Agenda d’Erdogan: ambition néo-ottomane ou zèle panislamiste?

Il est remarquable pour ceux d’entre nous qui nous concentrons sur la liberté religieuse internationale que chaque fois que la Turquie avance, la liberté religieuse recule.

Le président turc Reçep Tayyip Erdoğan s'adresse à une réunion de son parti AK au pouvoir à Ankara le 26 juillet (crédit photo: CEM OKSUZ / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFICE / DOCUMENT VIA REUTERS)
Le président turc Reçep Tayyip Erdoğan s’adresse à une réunion de son parti au pouvoir l’AKP à Ankara le 26 juillet (crédit photo: CEM OKSUZ / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFICE / DOCUMENT VIA REUTERS)
L’agression turque dans au moins cinq pays a fait la une des journaux internationaux ce mois-ci, en juin 2020. Ces comptes-rendus se concentrent sur les dernières intrusions du président Recep Tayyip Erdogan en Israël, en Libye, en Irak, en Syrie et en Grèce.

Pendant ce temps, il est remarquable pour ceux d’entre nous qui nous concentrons sur la liberté religieuse internationale que chaque fois que la Turquie avance, la liberté religieuse recule. Il ne peut y avoir de liberté de culte durable pour aucune religion, à moins qu’elle ne soit conforme aux pratiques islamistes de la Turquie .

En Israël, un article a été publié le 15 juin par le Jerusalem Center for Public Affairs, rapportant que la Turquie travaille sans relâche pour gagner en influence sur le mont du Temple, dans la vieille ville de Jérusalem et dans les quartiers de Jérusalem-Est.

L’écrivain et chercheur Nadav Shragai souligne : «Au cours de la deuxième décennie du 21e siècle, les associations turques à but non lucratif – et parfois le gouvernement turc lui-même, via l’agence d’aide gouvernementale TIKA [Agence turque de coopération et de coordination] – ont canalisé des dizaines de millions de dollars dans diverses initiatives. qui ont renforcé l’influence de la Turquie … »

La liste comprend le Mont du Temple.

Shragai dit: «Dans de nombreux endroits, l’activité a été réalisée en coopération avec des militants liés idéologiquement au mouvement des Frères musulmans à Jérusalem-Est …»

Des observateurs avertis savent déjà ce que les Frères musulmans et leurs cohortes pensent des juifs et du judaïsme – sur le mont du Temple et ailleurs.

En Libye, Seth Frantzman a rapporté pour le Jerusalem Post le 20 juin que l’Égypte et la Turquie pourraient entrer en collision frontale, du fait de l’agression turque dans la guerre civile libyenne en cours. L’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Russie, la France et d’autres soutiennent le général Khalifa Haftar. La Turquie et le Qatar soutiennent le GNA.

Frantzman explique que le gouvernement d’Accord national (GNA) à Tripoli, “est une confédération lâche de différents groupes, dont certains sont liés aux Frères musulmans et au soutien turc.” Le GNA est également enraciné dans le mouvement des Frères musulmans.

En Irak, la Turquie a récemment bombardé la montagne du Sinjar, où d’innombrables réfugiés yézidis se sont rassemblés. Lors de l’émission de Washington Watch sur FRC, Michael Rubin, un universitaire et expert du Moyen-Orient, a expliqué que l’objectif principal d’Erdogan était son nettoyage ethnique continu des groupes kurdes.

Cependant, Rubin a poursuivi en disant que de nombreux Yézidis sont retournés vivre sur la montagne Sinjar, «… les réfugiés, les femmes, les filles qui sont rentrées de Syrie, libérées de l’Etat islamique. Ils essaient de se ressaisir.

«Et on ne sait pas pourquoi les Turcs insistent pour les bombarder. Cela sape vraiment le développement et soulève des questions quant à savoir si la Turquie mène un contre-terrorisme, et il est clair que ce n’est pas de ça dont il s’agit, ou s’ils poursuivent un programme religieux – un programme religieux intolérant, a déclaré Rubin. »

En Syrie, le Washington Kurdish Institute a rapporté : «Au cours des premiers jours de juin 2020, une vingtaine d’organisations différentes des droits de l’homme ont signé une pétition pour sensibiliser le public aux crimes commis par les nombreuses milices soutenues par la Turquie à Afrin, en Syrie, et ont demandé une intervention internationale.

