Guerre civile oubliée en Pologne et lutte pour L’État juif

1
755

La guerre civile oubliée de la Pologne et la lutte pour la renaissance de l’État juif

Yad Vashem s’est excusé d’avoir montré une vidéo aux dirigeants du monde lors du cinquième Forum mondial de la Shoah, qui a négligé de mentionner l’occupation du territoire polonais par l’Union soviétique en 1939

Menachem Begin en décembre 1942 portant l'uniforme de l'armée polonaise des forces du général Anders avec son épouse Aliza et David Yutan; (dernière rangée) Moshe Stein et Israel Epstein (crédit photo: JABOTINSKY ARCHIVES)
Menachem Begin en décembre 1942 portant l’uniforme de l’armée polonaise des forces du général Anders avec son épouse Aliza et David Yutan; (dernière rangée) Moshe Stein et Israel Epstein (crédit photo: ARCHIVES JABOTINSKY)

Lors de l’inauguration d’un mémorial aux victimes du siège de Leningrad dans le parc Sacher de Jérusalem le 24 janvier 2020, avant l’apogée des événements de commémoration de la Shoah, au cours desquels le président russe Vladimir Poutine a bénéficié d’une tribune centrale, nous avons été stupéfait d’entendre une restitution du Foulard bleu (Siniy Platochek).

Certes, la chanson était un hymne officieux de l’Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais son origine dément la version de l’histoire que Poutine promeut dans sa guerre des narratifs contre la Pologne. Cela a également rappelé un chapitre presque oublié, dans lequel les caprices de la guerre faisaient se juxtaposer l’histoire israélienne et polonaise.

Après l’événement, Yad Vashem s’est excusé d’avoir montré une vidéo aux dirigeants mondiaux lors du cinquième Forum mondial sur la Shoah, qui a négligé de mentionner l’occupation du territoire polonais par l’Union soviétique en 1939, rendue possible par son pacte de non-agression avec l’Allemagne nazie – le pacte Molotov-Ribbentrop – tout en accusant la Pologne de sa responsabilité dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

L’hostilité et la méfiance entre la Russie et la Pologne remontent à plus de mille ans, les Juifs étant souvent pris entre deux feux.

Leur sort dans la Shoah est devenu un point central du présent affrontement. Les deux pays ont adopté des lois criminalisant la «falsification de l’histoire» à leur détriment, mais tous deux s’y engagent quand cela peut redorer leur image. Israël a fait une erreur en menant l’accusation contre l’interdiction par la Pologne de dénaturer si brutalement le terme de «camps d’extermination polonais» : nous ne nous souvenons d’aucun Israélien sérieux l’ayant utilisé.

Nier que des Polonais aient collaboré avec les nazis pour traquer les Juifs est manifestement faux et devrait être dénoncé, mais blâmer la nation polonaise dans son ensemble est une généralisation tout aussi erronée. La grand-tante d’Isabella Ginor (une des rédactrices du présent article) et sa petite fille, par exemple, ont été physiquement exfiltrées d’une marche de la mort nazie, puis ont été abritées par un prêtre polonais.

La dernière affirmation de Poutine selon laquelle la Pologne a déclenché la guerre ou l’a provoquée est un mensonge flagrant ainsi qu’un blanchiment du rôle de l’URSS, et les politiciens israéliens ont eu tort de l’accepter – même s’ils se sont appuyés sur une raison d’État pour lui complaire.

Le rôle héroïque de l’Armée rouge dans la lutte contre le nazisme est correctement salué. Mais après sa libération d’Auschwitz, des milliers de prisonniers ont été déportés en URSS sous prétexte qu’ils avaient survécu grâce à la “collaboration” – mais en réalité comme monnaie d’échange pour des accords d’échange de prisonniers qui ne se sont jamais concrétisés. Peu ont survécu encore une fois ; certains ont été découverts et, dans une poignée de cas, rapatriés, par l’enquêteur français Denis Sellem 50 ans plus tard. Personne ne l’a rappelé à Poutine le mois dernier.

