Depuis quand la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient?

13
953

Politique arabe: pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d’Algérie

« Les Trente Honteuses » (1) de Roland Lombardi sont l’histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, durant une période qui s’étend de la fin de la guerre d’Algérie (1962) à la fin de la guerre civile libanaise (1990).

Mais elles sont aussi, l’histoire des trente années qui ont finalement creusé le tombeau de l’influence française dans le monde arabo-musulman en général. Cette étude est une analyse critique, pertinente et originale de cette période de l’histoire des relations diplomatiques de la France avec les États arabes et musulmans.

Tout en essayant de battre en brèche les mythes historiques et d’éviter les travers trop rapides d’un certain « déclinisme », cet ouvrage est une observation sévère, mais non moins constructive d’une politique étrangère en Méditerranée et au Moyen-Orient héritée de la période gaullienne, trop souvent considérée comme un dogme intouchable. Extrait 1/2.

En dépit des discours officiels du Quai d’Orsay ou des responsables politiques (qui relèvent plus de la méthode Coué que du réalisme géopolitique), la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient, elle ne pèse plus ! Première cible occidentale du terrorisme islamiste, hors-jeu dans le règlement actuel de la crise syrienne, inaudible dans la résolution du conflit israélo-palestinien, paralysée en politique intérieure (vis-à-vis de l’islam radical, des Frères musulmans comme des salafistes) et extérieure (positions inconséquentes en Syrie et au Liban) par ses « clients » du Golfe, la France, on le voit chaque jour, n’a plus aucune influence dans cette partie du monde.

Certes, Paris fait de bonnes affaires, notamment dans le commerce des armes, mais qui connaît bien le monde arabe sait pertinemment que son image ne cesse pourtant de se détériorer.

De fait, notre pays n’est plus que « considéré comme une petite puissance hautaine et moralisatrice, mais qui dans les faits, n’est qu’une marchande de canons (4e exportateur d’armes dans le monde), prisonnière de ses riches clients du Golfe ». 

Alors, d’aucuns accusent les deux derniers septennats de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande d’être à l’origine de l’affadissement du rayonnement français. Toutefois, si les deux derniers présidents français ont certes leurs parts de responsabilité dans l’état actuel de notre diplomatie au Moyen-Orient, à leur décharge, le mal est beaucoup plus ancien.

En effet, le déclin de l’influence française au Moyen-Orient et dans le monde arabo-musulman a commencé, aussi paradoxalement que cela puisse paraître et comme certains veulent encore trop souvent dire le contraire, depuis la fin de la guerre d’Algérie.

(…) En mettant fin à la guerre d’Algérie, De Gaulle souhaitait que la France trouve son chemin dans un monde arabe décolonisé et y reprenne une place de choix. Conseillé par Couve de Murville, De Gaulle va alors mettre sur pied une véritable « politique (pro) arabe »  à grande échelle. Certes, les raisons qui le poussent sont d’abord essentiellement liées à des projets géopolitiques, selon une approche rationnelle. En effet, deux postulats motivent cette ligne stratégique nouvelle : d’abord, l’approvisionnement en hydrocarbures dans cette période de croissance économique et industrielle devient une question primordiale ; ensuite, les perspectives de développement économique et démographique arabe semblent annoncer l’émergence de marchés attractifs que peut capter la France. Approvisionnement en matières premières et débouchés commerciaux restent donc l’approche « mercantile » dont la France a appris à actionner les leviers depuis le temps de Colbert.

Mais cette « nouvelle » politique arabe de Paris est également motivée par une vision de grandeur. Comme on l’a vu, dans cette optique de rayonnement, De Gaulle s’appuie sur le fait qu’à cette époque un certain nombre d’États arabes ne soient pas durablement alignés sur l’un des deux supergrands. Jouer la carte des États non alignés, en premier lieu ceux du monde arabe, lui permet de redonner à la France un rôle international de premier plan tout en apparaissant lui-même, comme grand architecte d’une troisième voie, se plaçant aux yeux de l’opinion publique « à la tête du Tiers-monde » .

Grandeur de la France et de son dirigeant semble alors synonyme dans cette approche gaullienne.

Afin de mener ce grand projet, il a semblé nécessaire de sacrifier l’alliance entretenue depuis des années avec Israël. (…) Le général De Gaulle voulait que la France reprenne sa place dans cette région de la Méditerranée. L’histoire l’y poussait, mais surtout la volonté de ne pas laisser les États-Unis et l’URSS seuls gérer les affaires du monde ; tout en espérant devenir le grand leader du Tiers-monde et d’une Troisième voie. De Gaulle voulait que la France « reprenne » ou « garde son rang », mais ce fut un échec.

