« écrire pour rebâtir les ruines qui sont en moi », Aharon Appelfeld za »l

Des jours d'une stupéfiante clarté
Dans son dernier livre «Des jours d’une stupéfiante clarté », il se demande, au fil des pages, en en filigrane, comment survivre, vivre et aimer après la shoah, sans toutefois y apporter de réponses. Bien que la majorité de son œuvre décrit l’avant et l’après l’holocauste, il se défendait d’être un écrivain de la shoah, mais celui des Juifs…za”l
Nathalie Sosna-Ofir

 

Des jours d'une stupéfiante clarté»: Aharon Appelfeld et les éclats du  souvenir | Le Devoir

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.