pas du tout certain qu’il ira au bout de son mandat, c’est long quatre ans dans son état de sénilité avancée, il a déjà du mal à lire sans hésiter son prompteur.
    Ce sera Harris, sa colistière, qui deviendra la première femme noire Présidente des USA, pour le plus grand bonheur d’Obama qui a organisé ce coup tordu.
    Comment expliquer que Joe le sénile qui a passé sa campagne planqué dans sa cave, et qu’il n »arrivait pas à marcher, arrive maintenant sur scène en sautillant et en jetant sa veste comme une rock star, le teint bronzé, le visage bourré de botox et l’oeil gauche réparé ?
    Harris, la prochaine marionnette d’Obama le tordu, pourra alors terminer le sale boulot qu’il a entamé et il fera tout ce qu’il faut pour détruire son pays qu’il déteste, en commençant par défaire tout ce que TRUMP qu’il déteste aura réalisé, à commencer par la reprise du désastreux accord qu’il a signé avec les mollahs iraniens.
    Il faut se souvenir que le sinistre Obama s’est engagé depuis le début de son mandat avec les Frères Musulmans et les enturbannés qui ont obtenu des milliards de dollars pour reprendre leur terrorisme international et la course à la bombe atomique.
    Pendant ce temps, l’Agence France Pourriture continue à vomir tous les jours, des saloperies inimaginables, et à vider ses poubelles puantes sur TRUMP, pendant que les torchonistes français les reprennent telles quelles et les publient dans les torchons subventionnés.
    Il ne faut pas prêter attention aux déclarations de Joe la marionnette sénile entre les mains de toutes sortes de fascistes qui pullulent chez les « progressistes » et autres fachos « Démocrates » soutenus par les merdeux dégénérés des réseaux sociaux qui puent.
    Bientôt, le désastreux Obama pourra reprendre ses saloperies là où elles s’étaient arrêtées avant que TRUMP ne se retire de l’accord délirant signé avec l’Iran terroriste, et il fera tout son possible pour le restaurer et entamer un troisième mandat dévastateur…

  4. Tous les « experts » ne citent que le model Obama, et sa main qui agite la marionnette Biden…
    Pourtant, une autre main, sans gant celle-là, va pianoter avec une partition originale, et sans doute surprenante…
    Car c’est elle, bien entendu, qui va être présidente, et très prochainement.
    Elle a « quelque chose » à faire payer…
    Ce sera cher.
    À moins que les Républicains, à leur tour, démontrent la gigantesque supercherie et « umpechent »… Mais les réseaux veillent.
    On verra ce que le Metteur en Scène nous prépare, au fur et à mesure…

  5. Quand vous parlez de  » la volonté présumée de Tel – Aviv  » j’avoue être perdu. Je suis allé souvent à Tel – Aviv depuis 1972 et malgré mes recherches je n’y ai trouvé aucun gouvernement. Par contre, si vous cherchez le rosh hamemshalah et la knesset: prenez le train. Il vous conduira en moins de 30 minutes vers une ville merveilleuse: Jérusalem.
    Vous connaissez ?

  6. Il vaut mieux être réaliste et n’attendre rien de bon de la part de bidet. Il y a deux raisons à cela : d’une part, l’individu semble vouloir mettre ses pas dans ceux d’obama; d’autre part, sa vice-présidente, encore pire, semble jouir d’une grande influence auprès de lui. Or, l’on sait quelles sont ses options politiques à propos du moyen-orient. Le pire qui pourrait survenir, serrait que bidet démissionne pour raisons de santé (il est âgé de plus de 78 ans) ou même qu’il décède avant la fin de son usurpé mandat. Du souci pour Israël, mais n’oublions pas que notre pays a surmonté le pire, représenté par les carter, clinton et obama. Espérons et prions le ciel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.