Il est bien connu et largement rapporté que les minorités religieuses d’Afrin ont été violemment maltraitées par les Turcs et leurs milices.

«Dans les zones sous contrôle turc», a rapporté Genocide Watch à la suite de cette incursion meurtrière, «des civils ont été soumis à d’horribles crimes contre l’humanité commis par les forces turques et les milices soutenues par la Turquie. Des villes kurdes ont été bombardées et détruites … Des centaines de civils ont été sommairement exécutés. Des femmes kurdes et yézidies ont été enlevées et soumises à l’esclavage sexuel … »

DES MILLIERS DE Chrétiens ont fui l’invasion d’Afrin ; il en reste peu. Et maintenant, les minorités du nord-est de la Syrie ont de nouveau peur en raison des menaces turques.

En Grèce, les informations arabes ont rapporté le 14 juin : «Dans une escalade de la guerre des nerfs entre Athènes et Ankara, les relations bilatérales se sont détériorées, faisant craindre une confrontation militaire entre les deux alliés de l’OTAN. Le ministre grec de la Défense, Nikolaos Panagiotopoulos, a récemment souligné “l’état de préparation du pays au conflit militaire avec la Turquie”. »

La Grèce a protesté contre le forage turc dans plus de 20 sites de la mer Méditerranée qu’elle revendique comme son propre territoire. Un affrontement a également eu lieu entre un navire de la marine grecque et une escorte militaire turque ces derniers jours. Même des rumeurs d’une invasion turque imminente de la Grèce ont été signalées, bien que non vérifiées.

Quant à la Grèce, une perspective historique révèle les massacres turcs répandus de chrétiens grecs et assyriens au début du 20e siècle. Alors que le nombre total de décès n’est pas clair, certaines estimations le chiffrent à plus d’un million de personnes.

Aujourd’hui encore, des propriétés grecques orthodoxes en Turquie sont confisquées et profanées. Les réfugiés chrétiens de Syrie et d’Irak – syriaques, protestants et orthodoxes – qui ont fui vers la Turquie à cause de l’Etat islamique ont été privés de leur capacité à subvenir à leurs besoins et n’osent pas pratiquer leur foi. Des enlèvements et des meurtres ont été signalés.

Dans son dernier rapport, la Commission américaine sur la liberté de religion à l’international a recommandé au gouvernement américain «d’inclure la Turquie sur la liste de surveillance spéciale du Département d’État américain pour avoir commis ou toléré de graves violations de la liberté de religion conformément à la loi sur la liberté de religion internationale.

«… Les représentants du gouvernement et les politiciens ont continué de propager des expressions d’antisémitisme et un discours de haine, et aucun progrès n’a été accompli au cours de l’année pour abroger la loi turque sur le blasphème … Dans plusieurs cas en 2019, des sites religieux et culturels arméniens, assyriens et grecs , dont de nombreux cimetières, ont été gravement endommagés ou détruits … », indique le rapport.

Certains pensent que l’intrusion imprudente et impitoyable d’Erdogan dans un pays après l’autre reflète sa vision d’un glorieux empire néo-ottoman. D’autres érudits sont plus enclins à considérer sa motivation comme strictement religieuse, exigeant une conquête panislamiste. Certes, les deux rêves ne s’excluent pas mutuellement.

Pendant ce temps, le gouvernement américain a été extrêmement – voire excessivement – tolérant envers les violations généralisées des droits de l’homme par Erdogan. Peut-être le moment est-il venu de réévaluer et de restaurer une politique américaine qui ne se laisse pas compromettre envers la Turquie. Elle doit refléter une justice et une égalité aveugles – y compris des demandes intransigeantes de liberté religieuse pour tous.

L’auteur est une experte internationalement reconnue de la persécution religieuse, une auteure primée, une chercheuse principale au Family Research Council et une chercheuse à l’Institut Hudson.

Elle a vécu pendant plus d’une décennie à Jérusalem, où elle a écrit : Saturday People, Sunday People: Israel through the Eyes of a Christian Sojourner. Suivez-la sur Facebook et Twitter @lelagilbert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.