Des sociétés d’espionnage ternissent l’image d’Israël

4
741

Opinion

Des sociétés d’espionnage très connues ternissent l’image d’Israël

L’écosystème technologique israélien est réputé dans le monde entier pour ses innovations, mais des entreprises comme NSO, Black Cube et AnyVision lui jettent une ombre sinistre.

Omer Kabir 13:04 20.11.19

Au cours du week-end, la police chypriote a confisqué une «camionnette espionne» qui sillonnait les rues de Larnaca, dotée d’équipements de surveillance d’une valeur de 9 millions de dollars. Selon des informations locales, le propriétaire du véhicule est Tal Dilian, ancien chef de l’unité de technologie de la direction du renseignement de l’armée israélienne.

Dilian a pris sa retraite de l’armée israélienne et s’est tourné vers le marché privé il y a 17 ans. Il est depuis devenu un multimillionnaire, selon un vaste profil de lui publié par Forbes en août.

Le quartier général de l'unité 8200. Photo: Yariv Katz Le quartier général de l’unité 8200. Photo: Yariv Katz

La camionnette espionne de Dilian peut intercepter des données telles que des messages Whatsapp et Facebook, des contacts, des journaux d’appels et des SMS depuis n’importe quel téléphone dans un rayon d’un kilomètre, selon Forbes. Parmi les autres technologies incorporées dans le véhicule, citons la reconnaissance faciale et la possibilité de localiser tous les téléphones du pays en quelques minutes.

La camionnette et les technologies qu’elle contient sont proposées par la société Dilian, Intellexa Ltd., dans le cadre des services d’espionnage fournis à différents pays du monde. Sa présence à Chypre a été suffisante pour provoquer des troubles politiques. Dans une déclaration écrite publiée vendredi, Andros Kyprianou, le chef du parti de l’opposition chypriote, le Parti progressiste des travailleurs, a exhorté l’État à réagir et à immédiatement confisquer le matériel de Dilian.

Dilian n’est pas un cas isolé. Il fait partie d’un vaste écosystème d’entreprises israéliennes développant et commercialisant des technologies d’espionnage et de surveillance dans d’autres pays et même à des entités privées. La société la plus taxée du sceau de l’infamie à cet égard est peut-être le groupe NSO basé à Herzliya, qui développe le logiciel de piratage téléphonique Pegasus.

En octobre, Facebook a engagé une action en justice contre NSO, affirmant que sa technologie était utilisée pour se greffer sur la filiale d’applications de messagerie WhatsApp, ciblant plus de 1 400 utilisateurs dans 20 pays, dont beaucoup étaient des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes.

Un des nombreux ajouts à la plainte de Facebook était un contrat de 2015 signé entre le gouvernement du Ghana et un représentant local de la NSO, appelé Infralocks Development Ltd., et une brochure d’accompagnement décrivant les capacités de la NSO. Selon le contrat, le Ghana a déboursé 8 millions de dollars pour le logiciel Pegasus de la NSO, pour la formation du personnel à l’utilisation du logiciel et pour un support technique permanent.

Ce n’est pas la première fois que la conduite de NSO est mise en cause devant un tribunal. Un peu plus tôt en octobre, Amnesty International avait publié un article accusant l’entreprise NSO d’espionner les défenseurs marocains des droits de l’homme, autrefois harcelés par leur gouvernement.

En 2016, des chercheurs du Citizen Lab de l’Université de Toronto, un groupe de recherche sur les droits de l’homme et le numérique, ont signalé qu’un logiciel espion développé et commercialisé par la NSO avait été utilisé aux Émirats arabes unis pour cibler le militant des droits de l’homme Ahmed Mansoor, incarcéré depuis 2017. et qui purge actuellement une peine de 10 ans pour des publications qu’il a diffusées sur les réseaux sociaux. En 2017, le groupe a de nouveau montré du doigt les logiciels espions de la NSO, déclarant cette fois-ci qu’ils étaient utilisés pour cibler des militants, des journalistes et des opposants politiques au Mexique.