Les gouvernements polonais d’entre-deux-guerres n’avaient en effet aucun amour éperdu pour les Juifs, dont ils considéraient que la Pologne en avait trop. Ils ont été contraints de partir à cause d’une série de mesures discriminatoires, qui ont propulsé la quatrième Aliyah vers la Palestine mandataire au milieu des années 1920. Lorsque les nazis ont expulsé les Juifs de nationalité polonaise d’Allemagne, la Pologne a refusé de les accueillir et ils ont été bloqués à la frontière.

Dans ses efforts d’avant-guerre pour se débarrasser des Juifs, la Pologne a trouvé une cause commune avec les mouvements sionistes, en particulier le mouvement de jeunesse révisionniste Betar et l’organisation paramilitaire, l’Irgun.

Membres de Betar à Dobrzyn-Golub, Pologne 1934

Leur émissaire, Avraham «Yair» Stern, a trouvé un soutien volontaire à Varsovie pour un plan de recrutement d’une armée juive afin d’arracher la Palestine des mains Britanniques ; l’armée polonaise a fourni des officiers instructeurs pour les camps d’entraînement et a vendu un arsenal d’armes, qui a été bloqué au port par le déclenchement de la guerre en septembre 1939.

En août, Joseph Staline – que Poutine admire et cherche à imiter – avait conclu le traité de non-agression avec Adolf Hitler, divisant la Pologne et d’autres pays d’Europe orientale entre eux. Deux semaines plus tard, l’Allemagne le met en œuvre en envahissant la Pologne, ce qui entraîne les alliés de cette dernière, la Grande-Bretagne et la France, dans la guerre. Staline lui a emboîté le pas. Un front oriental sûr a facilité la Blitzkrieg d’Hitler à travers toute l’Europe occidentale. Contrairement aux autres nations qu’il a soumises, en Pologne, aucun prétexte n’a été pris pour installer un régime fantoche et il a été gouverné directement par un gouvernement allemand général.

Staline a également désavoué la reconnaissance d’un État polonais, y compris le gouvernement en exil basé à Londres. Il a annexé la partie orientale de la Pologne occupée par les Soviétiques et a procédé à la déportation de centaines de milliers de personnes à l’intérieur de l’Union soviétique, en plus des soldats polonais faits prisonniers de guerre. L’un de ces derniers était le général Wladyslaw Anders, qui a été élevé au rang de héros national dans l’actuelle Pologne où sa fille américaine, sénateur honoraire, mène la promotion internationale de son propre récit de guerre. ( Comment les communistes ont tenté d’empoisonner les relations judéo-polonaises en mars 1968 )

Betar Poland Third Conference, Varsovie; Aharon Propes debout au centre.

Lieu: Pologne
Date: 01/01/1933
Type de date: Année correcte
Images \ liées \ C \ Z05900 \ 5387.jpg

Anders a été incarcéré à la prison de Moscou du NKVD, la Lubianka. Un réserviste juif de rang inférieur, Jerzy Petersburski, avait été compositeur et interprète de musique populaire. Il a montré son talent à ses ravisseurs soviétiques en mettant en musique un poème russe populaire sur un air entraînant de valse. Le Foulard bleu (Siniy Platochek) a été un succès instantané – sans qu’on en accorde le crédit à son créateur polonais. Petersburski et Anders ont ainsi été épargnés du sort qui a frappé des milliers d’officiers polonais, d’intellectuels et d’autres que les Soviétiques ont massacrés dans la forêt de Katyn en avril et mai 1940.

Les Soviétiques ont tenté, avec un succès initial, de mettre ce crime sur le compte d’Hitler qui – ayant achevé ses conquêtes en Europe occidentale – a déchiré le pacte Molotov-Ribbentrop et a lancé l’opération Barbarossa contre l’URSS en juin 1941. L’avancée rapide des nazis a rapidement contraint Staline à demander de l’aide à la Grande-Bretagne, puis aux États-Unis.

