Hollande comparé à Hitler dans l’hebdo “Al Watan Al Ane”

0
223

 

Le magazine marocain entend dénoncer un “holocauste virtuel” des musulmans de France, que le gouvernement ne protégerait pas suffisamment dans le contexte sensible post-attentats.

La Une de "Al Watan Al Ane".  (Capture d'écran) La Une de “Al Watan Al Ane”. (Capture d’écran)

 

C’est un photomontage d’un goût très douteux. L’hebdomadaire marocain “Al Watan Al Ane” a illustré sa dernière une du 29 janvier d’une photo de François Hollande affublé de la moustache et de l’uniforme à croix gammée d’Adolphe Hitler. Le tout assorti du titre : “Les Français vont-ils faire renaître les camps de concentration d’Hitler pour exterminer les musulmans ?”.

Un choix que défend et “assume” le directeur de la publication du titre tiré à 12.000 exemplaires – soit assez limité, Abderrahim Ariri, auprès de Francetvinfo : 

C’est une sonnette d’alarme pour la classe politique, au Maroc et en France. Depuis l’attentat contre ‘Charlie Hebdo’, nous avons beaucoup de témoignages qui nous indiquent que l’islamophobie a pris des proportions très inquiétantes en France.”

“L’acte terroriste est un don du ciel pour Hollande, qui en a profité pour se redonner une virginité politique”, va-t-il jusqu’à dire.

“Le rôle du journaliste, c’est de secouer”

Pour le directeur de la publication, qui évoque un “holocauste virtuel” des musulmans de France, ceux-ci “vivent sous la menace, sous une tension, craignant à chaque instant d’être victimes d’un acte criminel”.

Abderrahim Ariri estime que le gouvernement français ne les protège pas suffisamment. Le code de la presse marocain, qui prévoit une peine d’un mois à un an de prison et une amende en cas “d’offense commise publiquement” envers un chef d’Etat étranger, n’aura pas dissuadé “Al Watan Al Ane”. “Le rôle du journaliste, c’est de secouer”, justifie Abderrahim Ariri. 

tempsreelnouvelobs

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.