Iran : répression brouillonne des révoltes du Khuzestan©

0
551

L’Iran embrouillée dans la contention et la répression de manifestations en hausse

Le régime iranien bouge rapidement pour tenter de réprimer les protestations massives contre les interruptions d’électricité et la pénurie d’eau dans la région du Khuzestan, riche en pétrole et les manifestations des travailleurs qui se poursuivent pour leurs droits à Téhéran.

Le Conseil National de la Résistance d’Iran (CNRI) – une coalition de groupes de l’opposition iranienne en exil, dirigée par le groupe intertdit des Mudjahidin du Peuple d’Iran (MEK) – a déclaré que le Gouvernement a expédié des éléments de la police anti-émeutes de la Province voisine de Fras, afin de contenir les manifestations du Khuzestan.

 

 

 

 

 

La Police confrontée aux manifestations d’Ahvaz, en Iran.

Les forces locales de la Police du Khuzestan, selon le groupe d’opposition, ont aussi déclaré toutes les manifestations illégales, alors que les autorités disent avoir tenté de ralentir les connexions internet délivrées par l’Etat, afin d’empêcher le chargement de vidéos enregistrées des manifestations, selon un reportage du site internet TheNewArab.

A Téhéran, des milliers d’employés de divers secteurs, dont les infirmières, les mineurs, les enseignants et les chauffeurs de bus, se sont rassemblés devant le Parlement et l’Hôtel de Ville de Téhéran, la semaine dernière, exigeant la sécurité de l’emploi, les droits salariaux et l’assurance du travail, selon l’American Thinker, du 5 mars.

“Les rassemblements se sont tenus malgré de sévères mesures de sécurité”, selon le CNRI. “Les forces répressives maintenaient un contrôle étroit du Parlement et de l’Hôtel de Ville encerclant certaines zones par crainte que de vastes groupes de gens ne se joignent aux manifestations et elles interdisaient aux piétons de stationner et de rejoindre les protestataires.

“Les passants saluaient et encourageaient les manifestants et leur offraient leur sympathie et leurs hommages, tout en signalant leur haine de ce régime”.

Certains membres du Parlement ont stigmatisé ces manifestations comme représentant “une menace nationale” et ont appelé à la démission de certaines personnalités, dont le Ministre de l’énergie du pays, Parvis Fattah.

Dans un communiqué posté sur son compte Twitter officiel, qui reconnaît l’existence de ces manifestations qui se poursuivent, le Guide Suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei a appelé le gouvernement du Président Hassan Rouhani à répondre rapidement à ce problème qui se propage.

“Les questions actuelles qui se posent au Khuzestan sont déchirantes pour tout être humain ; les pannes d’électricité, des services de fourniture d’eau et de communications au cours de températures froides sobnt très difficiels à vivre pour le peuple ; les dirigeants sont responsables et doivent prendre des mesures appropriées pour répondre à ces problèmes”, a déclaré Khamenei.

Au cours des récentes manifestations dans la ville d’Ahvaz, les manifestants ont chanté des slogans tels que “Mort à la Tyrannie” et “Nous, le peuple d’Ahwaz n’acceptons pas l’oppression” et ils ont aussi appelé à la démission du gouverneur de la Province.

Envrion 35% de l’eau et de l’électricité d’Iran provient de la Province du Khuzestan, qui contient également de nombreuses usines liées l’industrie du pétrole et du gaz. Malgré le fait qu’elle soit riche en ressources, les niveaux de pauvreté au Khuzestan sont parmi les plus hauts d’Iran.

Abbas Papizadeh, membre du Parlement pour la ville de Dezful, a déclaré aux médias locaux que les problèmes du Khuzestan sontbalayés sous le tapis (persan) depuis des années, alors que des milliers de personnes sont affectés, dans la région, par des maladies de peau et des maladies pulmonaires provoquées par la pollution.

“La Province du Khuzestan lutte depuis des années contre le problème des particules, mais cette question devient à présent une véritable menace nationale”, a déclaré Papizadeh.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, Ahvaz, la capitale provinciale du Khuzestan, fait partie des villes les plus polluées au monde.

Les statistiques du Ministère iranien de la Santé déclarent que plus de 80.000 personnes meurent en Iran chaque année comme conséquence de la pollution environnementale.

Adaptation : Marc Brzustowski

Demonstrators took the streets of the western Iranian city of Ahvaz on February 13 to protest against air pollution, water shortages, and power cuts. Amateur video obtained by RFE/RL’s Radio Farda showed crowds chanting against what they called “injustice.” They also condemned state television for its apparent lack of reporting on the condition of public utilities in city.

 


Source: Karoun daily


Related Video by RFE/RL


Read related article by Karoun daily


Read related article (part 1, part 2) by Karoun daily

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.