Un prix qu’il a dû payer était de reconnaître le gouvernement polonais à Londres et l’armée qu’il avait levée à partir des formations polonaises qui avaient fui vers l’ouest, toutes deux dirigées par le général Wladyslaw Sikorski. De plus, Staline a été contraint de permettre le recrutement d’un IIe Corps polonais parmi les prisonniers de guerre polonais en URSS pour rejoindre les forces de Sikorski sous commandement britannique. Pour le diriger, Anders a été libéré de la Lubianka directement de façon à s’entretenir avec Staline, où ils ont pu se trouver une aversion commune pour les Juifs :

  • Staline: «Les Juifs sont des soldats pourris.»
  • Anders: «Beaucoup de Juifs qui ont demandé à adhérer (à l’armée) sont des spéculateurs ou des passeurs (trafiquants) ; ils ne feront jamais de bons soldats. L’armée polonaise n’en a pas besoin. »

Le ressentiment d’Anders – partagé par de nombreux Polonais, en particulier dans l’est – a été intensifié par des accusations selon lesquelles (comme Anders le maintenait toujours dans ses mémoires d’après-guerre) “certains Juifs polonais avaient accueilli avec enthousiasme les troupes soviétiques lors de leur invasion de la Pologne en 1939″.

Pour certains Juifs, les Soviétiques semblaient préférables aux autorités polonaises rigoristes, et certainement aux nazis. Mais Anders a admis que d’autres Juifs polonais avaient été emprisonnés avec lui à la Lubianka. Des parents, taxés de «bourgeois», du grand-père d’Isabella, avec leur enfant en bas âge, ont été déportés par les Soviétiques de l’est de la Pologne et on ne les a jamais revus. Cependant, l’accusation générale selon laquelle «les Juifs» étaient responsables de la prise de contrôle soviétique et de ses conséquences cruelles est restée une légende communément partagée – à ce jour! – parmi les Polonais, les Baltes et autres. L’oppression antisémite tsariste avait poussé de nombreux Juifs russes dans des mouvements révolutionnaires et, malgré les purges de Staline des années 30, il restait suffisamment de consistance à cette accusation pour lui donner une certaine crédibilité.

Lorsque Sikorski et les Britanniques l’ont obligé à accepter tous les soldats polonais, Anders a émis un ordre, comme pour s’excuser :

«Je comprends bien les raisons des troubles antisémites dans nos rangs. Ils reflètent le comportement insincère et souvent hostile des Juifs dans nos provinces frontalières … Mais notre politique actuelle, si étroitement liée à la politique britannique, est obligée d’afficher une attitude positive envers les Juifs, qui sont très influents dans le Monde anglo-saxon. Ma directive est donc … que les provocations contre les Juifs soient hors de question pour l’instant car elles nuisent à notre cause. Lorsque nous serons à nouveau maîtres dans notre propre maison, nous réglerons la question juive comme l’exigent la souveraineté et la dignité de notre patrie. »

Ainsi, des milliers de Juifs polonais ont réussi à s’enrôler dans l’armée d’Anders. L’un d’eux était le musicien, Petersburski. Un autre était Menachem Begin, le chef du Betar en Pologne qui a été arrêté à Vilna occupée par les Soviétiques (Vilnius, en Pologne entre les deux guerres et maintenant en Lituanie). Il a été reconnu coupable d’activité antisoviétique et envoyé dans un camp de travaux forcés dans le Grand Nord russe, dans l’un des derniers trains partis avant l’attaque allemande. À Vilna, en 1994, nous avons obtenu le dossier NKVD sur l’arrestation et l’interrogatoire de Begin. Cela illustre une source de ressentiment polonais : intentionnellement ou non, le sale travail visible et détesté des Soviétiques a été effectué par des agents de terrain juifs, bien que des Russes de rang supérieur aient pris le relais, derrière les portes des prisons.

