Deux mois après l’annonce de la reprise du bastion djihadiste de Hawija, dans le nord de l’Irak, les forces de sécurité irakiennes font toujours état de morts – civils et militaires – abattus par des jihadistes terrés dans des zones montagneuses.

Les troupes gouvernementales ont chassé début octobre l’organisation Etat islamique (EI) de son dernier fief urbain d’Irak, Hawija, à environ 300 km au nord de Bagdad.

Cependant, depuis cette date, « au moins 45 membres des forces de sécurité et civils ont été tués dans des attaques de l’EI », a assuré à l’AFP un officier de haut rang de la police dans la province de Kirkouk, où se trouve Hawija.

En outre, « l’armée, la police et les unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi ont tué 288 jihadistes et en ont arrêté 55 autres ».

Pour Sarmad al-Bayati, expert militaire irakien, la présence de jihadistes « représente toujours une menace réelle pour la région ». Terrés la journée, « ils ont le contrôle total de certaines zones la nuit ».

Il y a « environ 3.000 membres des forces de sécurité dans une zone de 18.000 kilomètres carrés », note l’expert irakien des mouvements jihadistes Hicham al-Hachémi. Un nombre qui ne leur permet pas d’assurer le contrôle total d’un tel territoire, plus grand que le Koweït, ajoute ce spécialiste.

Toutefois, affirme M. Bayati à l’AFP, « ils mènent toujours des attaques et des enlèvements et à cause de cela, de nombreux déplacés refusent de rentrer chez eux ».

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.