Elisée: les miracles du prophète- vidéo

0
441

Haftara Vayera avec Rony Akrch et Nathalie Szerman

La haftara de la paracha Vayera (II Rois 4, 1 à 37) nous raconte deux épisodes de la vie du prophète Elisée, prophète qui présente la particularité, de même que son maître et prédécesseur Elie, de s’être davantage révélé par des actes miraculeux que par des discours.

Marre de ces mollusques !!

Il ne nous a laissé aucun écrit, contrairement aux nombreux livres que nous ont légués les prophètes scripturaires.

Dans le premier de ces épisodes, il vient au secours de la veuve d’un « fils de prophètes », qu’un créancier impitoyable menace de la saisie de ses fils et de leur réduction en esclavage.

Le texte biblique ne nous indique pas le nom du mari défunt de cette femme, ni celui du créancier qui la harcèle, et c’est le Targoum Yonathan, repris par Rachi, Radaq et Metsoudath David, qui nous renseigne sur le premier : Il s’agissait du prophète Obadia.

Quant au second, il n’était autre que Joram, le fils et futur successeur du roi Achab et de la reine Jézabel.

Nous apprenons ainsi que ce prince se livrait à l’usure, contrevenant ainsi à ’interdiction du prêt à intérêt stipulée par la Torah.

Il en sera durement puni puisque, devenu roi d’Israël à la mort de son père, il sera tué par Jéhu (Midrach Tan‘houma Michpatim), dont la dynastie se substituera à celle des Omrides.

 

 

La  Haftara a au moins deux analogies avec la Parashá de cette semaine à savoir : dans les deux textes des protagonistes sont deux femmes stériles dont les époux sont “vieux”.

Dans les deux cas, les faits paraissent échapper à toute compréhension humaine.
Un parallèle de phrases existe, entre les sentences de la Parashá et de la Haftará :
“Et son mari est vieux” (2 Rois 4:14); “Et mon mari est vieux” (Bereshit 18:12).
L’annonce est formulée comme “l’année qui vient, par ce temps” (2 Rois 4:16; Bereshit 18:10).
La promesse a été faite quand la femme se place dans la porte (2 Rois 4:15; Bereshit 18:10).

 

À la lumière de ces concordances, nous pourrions classer cette histoire dans le genre des récits d’autres femmes mentionnées dans la Bible, lesquelles n’avaient pas d’enfants : Sara, Rebecca, Rachel, Lit, l’épouse de Manoa, Hannah qui conçoivent miraculeusement.

De ces récits, ressortent du soulagement, de la joie et des promesses.

Le deuxième point de vue est le pouvoir du prophète qui annonce la naissance.

Dans certaines des histoires antérieures, Dieu même “ouvre la matrice” de la femme stériles; dans d’autres cas, l’annonce est faite par un ange. Ici Élisée assume rôle de messager .

Et ainsi, encore une fois, cet épisode met en relief l’habileté surnaturelle d’Élysée.

Le prophète Elisée a un itinéraire très original. À une époque troublée où les rois d’Israël successeurs de Salomon s’adonnaient à l’idolâtrie et à la débauche, Élie et Élisée ne cessaient de rappeler à ces derniers qu’ils devaient se détourner des divinités étrangères, Baal et Astarté, et retourner au culte du seul vrai Dieu.

Description de cette image, également commentée ci-après

Elisée ressuscite le fils de la Sunamite,
peinture de Benjamin West (1765)

Elisée était fils de Schaphath, riche cultivateur d’Abel-Mehola dans la vallée du Jourdain. Lorsqu’Élie le rencontre, Élisée laboure son champ avec 12 autres personnes guidant chacune une paire de bœuf (1 Rois 19,19).

Élie, sur ordre de D.ieu d’Israël, prend Élisée comme disciple en jetant son manteau sur les épaules d’Élisée. Élisée quitte tout pour suivre Élie et se mettre à son service.

Dans ce livre biblique, nous ne trouvons plus de référence à Élisée avant le chapitre 2 du Deuxième livre des Rois, dans l’épisode où Élie est enlevé dans par « un char de feu » dans un tourbillon. Le texte nous indique alors qu’Élisée reste seul avec le manteau d’Élie.

image002-1

la synagogue dite du prophète Élie, située dans un faubourg de Damas

Élisée va alors réaliser de nombreux miracles, montrant ainsi qu’il est bien « un prophète de Dieu ».

Le premier miracle réalisé par Élisée sera d’ouvrir le Jourdain en deux en frappant les eaux avec le manteau d’Élie, rééditant le miracle réalisé par Élie quelques heures auparavant.

Ce signe sera le révélateur pour les autres prophètes hébreux que « l’esprit d’Élie repose sur lui ».