Des centaines de communistes polonais et d’autres agents ont été placés dans l’armée d’Anders avant qu’il ne soit autorisé à quitter l’Union soviétique via l’Iran et à rejoindre les forces britanniques au Moyen-Orient. Pour des raisons logistiques, le commandement britannique a dirigé son armée vers la Palestine pour récupérer après les épreuves extrêmes que ses hommes avaient subies, et ainsi procéder à la réorganisation et à la formation des troupes polono-juives. L’armée a doublé le nombre d’hommes affectés, par les familles des soldats, les fonctionnaires civils et un mélange de partisans du camp.

Quelque 150 000 expatriés polonais sont ainsi arrivés en Palestine – environ un quart de la taille de toute la communauté juive, le Yishuv, avec laquelle (malgré les courants antisémites) elle avait apparemment beaucoup plus d’affinités culturelles et linguistiques qu’avec la majorité arabe.

Les affaires juives ont été stimulées par les généreuses dépenses britanniques pour la force polonaise, ainsi que pour le réseau autonome d’écoles, d’hôpitaux et d’autres institutions mis en place pour ses personnes civiles à charge.

En congé, les soldats d’Anders étaient ravis de se voir offrir la cuisine polonaise des restaurants établis par les immigrants de la quatrième Aliyah. Ceux-ci ont à leur tour attiré un public enthousiaste à des moments de loisirs et de divertissement,, comme ceux proposés par Petersburski, grâce aux troupes polonaises, ainsi qu’une pléthore de journaux et de livres publiés par le service de relations publiques d’Anders, qui mettait l’accent sur la cause commune antinazie. Le poète Avraham Shlonsky a écrit des paroles en hébreu pour le Foulard bleu (Siniy Platochek), qui est devenu aussi populaire auprès du Palmach (la force de frappe d’élite de l’organisation paramilitaire dominante du Yishuv, la Haganah) que dans le cas du modèle tant admiré des Palmahniks, l’Armée rouge.

Mais des problèmes attendaient ces hommes – d’abord à cause d’une vague de désertions de soldats juifs. Begin, qui était un esprit élevé, était réticent à violer son serment d’allégeance par une désertion, et sa libération a été arrangée. D’autres se sont simplement enfuis. Les mémoires d’Anders affirment qu’il n’a fait aucune tentative pour récupérer quelque 3 000 déserteurs juifs, mais qu’il a mis les Britanniques en garde contre eux et s’est considéré comme ayant eu raison, lorsque Begin a pris le commandement de «l’activité terroriste» de l’Irgun.

En fait, l’armée d’Anders a envoyé des groupes de recherche dans les kibboutzim soupçonnés d’abriter des déserteurs. Comme les Polonais ont été suivis par des raids britanniques pour saisir des caches d’armes illégales, cela a suscité des protestations juives véhémentes, et la pratique a dû être abandonnée – après n’avoir attrapé aucun déserteur de toute façon. Beaucoup ont même réussi, au moyen de changement de noms et de faux papiers fournis par la Haganah, à se réinscrire dans les formations juives des forces britanniques.

Certains kibboutzim ont rapidement recueilli d’autres demandeurs d’asile. Une fois en Palestine, le redoutable bras du renseignement polonais, le Dwójka, s’en est pris aux agents soviétiques qui avaient été infiltrés dans les rangs d’Anders. La plupart ont été incarcérés dans des sections polonaises distinctes des prisons militaires britanniques. Ceux qui ont échappé à l’arrestation l’ont signalé à Moscou – et ont également demandé de l’aide aux sympathisants locaux. Ainsi, un groupe dirigé par un stalinien polonais radical, Romuald Gadomski, est venu au Kibbutz Negba.