Omri Lavie (à droite) et Shalev Hulio, cofondateurs de l'OSN. Photo: Bar CohenOmri Lavie (à droite) et Shalev Hulio, cofondateurs de NSO. Photo: Bar Cohen

En décembre 2018, un collaborateur du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, qui a été brutalement assassiné dans l’ambassade de son pays à Istanbul, a poursuivi NSO, affirmant que l’interception de ses communications avec Khashoggi par la société avait considérablement contribué à la décision du régime saoudien de l’éliminer. Les liens entre NSO et l’affaire Khashoggi ont été découverts pour la première fois par Citizen’s Lab.

Lab Citizen a également constaté des défauts similaires dans la conduite d’une autre société israélienne, entrepreneur de défense Elbit Systems Ltd. Dans un rapport 2017, l’organisation a déclaré que Elbit a fourni au régime Ethiopien un logiciel comme Pegasus, développé par la filiale Cyberbit Ltd. L’état a utilisé le logiciel en le destinant aux journalistes et aux militants défendant la minorité oromo du pays.

AnyVision Interactive Technologies Ltd., une startup du secteur de la reconnaissance faciale, est une start-up de la reconnaissance faciale qui est apparue sous les feux de la rampe au cours des dernières semaines. NBC News et les médias israéliens ont annoncé que les technologies israéliennes étaient utilisées par les forces militaires israéliennes pour espionner les Palestiniens en Cisjordanie. AnyVision a démenti ces accusations, affirmant que la technologie n’était utilisée qu’aux points de contrôle de la Cisjordanie, mais il semble que Microsoft, l’un de ses plus gros bailleurs de fonds, n’était pas rassuré. Vendredi, le géant du logiciel a annoncé qu’il avait engagé l’ancien procureur général des États-Unis, Eric Holder, pour déterminer si l’utilisation de la technologie de AnyVision par les forces israéliennes violait l’un des principes éthiques de Microsoft en matière d’ IA.

Un autre acteur israélien important dans le domaine de la surveillance est Black Cube, dont l’équipe serait composée d’anciens agents du Mossad et d’anciens agents de l’Agence de sécurité israélienne (Shin Bet). Parmi les responsables israéliens qui occupent ou ont occupé des postes au sein du conseil d’administration de Black Cube au fil des ans, figurent les anciens directeurs du Mossad, Meir Dagan et Efraim Halevy, et l’ancien chef de la police israélienne, Yohanan Danino.

Le grand public a été sensibilisé à Black Cube en 2017 lorsque le magazine New Yorker a révélé que le producteur hollywoodien aujourd’hui déshérité, Harvey Weinstein, l’avait engagé pour collecter des informations sur une actrice l’accusant de mauvaise conduite sexuelle. Black Cube a présenté ses excuses pour avoir accepté l’offre de mission de Weinstein, mais la société a depuis été liée à plusieurs autres incidents controversés, notamment des attaques contre des responsables de l’administration Obama et, semble-t-il, contre un membre du Citizen’s Lab.

Tal Dillian. Photo: Amit Sha & # 39; alTal Dillian. Photo: Amit Sha’al

Ces entreprises agissent rarement seules et entretiennent souvent des liens commerciaux entre elles. Par exemple, Circles Technologies, une autre société de surveillance co-fondée par Dilian, a été rachetée en 2014 par la société de participation Francisco Partners, basée à San Francisco, qui l’a faite fusionner pour devenir NSO, dans laquelle elle détenait une participation majoritaire à l’époque.