A Jéricho, il assainit les eaux d’une source « polluée » en y jetant du sel. Lorsque Josaphat, roi de Juda, part en guerre avec le roi d’Israël et le roi d’Édom, contre le roi de Moab, et que leurs troupes souffrent de la soif, Élisée, à la demande de Josaphat, fait gonfler les eaux d’un torrent (à sec) pour abreuver les hommes et les chevaux. Il prophétise également la victoire militaire sur le roi de Moab.

Une femme, dont on ne sait rien sinon qu’elle fait partie des « femmes des fils des prophètes » fait un jour appel à Élisée car devenue veuve, un créancier menace de prendre ses deux fils pour les vendre comme esclave afin de rembourser sa dette. Élisée va alors multiplier l’huile qu’elle possède pour lui permettre de payer sa dette en sauvant ses fils.

Un jour, alors qu’il passait dans la ville de Shounem, Élisée fut invité par une habitante à partager un repas. Dès lors il s’y rendit régulièrement, puis la femme lui fit construire une chambre pour l’accueillir.

Apprenant qu’elle n’avait pas de fils et que son mari était âgé, Élisée lui promit qu’elle enfanterait un fils l’année suivante.

Le fils naquit et grandit, mais un jour il mourut sur les genoux de sa mère à la suite d’une douleur à la tête.

La Shounamite l’étendit sur le lit d’Élisée, puis décida d’aller à la rencontre du prophète au Mont Carmel.

Comprenant son malheur, Élisée la suivit jusque chez elle. Là, il s’enferma avec l’enfant et pria, puis réchauffa son corps en s’étendant sur lui. Il réitéra cette opération ; alors l’enfant éternua sept fois et ouvrit les yeux.

Plus tard, Élisée protégera à nouveau cette femme de la famine en lui annonçant l’arrivée d’une sécheresse durant 7 année et l’invitant à fuir la ville. Elle y revient sept ans plus tard et retrouve tous ses biens avec l’aide du serviteur d’Élisée.

De passage à Guilgal, Élisée va nourrir la population qui souffre de la faim avec l’aide de son serviteur et en multipliant des pains d’orge.

Le miracle le plus célèbre d’Élisée est peut-être la guérison de « Naaman, chef de l’armée du roi de Syrie », qui souffrant de la lèpre, vient, sur les conseils d’une de ses servantes, voir le roi d’Israël pour obtenir une guérison.

Élisée, sans le recevoir en personne, l’envoie se laver sept fois dans le Jourdain.

D’abord surpris par la réaction du prophète, Naaman, part se laver dans le Jourdain et guérit. Naaman revient vers Élisée pour lui remettre de somptueux cadeaux qu’Élisée refuse.

Mais Guéhazi, le serviteur d’Élisée, tente de profiter de la situation : il rattrape Naaman et lui demande, au nom de son maître un don d’argent. Naaman dupé se montre très généreux envers Guéhazi, qui de retour chez son maître cache l’argent et ment à son maître qui a deviné son action. En punition de sa cupidité et de son mensonge, Élisée condamne son serviteur à porter la lèpre de Naaman.

 Le miracle sur la tombe d’Élisée. (Jan Nagel, 1596)

Le roi de Syrie part à nouveau en guerre contre le roi d’Israël; Élisée, grâce à des visions, donne de nombreuses fois la position des armées ennemies à son roi, évitant ainsi leurs pièges.

Finalement, le roi de Syrie tente de capturer Élisée, mais celui-ci fait capturer la troupe ennemie. En protégeant ces hommes et les faisant traiter avec respect, Élisée met fin à la guerre sans effusion de sang.

Plus tard, Ben-Hadad, roi de Syrie, lance une nouvelle campagne contre le roi d’Israël.

Dans la ville assiégée et souffrant cruellement de la famine, Élisée prophétise la victoire sur l’ennemi le lendemain, et la fin de la famine.

Conformément à sa prophétie, le peuple va se nourrir dans le camp ennemi, abandonné par les troupes durant la nuit.

En période de guerre civile en Israël, alors que les rois d’Israël abandonnent D.ieu pour d’autres dieux, Élisée fait sacrer Jéhu, fils de Josaphat (du pays de Galaad) roi d’Israël, alors qu’Achab règne encore sur Israël. Jéhu part alors prendre le pouvoir en éliminant Achab et Jézabel, conformément à la prophétie d’Élie.

Élisée, devenu vieux, tombe malade. Le roi Joas d’Israël vient le visiter et Élisée lui fait une dernière prophétie de sa victoire contre le royaume de Syrie.

Élisée est mis dans un tombeau, et un an plus tard, Élisée réalise un dernier miracle en ressuscitant un homme décédé, qui a été mis (en catastrophe) dans son tombeau et dont le corps a touché ses ossements..

Source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.