Tout au long du Yishuv, le soutien à l’URSS a augmenté lorsqu’elle est devenue le seul front européen contre les nazis. Une ligue «V [pour la victoire] à l’initiative des communistes pour soutenir la Russie soviétique dans sa lutte contre le fascisme» a suscité une réaction si répandue que le mouvement ouvrier traditionnel (dirigé par le grand-père de Gédéon, le secrétaire de la Fédération du travail de la Histadrout, David Remez) a pris la relève et a imposé une charte sioniste. Ses volontaires ont conduit des ambulances chargées de matériel médical pour les livrer aux Soviétiques à Téhéran le long de la même route que les hommes d’Anders avaient traversée dans la direction opposée.

Le mouvement parent de Negba, le Hashomer Hatza’ir socialiste et sioniste, était en concurrence avec le parti communiste antisioniste pour le patronage direct de l’URSS dans ce qui se dessinait déjà comme le réalignement mondial de l’après-guerre. À Negba, Gadomski et ses collègues ont été orientés vers un militant d’origine polonaise, «Julek» Eisenberg, qui leur était proche. Il a non seulement organisé un refuge, mais les a aidés à imprimer un bulletin pour discréditer les publications d’Anders. Peu de temps après, une telle propagande «rouge» pouvait être diffusée aussi ouvertement que celle des «blancs».

Cela était dû au retournement de tendances de la guerre. En avril 1943, les Allemands ont découvert les charniers de Katyn et accusé les Soviétiques de ce crime. Le gouvernement polonais de «Londres» a exigé une enquête, à laquelle Staline a répondu en créant un gouvernement concurrent sous contrôle soviétique et une armée populaire polonaise sous les ordres de l’Armée rouge. Dans la Pologne encore occupée par les nazis, l’Armia Krajowa clandestine (armée locale), fidèle à Londres, était désormais combattue par l’Armia communiste Ludowa (armée populaire). Lors du voyage de retour de Sikorski en Grande-Bretagne après une tournée au Moyen-Orient – y compris une visite festive aux troupes en Palestine – il est décédé dans un accident d’avion très suspect. La bataille pour le contrôle de la Pologne après la guerre avait commencé avant même sa libération, et cette arène préliminaire de la guerre froide s’est rapidement étendue à la Palestine également.

La présence «blanche» ici s’est épuisée lorsque Anders a atteint son objectif principal : expédier son IIe Corps polonais vers le front. En mai 1944, il a gagné une niche héroïque dans l’histoire pour la capture du Monte Cassino en Italie, à un coût horrible. Une petite réserve et un échelon arrière sont restés en Palestine, y compris le quartier général de Dwójka, ainsi que la masse des civils. Mais leur position s’est progressivement affaiblie lorsque les Soviétiques et leur propre armée polonaise ont poussé les Allemands hors de la Pologne orientale et ont installé un gouvernement provisoire, qui a également mis des espions au Yishuv.

Le conflit entre Juifs et Polonais de «Londres» avait déjà commencé à devenir violent. Au départ, les Juifs étaient les principales victimes et plusieurs cas ont ébranlé les deux communautés. Un «artiste du poignard» polonais est devenu le premier soldat étranger à être pendu pour meurtre en Palestine, après avoir poignardé un homologue juif à mort tout en promettant de «tuer tous les Juifs». Un chauffeur de taxi juif a été abattu dans un camp polonais, où (comme cela s’est produit seulement des années plus tard), il a conduit un militant de l’Irgun qui avait été attiré là pour acheter des armes. La presse hébraïque a reflété l’indignation des Juifs en faisant référence aux deux victimes par : «Hashem yikom dammo» (que Dieu vengera son sang), un titre réservé aux martyrs de la violence antisémite.