Mais ces sociétés ont un dénominateur commun encore plus dominant : elles ont toutes été créées ou sont composées d’employés de l’armée et des vétérans de la sécurité israéliens. Les personnes qui passent au secteur privé après leur libération des services de l’armée et utilisent les connaissances, l’expertise professionnelle et l’expérience pratique qu’elles ont acquises dans l’unité 8200, l’équivalent militaire de la NSA dans l’armée israélienne, au Mossad ou au Shin Bet, développent des produits devenant commercialisables au plus offrant. Il peut s’agir d’une entité privée cherchant à discréditer une entreprise rivale ou à empêcher la divulgation d’informations préjudiciables, ou bien de pays aux antécédents douteux au mieux, en matière de respect des droits de l’homme.

L’écosystème technologique israélien est mondialement reconnu pour ses innovations, mais des sociétés comme NSO, Black Cube et AnyVision lui jettent une ombre sinistre. Aux yeux du public et des médias, Israël commence à être de plus en plus dépeint comme un pays qui aide les autres, qu’il s’agisse d’États, de sociétés ou d’individus, à terroriser ses rivaux et à renforcer l’impact des régimes obscurs et des entreprises agressives. Cela va bien au-delà des dilemmes classiques consistant à déterminer si les activités des sociétés privées doivent être limitées.

Israël forme non seulement les dirigeants de ces sociétés, leur fournissant les compétences nécessaires pour créer leurs produits, mais il autorise également toutes les exportations de technologies de sécurité israéliennes, ce qui les rend encore plus coupables. Israël ne peut plus rester les bras ballants et ignorer ces atrocités. Le ministère israélien de la Défense, en tant qu’organe chargé de réglementer ces ventes, peut et doit faire davantage pour empêcher les technologies israéliennes de tomber entre de mauvaises mains. L’État devrait également rechercher des moyens d’empêcher que les compétences qu’il confère à ses soldats et à ses agents ne deviennent des marchandises vendues au plus offrant. Même si Israël reste indifférent aux implications morales de ces activités, peut-être devrait-il prendre des mesures pour éviter de nuire davantage à l’image soigneusement construite d’une démocratie avancée qu’il tente de présenter au monde.

calcalistech.com

4 COMMENTS

  1. Jg, je suis d’accord. Il faut sûrement des mesures de régulation, mais nous ne sommes pas à Moscou ou Pékin. Donc, laissons les patrons d ces boîtes prendre leurs responsabilités. Il vaudrait mieux surveiller les ennemis du PAYS qui espionnent eux aussi, tout aussi illégalement si non plus.

  2. La question est: il existe des mécanismes régulateurs pour l’économie, la médecine (éthique), des commissions industrielles… Etc. L’autre question concerne la préservation des secrets militaires, de l’exclusivité, permettant de toujours garder une info d’avance sur ses concurrents directs. A trop divulguer dans le civil, tout le monde peut copier, voire demain faire mieux. A donner des infos classifiées à des dictatures potentiellement adverses, on risque de se faire bouffer la main…

  3. Vieille interrogation sur la responsabilité du fabricant, et de l’usage qui est fait de ce qu’il fabrique…
    Peut-on reprocher à des gens sortis de l’armée à se servir de ce qu’ils y ont appris, voire amélioré par la suite ?
    Ces entreprises de renseignements (et pas d’espionnage) offrent leurs services, et savent-elles et/ou sont-elles responsables du résultat livré ? Et en quoi le pays devrait-il endosser la responsabilité de ce qui résultera de la “livraison du produit”?
    Toutes ces start-up, revendues ou offrant leurs services ne sont-elles pas nées de leur production au cœur des labos Ysraeliens ?
    Ceci est certes dommageable, forcément, mais est d’ordre de l’entreprise privée.
    Et, bien entendu, chaque nation a ses lois pour cela.
    Chacun paiera pour ses actes, un père pour lui-même, un fils pour lui-même. Ce dernier sorti de l’autorité parentale…

  4. Il faut regarder d abord les entreprises étrangères sous couverture d états qui agissent en permanence contre l état Juif .il y a plus de 150 états dans le monde qui interviennent pour nous nuire .
    Alors NSO et autres sont très limités par rapport ,aux agissements de tous ces pays !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.