Des roquettes au BDS, la politique ternit l’Eurovision  

0
867

Des roquettes au BDS, la politique domine la réception de l’Eurovision par Israël 

Israël a injecté plus de 5,6 millions de dollars dans la sécurité pour l’Eurovision ; Des dizaines de milliers de policiers patrouilleront les lieux dédiés au concours tout au long de la semaine. Selon l’Association des hôtels de Tel Aviv, le concours de la chanson a attiré beaucoup moins de visiteurs étrangers que prévu. “Il y a vraiment plus de controverse autour du concours israélien que dans le passé”, a déclaré John Kennedy O’Connor, auteur d’un historique du concours Eurovision de la chanson.

En tant qu’hôte de l’Eurovision de cette année, Israël a tenté d’utiliser le concours très populaire de la chanson pour se présenter comme un pays tolérant et cosmopolite qui gagne, de plus en plus, sa bonne notoriété et sa reconnaissance pleine et entière sur la scène mondiale. Mais malgré les meilleurs efforts d’Israël pour s’en démarquer, le festival du kitsch est assombri par des conflits et des controverses politiques.

Des terroristes palestiniens ont bombardé le sud d’Israël par des centaines de roquettes lors d’une série de combats sanglants la semaine dernière, faisant craindre que le concours ne soit interrompu par la violence. Le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions dirigé par des Palestiniens contre Israël exhorte les touristes et les artistes à rester chez eux. Même une vidéo promotionnelle israélienne pour le concours semble s’être retournée contre elle, s’attirant des accusations d’antisémitisme et de misogynie.

 “Il y a vraiment plus de controverse autour du concours israélien que dans le passé”, a déclaré John Kennedy O’Connor, auteur de l’histoire officielle de l’Eurovision.

L’Eurovision a fait ses débuts au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour soigner un continent divisé. Au fil des ans, le spectacle de l’unité européenne s’est développé pour donner naissance à un spectacle grandiose rassemblant des acteurs de 41 pays, y compris ceux qui n’ont que peu ou pas de liens avec l’Europe, tels que la Turquie et l’Australie. Au dernier tour, les téléspectateurs choisissent le gagnant en exprimant leurs votes par SMS.

Israël a mérité le droit de l’accueillir après que la chanteuse israélienne Netta Barzilai a remporté le prix de l’année dernière avec son hymne populaire «Toy». Anticipant peut-être la controverse, les organisateurs ont décidé de tenir le concours à Tel Aviv – la capitale culturelle israélienne, réputée pour ses plages et ses quartiers gay, son mode de vie amical – au lieu de Jérusalem contestée, conservatrice et traditionnelle.

O’Connor décrit l’accueil de l’Eurovision comme une “opportunité en or” pour un petit pays comme Israël qui essaie de se vendre comme destination de vacances. “Israël peut prendre le contrôle de son image et dire :” Regardez, nous rassemblons les nations et organisons un grand spectacle “, a-t-il déclaré.

Mais presque immédiatement, le mouvement BDS dirigé par des Palestiniens a commencé à appeler les artistes interprètes ou exécutants à se retirer du concours, à cause dr la politique israélienne à l’égard des Palestiniens.

Des dizaines d’artistes européens, dirigés par l’ancien leader du groupe Pink Floyd, Roger Waters, ont signé une lettre demandant que le concours soit déplacé ailleurs. Des manifestations ont eu lieu devant les studios de télévision lors de plusieurs finales nationales. Les activistes du boycott ont pris d’assaut la scène lors de la demi-finale en France. Les artistes islandais ont juré de tirer parti de leur plate-forme pour montrer le “visage de l’occupation”.

Bien qu’aucun des radiodiffuseurs ou interprètes nationaux n’ait quitté la compétition, le mouvement BDS a attiré l’attention internationale sur des sujets qu’Israël espérait éviter.

Ajoutant aux tensions, le concours coïncide avec le jour commémoratif des Palestiniens, anniversaire de leur «nakba» ou catastrophe, lorsque des centaines de milliers de personnes ont fui ou ont été forcées de quitter leur foyer lors de la guerre de 1948, déclenchée par les États arabes qui a conduit à l’établissement de Israël.

Des dizaines de manifestations pour marquer le jour de deuil et de protestation, en plein milieu de l’Eurovision, sont prévues dans tout le pays et en Cisjordanie. Cette semaine, un groupe d’activistes israéliens de gauche a suspendu une bannière sur une autoroute de Tel-Aviv pour promouvoir des tournées politiques en Cisjordanie. Le panneau d’affichage indique «Oser rêver de la liberté», une pièce de théâtre sur la devise de l’Eurovision de cette année.