L’Armée rouge s’est arrêtée à l’est de la Vistule pour laisser les Allemands réprimer le soulèvement d’Armia Krajowa à Varsovie. En janvier, alors qu’ils libéraient Auschwitz, les Soviétiques et leur armée polonaise ont pris les ruines de la ville et y ont emménagé leur gouvernement vassal. À Yalta en février, dans la «grande trahison» que les Polonais de «Londres» ne pardonneront jamais, Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt ont reconnu le gouvernement de Varsovie, en échange de la promesse vide de sens de Staline d’étendre cette reconnaissance à d’autres éléments polonais – ce qui a justifié le rapatriement de tous les exilés polonais. En Pologne même et en Palestine, la lutte des Polonais «blancs» est devenue une action d’arrière-garde désespérée, condamnée et de plus en plus sanglante.

Le retour des patrons palestiniens de Gadomski est survenu au printemps 1945, quand Eisenberg (sous son nom hébreu Yisrael Barzilai) est devenu le premier émissaire du yishouv envoyé vers ses anciens protégés, maintenant au pouvoir en Pologne, qui «ont su exprimer leur gratitude pour l’aide qu’ils avaient reçue “et pencher en faveur d’un État juif. Ils précéderaient l’URSS en soutenant la résolution de partition de l’ONU pour la Palestine. Inversement, les Polonais de «Londres» gravitaient de plus en plus vers la cause arabe alors que leur opposition à l’État juif s’intensifiait.

Le jour de la victoire, l’agence de presse d’Anders à Jérusalem a protesté tristement dans le Palestine Post, en disant que, bien que «M. Churchill ait mentionné assez souvent le rôle joué par la Pologne et son armée» dans la lutte contre le nazisme, on les a ignorées lors des célébrations de la victoire. À l’inverse, le bulletin de Gadomski a averti que la Pologne “doit purger les ulcères du fascisme et de l’antisémitisme [dans] une opération chirurgicale”. Il sera bientôt en mesure de donner suite à cet avertissement à peine voilé de représailles violentes.

À Potsdam en juin et juillet 1945, Clément Attlee et Harry Truman finalisèrent la reconnaissance britannique et américaine du gouvernement de Varsovie. Bien que Staline n’ait jamais tenu sa part du marché – organiser des élections libres – les Britanniques ont exécuté la leur à contrecœur. Gadomski a été officiellement reconnu par les autorités du Mandat et elles ont commencé à lui remettre les consulats et les institutions communautaires qui avaient été vitaux pour les civils polonais. En octobre 1945, un responsable de l’Agence juive a déclaré à Gadomski qu’il existait “des preuves vérifiées selon lesquelles les cercles réactionnaires polonais participaient à l’organisation, à la formation et à l’incitation politique” en faveur des Arabes, et “ils deviendraient des cibles d’élimination physique par les organisations juives“.

Ce qui a suivi est illustré par les événements de Rehovot, du 7 au 8 juillet 1946 (plus d’informations sont détaillées dans un document que nous avons présenté récemment au Congrès international d’histoire militaire ). La fusillade mortelle qui a tué une femme locale – crime jamais résolu, mais largement attribué aux Polonais – avait déjà enflammé les sentiments d’hostilité,  lorsque Moshe-Meir Manobla, un soldat démobilisé de 22 ans qui avait combattu avec la Brigade juive de l’armée britannique en Italie, a été abattu par Andrzej Piaskowski, un pilote qui avait également combattu en Italie, avec l’escadron polonais de Gdansk de la RAF.

Un tollé a éclaté dans la presse du Yishuv, où on se demandait : “Est-ce que Rehovot est un autre Kielce?” Les autorités pro-soviétiques de Varsovie avaient accusé de ce tristement célèbre pogrom d’après la Shoah dans cette ville polonaise, le 4 juillet, des forces récalcitrantes «réactionnaires» agissant sur ordre d’Anders.