La politique de ses successeurs, de Pompidou à Mitterrand, n’a plus comme objectif que d’être la voix d’une ancienne puissance perdue dans le désert et surtout de payer le pétrole moins cher tout en attirant des pétrodollars. La politique de grandeur rêvée par De Gaulle évolue vers une « politique arabe de la France » basée sur des idées erronées, des mythes, des fantasmes et surtout l’esprit de commerce.

Certes, cette politique permit à la France de recevoir le pétrole arabe et de développer ses positions commerciales notamment dans le très fructueux commerce des armes et des équipements militaires.

Le rêve d’indépendance de De Gaulle s’est donc rapidement estompé puisque Paris est passé ainsi d’une dépendance énergétique à une autre, commerciale et industrielle.

(1) En opposition aux « Trente glorieuses », expression créée par l’économiste Jean Fourastié et qui définit la période de forte croissance et de prospérité qui touchent de la plupart des pays développés, de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au premier choc pétrolier de 1973. 

Extrait du livre de Roland Lombardi, “Les Trente Honteuses”, publié chez VA Editions.

 

13 COMMENTS

  1. Il ne reste qu’une seule chose à la France pour sauver son honneur et ses valeurs :

    Redevenir Chrétienne .

    Pour une fois elle serait détestée par les muzz pour la bonne cause

  2. Merci à Jforum de présenter ce Livre.
    J’espère que beaucoup de Français vont le lire s’ils n’ont déjà pas les paupières cicatrisées.

    • A voir aussi en replay, l’émission d’Elie Chouraki sur I24news : interviewe avec Christian Mallard et le fils ainé du Chat d’Iran……

  3. Il faut reconnaître que la France a fait de bonnes affaires grâce à sa politique et qu’elle en a tiré une certaine prospérité. Mais, bon, la prostituée qui œuvre près de la gare fait aussi de bonnes affaires….

  4. Parmi les fantasmes et les mensonges utilisés par ceux qui veulent absolument faire croire que la France est l’amie d’Israël, rappelons simplement les événements suivants :
    1. La France a été l’un des derniers pays à reconnaitre Israël lors du vote à l’ONU.
    Elle l’a fait une fois qu’elle était sûre que les armées arabes étaient définitivement battues.
    2. La France a fourni à Israël les secrets de la bombe atomique, sauf qu’elle l’a fait en échange de l’engagement de l’armée israélienne dans la Campagne de Suez en 1956, après que le colonel Nasser ait nationalisé le Canal de Suez; Shimon Pérès a traité ce dossier.
    3. La France a décrété en Juin 1967, un embargo unilatéral sur les armes à destination du Moyen Orient, en sachant qu’Israël était le seul pays à s’approvisionner en armes françaises.
    4. La France de Georges Pompidou a interdit aux avions américains de survoler le territoire français, au moment où ils ravitaillaient en urgence, Israël en armes, à un moment critique de la Guerre de Kippour en 1973, alors qu’Israël regardait la mort en face.
    5. La France a refusé de livrer à Israël 100 avions “Mirage” payés, dont la livraison n’a pas été honorée, elle a préféré les livrer à la Lybie.
    6. La France a refusé de livrer les “frégates de Cherbourg” elles aussi payées et non livrées, mais Israël les a “récupérées” après un coup fameux organisé par le Mossad.
    7. La France ne rate jamais une occasion de voter contre Israël dans toutes les organisations internationales, et ce, quelle que soit l’accusation prononcée, y compris à l’OMS où elle a soutenu la condamnation d’Israël qui n’aurait pas fourni des soins médicaux à des blessés, alors qu’ils ont été plusieurs dizaines à être soignés à la frontière syrienne.
    8. La France qui est la plus grande donneuse de morale et de droit de la planète, utilise le Quai d’Orsay pour perpétuer sa fameuse “politique arabe”, tandis que les Roquets d’Orsay contrôlent les dépêches de l’Agence France Propagande chargée de déverser ses mensonges et ses calomnies contre Israël, à des torchonistes qui les diffusent telles quelles, sans les vérifier, et encore moins de les recouper, ce qui alimente un antisémitisme virulent.
    Ne pas oublier le rôle du Consulat de France à Jérusalem qui fait office d’ambassade de la “palestine” à Jérusalem, en charge de mener une intifada diplomatique locale contre Israël.
    Cette liste n’est hélas pas exhaustive, libre à chacun d’ajouter ses commentaires, cela permettra peut-être, d’ouvrir les yeux à ceux qui sont persuadés qu’elle est une “amie” …