Le 15 mai, des factions armées palestiniennes à Gaza se mobilisent en direction de la barrière de la frontière israélienne. La manifestation de la Nakba, organisée à Gaza à la suite de l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem, a entraîné, l’an dernier, la mort de plus de 60 Palestiniens (dont la majorité issus des rangs des organisations terroristes, mais l’effet en terme d’image, a réussi à noircir cette cérémonie d’inauguration). Israël dit qu’il défend sa frontière et accuse les terroristes du Hamas d’utiliser la foule pour couvrir leurs attaques.

Qu’il s’agisse d’attaques à la roquette, d’appels de boycott de plus en plus importants ou simplement de coûts de billet et de déplacement prohibitifs pour certains fans européens, l’Association des hôtels de Tel Aviv a déclaré que le concours avait attiré beaucoup moins de visiteurs étrangers que prévu.

Le directeur de l’association, Oded Grofman, a estimé que les hôtels accueilleraient environ 5 000 visiteurs, soit bien en deçà des 15 000 prévus par l’Eurovision. Les autorités portugaises du tourisme ont déclaré que le festival de chansons de l’année dernière à Lisbonne avait attiré 90 000 personnes.

Grofman a déclaré que la difficulté des voyages en Israël, combinée à des problèmes de billetterie en ligne, à des tarifs de chambre gonflés et à des prix de billetterie élevés, avait contribué à faire baisser la demande. Bien que les combats à Gaza de la semaine dernière n’aient abouti qu’à des annulations mineures, il a déclaré que l’instabilité politique avait peut-être dissuadé tous les supporters, à l’exception des plus fidèles.

«Nous arrivons toujours au même point… où notre pays est un pays normal et qui dépend des choix du Hamas», a déclaré Izhar Cohen, qui a remporté le premier titre Eurovision d’Israël en 1978.

Cohen devait se produire aux côtés d’anciens lauréats lors d’un concert prélude dans le centre d’Israël la semaine dernière, mais l’événement, qui devait attirer des milliers de fans, a été reporté à juin en raison de tirs de roquettes palestiniennes.

Israël a injecté plus de 5,6 millions de dollars dans la sécurité de l’Eurovision, soit “nettement plus” que les années précédentes, selon Sharon Ben-David, porte-parole de la station de radio publique israélienne pour l’Eurovision. Des dizaines de milliers de policiers patrouilleront les zones où se produit le concours tout au long de la semaine.

Neil Farren, préparateur du concours des blogs en direct destiné aux commentateurs de l’Eurovision à Tel-Aviv, a déclaré que la sécurité et les briefings visiblement renforcés sur les sirènes des raids aériens et les abris anti-bombes ont probablement ébranlé certains candidats, qui sont restés muets sur la situation politique.

Au cours d’une conférence de presse difficile, la semaine dernière, un modérateur israélien a coupé la parole à un journaliste qui tentait de demander aux artistes interprètes s’ils craignaient des attaques à la roquette palestiniennes, insistant sur le fait que les affaires se poursuivraient comme d’habitude.

Une vidéo musicale promotionnelle diffusée vendredi par les chaînes de télévision israéliennes du concours a tenté de relever les défis de front, se moquant des stéréotypes du pays comme une terre de guerre et d’occupation, des tensions religieuses et des prix exorbitants.

Les critiques affirment que la vidéo ironique va trop loin, promouvant des préjugés antisémites et dissimulant le conflit avec les Palestiniens. À un moment donné, l’animateur parle de «belles plages du pays», mais les sous-titres anglais disent «de belles chiennes». On n’a pas su immédiatement s’il s’agissait d’une erreur ou d’une tentative de faire osurire en se moquant de son accent.

Le festival a déjà résisté à la controverse, a déclaré O’Connor, historien de l’Eurovision.

Lors de l’accueil de l’Azerbaïdjan en 2012, des manifestations de masse contre la répression du gouvernement ont éclaté lors de l’événement. La Russie a fait face à des appels au boycott contre ses lois anti-homosexuelles il y a 10 ans. L’Irlande du Nord a accueilli le concours au plus fort de ses violences sectaires et interconfessionnelles. Les anciennes républiques soviétiques tentent souvent de contourner l’interdiction du concours en portant des coups voilés contre la Russie.

Malgré les ombres qui pèsent sur les festivités israéliennes, les préparatifs avancent, les nations rivales répétant leurs mises en scène pop et Madonna confirme son apparition, en  défiant les pressions du BDS.

“Cette année”, a déclaré O’Connor, “on dirait que ce sera très israélien”[plein d’improvisation et de surprises].

 

 Publié le  13-05-2019 08:23

Dernière modification: 2019-05-13 12:04

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.