Cette connexion était fondée à première vue: les Britanniques exploitaient une station de radio à Jérusalem qui diffusait des programmes et des messages à l’intention des forces de résistance antinazies, puis antisoviétiques en Europe ; le service polonais était composé du siège social d’Anders. En tout cas, à Rehovot, il y avait déjà suffisamment de ressentiment contre les Polonais pour déclencher une flambée de violence sans précédent. Selon la version polonaise, cela s’est dangereusement approché d’un pogrom, dans lequel des familles polonaises ont été agressées, comptant sept blessés et leurs maisons saccagées. Les Britanniques alarmés ont évacué toute la population polonaise de Rehovot, quelque 200 familles, «sous une forte protection armée».

Piaskowski a plaidé la légitime défense et a été acquitté, provoquant une nouvelle indignation juive. Mais maintenant, la page consacrée à Manobla sur le site Web commémoratif du ministère israélien de la Défense corrobore la version des Polonais : Manobla était membre de l’Irgun et avait été chargé «d’éliminer» Piaskowski dans le cadre d’une opération contre des Polonais hostiles qui avaient «provoqué des troubles».

À cette époque, la compétition pour le patronage soviétique avait été rejointe par une nouvelle force : Lehi (Combattants pour la Liberté d’Israël), également connu sous le nom du Gang Stern, d’après le nom de son fondateur susmentionné – qui a rompu avec l’Irgun (et a été tué par les Britanniques). Le Léhi était fortement anti-colonialiste, mais pas communiste, mais selon un ancien général du NKVD, il a été pénétré par ses agents. Les successeurs de Stern à sa direction ont vu un allié naturel en l’URSS ; Les services de renseignement britanniques ont identifié leur liaison avec Moscou via les consulats polonais. Staline entamait son bref mais crucial élan en faveur de la partition et d’un État juif. Sa direction potentielle semblait prometteuse pour établir un régime pro-soviétique qui évincerait les Britanniques, empêcherait les Américains de les remplacer, et réaliser l’aspiration russe longtemps frustrée à une base sur les mers chaudes en Méditerranée. Parallèlement à la campagne contre les fidèles de «Londres» en Pologne même, ils ont dû être réprimés en Palestine également. Les deux arènes se sont croisées.

Un portrait de groupe de membres du groupe du IIe Corps polonais (Armée d'Anders) alors qu'ils étaient stationnés en PalestineUn portrait de groupe de membres du groupe du IIe Corps polonais (Armée d’Anders) alors qu’ils étaient stationnés en Palestine

Les consulats polonais désormais «rouges» ont déclaré l’enregistrement obligatoire de tous les Polonais restants, en vue de leur rapatriement. La plupart des loyalistes de «Londres» craignaient à juste titre des représailles s’ils obéissaient, et se sont plutôt cachés – cette fois à l’abri grâce aux Arabes. Alors que les conflits judéo-arabes s’intensifiaient, il y avait de plus en plus de rapports selon lesquels des ordres avaient été cités en polonais, lors d’attaques arabes contre des avant-postes juifs et de cadavres polonais parmi des morts arabes. Des experts polonais ont été accusés d’avoir formé des saboteurs arabes – dont l’un des objectifs était le consulat de «Varsovie (rouge)» à Jérusalem – et ont été soupçonnés d’être impliqués dans les principaux attentats à la bombe contre des institutions juives.

Les trois réseaux clandestins sionistes ont en effet déclaré la saison ouverte à la chasse aux Polonais soupçonnés de former des gangs arabes ou de les espionner. Alors que le mandat britannique s’achevait et que les combats s’intensifiaient, de tels Polonais étaient fréquemment retrouvés décédés mais ils méritaient peu d’être mentionnés dans la presse. En rassemblant ces rapports avec des documents d’archives, nous estimons qu’au moins plusieurs dizaines (de Polonais) ont été tués.

Une exception qui a fait la une des journaux même à l’étranger s’est produite fin février 1948, lorsque le Groupe Stern a enlevé et exécuté deux éminents expatriés polonais à Jérusalem, les accusant d’espionnage pour les Britanniques et les Arabes – une accusation qui, des années plus tard, dont des membres dirigeants de l’ex-organisation se sont rétractés.