    PS: Entièrement d’accord avec Aigos et ses remarques sur les “Traitres de la République” …

  5. Israel est plus respecté que la France et autres (Belgique, Allemagne, Suède, ……) dont l’avenir (point de non retour franchi) est la dhimmitude car elle/ils ont oublié des bases;
    de la culture arabo-islamique : embrasse la main que tu ne peux mordre,
    de la culture juive :si tu ne sais pas mordre, ne montre point tes dents,
    de la culture africaine :celui qui nourrit le mieux le crocodile n’a qu’un avenir, celui d’être le dernier a être mangé.
    Comme a son habitude la France a quelques guerres et quelques paix de retard et une constante, l’anti-judaïsme.

  6. A Damran : sauf que le micron n’est pas seulement déconnecté du proche et moyen orient, mais aussi de la France et de son peuple qui eux restent connectés à une réalité à laquelle ils ne peuvent se soustraire, qu’elle soit nationale ou internationale, et qu’il ne représente pas, puisque le micron n’est que l’agent d’une élite de classe qui n’a rien à faire du pays que l’on appelle encore France, ne songeant qu’à le piller. Le micron et sa bande n’ont pas de patrie, ils n’ont que des intérêts particuliers à faire valoir, comment pourraient-ils seulement se représenter un peuple d’Israël avec sa patrie, alors qu’ils ne savent même pas ce qu’est la France et son histoire ?

  7. Je suis peine quand j’entends ressasser l’extrait tout compte fait non central “le peuple d’elite, sur de lui et dominateur”, du discours de de Gaulle de novembre 1967, alors que le propos essentiel etait “la France doit reparaitre au Caire et a Alger”: le reve de grandeur a l’origine de cette declaration est bien explique dans le texte ci-dessus.

  8. Il n’y a que notre minable président pour croire que la France peut peser sur le conflit Israélo-peuple inventé.
    Il peut toujours se bercer d’illusions.
    ROSA

  9. Les temps de réaction de la France étant ce qu’ils sont, les Roquets d’Orsay ne se sont pas encore rendus compte que le Moyen Orient a évolué et que les choses ont beaucoup changé dans le monde arabo-musulman qui se rapproche de plus en plus d’Israël, en raison de l’inquiétante situation créée par l’Iran.
    De plus, tout ce que le général De Gaulle a déclaré, écrit ou décrété, est considéré comme sacro saint, intouchable, encore plus fort que les Ecrits Religieux universels.
    Ces Roquets d’Orsay sont des dégénérés irresponsables qui continuent à interpréter et prendre des décisions complètement débiles, basées sur des faits erronés et irrationnels.
    Comme si cette tare ne suffisait pas, ces descendants de collabos, catholiques antisémites traditionnels, contrôlent l’Agence France Poubelle qui désinforme les Français et ne communique aux torchonistes que des infaux à charge contre Israël, jamais rien de positif, que des torrents de saloperies quotidiennes diffusées à pleins tubes.
    Qui a lu/vu/entendu qu’Israël a trois fois plus de startups que la France et qu’il vend des pépites à plusieurs milliards de dollars à des acheteurs internationaux ?
    Même les responsables français qui se rendent en Israël pour chercher des idées, l’innovation, des partenaires, le font en cachette, tout est soigneusement caché.
    Les ordures qui sévissent à l’Agence France Pourritures ne communiquent même pas des résultats sportifs d’athlètes israéliens, ou autres choses intéressantes, rien, que de la merde.
    Ces raclures de poubelles vont jusqu’à déformer des événements pour les transformer en éléments à charge contre Israël, voilà ce qu’ils ont fait du journalisme honnête et objectif.
    Faut-il alors s’étonner que le gâteux de Ramallah tient à tout prix à un plan de paix proposé par la France, pensant qu’elle a les moyens de s’imposer comme partenaire influent ?
    Enfin, ce n’est pas demain la veille que le Micron va changer cette situation, nous l’avons vu à l’oeuvre à Jérusalem où il a montré le vrai visage d’une France déconnectée et hypocrite …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.