L’une des victimes, Witold Hulanicki, avait été le consul général de Pologne de 1936 à 1939. Comme nous l’avons montré dans une étude de cas détaillée, Hulanicki n’était pas seulement pro-sioniste mais un ami et admirateur de Stern qui lui avait accordé l’accès au gouvernement polonais d’avant-guerre. Après la guerre, en tant que gardien des biens de l’Axe pour le gouvernement mandataire, il avait négocié leur transfert aux mains des Juifs.

Les Sternistes l’ont en fait visé – soit sur ordre de Moscou, soit pour lui faire plaisir – en raison de son activité antisoviétique et de sa coopération avec les services de renseignement américains, qui faisaient alors leurs premiers pas en Palestine.

Cet incident a accéléré la fuite des Polonais de «Londres» vers la partie arabe. Certains sont arrivés au sein des armées des États arabes, qui s’apprêtaient à envahir le petit Etat juif, après la déclaration d’indépendance d’Israël le 14 mai ; le pilote Piaskowsky a été aperçu en train de former des aviateurs syriens. Lors de la bataille de Haïfa en avril, un photographe du magazine Life a photographié des «troupes juives» détenant «deux aventuriers polonais soupçonnés de saboterpour le compte des Arabes».

Haïfa semble avoir été le théâtre d’un exemple jusqu’ici inconnu d’aide militaire directe au Yishouv, de la part du gouvernement polonais pro-soviétique, qui avait alors effectivement éliminé la résistance «blanche». Un document de la CIA récemment déclassifié faisait état de navires polonais transportant des cargaisons d’armes cachées «pendant les combats en Palestine» et notait que plusieurs des navires avaient été «endommagés par des tirs arabes».

La Pologne peut donc avoir été un autre canal pour l’approvisionnement vital d’armes approuvées par les Soviétiques qui sont arrivées par la Tchécoslovaquie.

Notre institut de l’Université hébraïque porte le nom de Truman pour sa reconnaissance instantanée d’Israël, mais l’administration américaine a également levé un embargo sur les armes dans la région, qui entravait principalement la partie juive. Staline – pour ses propres motifs – mérite donc autant de crédit pour la survie d’Israël. Mais cela ne justifie pas sa réhabilitation sans réserve, dans la version russe actuelle, de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale – vis-à-vis de la Pologne ou tout autre parti.

La victoire d’Israël dans sa guerre d’indépendance a effectivement mis fin à la guerre civile polonaise ici aussi, en faveur des «rouges». Mais la lune de miel du bloc soviétique avec Israël a été de courte durée. Le père fondateur, David Ben Gourion, lors d’une réunion avec Gadomski en 1946, était «parvenu à des conclusions communes sur plusieurs problèmes d’intérêt mutuel».

Mais tout en maximisant le soutien soviétique quand cela était indispensable, il a éloigné Israël de la dépendance que Staline avait anticipée. Nous pensons que c’était l’une des principales raisons pour lesquelles le Mapam – le parti avec lequel Hashomer Hatza’ir a fusionné – a quitté le premier cabinet et pour avoir dissous le Palmach, dans lequel il avait une forte influence. En 1954, Moscou (et Varsovie) avaient rattaché leur stratégie, au Moyen-Orient, aux États arabes «progressistes» et pris une part active à leurs guerres ultérieures contre Israël. Qui aurait pu prédire que 70 ans plus tard, la guerre des narratifs russo-polonais rappellerait l’intersection de ces deux champs de bataille de la guerre froide?

Isabella Ginor et Gideon Remez sont membres associés de l’Institut Truman de l’Université hébraïque de Jérusalem. Leur dernier livre est La guerre soviéto-israélienne, 1967-1973 (Hurst / Oxford, 2017)

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. Une page méconnue de l’Histoire contemporaine et, notamment, des relations judéo-polonaises en Israel et ailleurs. Merci aux rédacteurs et traducteurs

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.