« Deer Forest » dans le Golan est fermée : le propriétaire a tué des cerfs.

Cette semaine, des responsables de la National Parks and Preserve Authority ont retiré tous les cerfs de la ferme touristique Deer Forest (Yaar a-Ayalim). Une attraction touristique populaire dans la région de Merom Golan a cessé d’exister.

Le créateur de la ferme, Moshe Amitai, a le cœur brisé : la ferme a été l’œuvre de sa vie. Il l’a ouvert sous le patronage de l’administration des parcs nationaux il y a près de trente ans, a créé des conditions idéales pour les animaux protégés (ceci est également reconnu par l’Agence) – mais, il s’est avéré que l’amour d’Amitai pour le cerf ne l’a pas empêché de temps en temps de les tuer et de vendre des carcasses pour la viande.

En 2018, l’Autorité des parcs nationaux a reçu un appel indiquant qu’Amitai, ayant obtenu l’autorisation de transférer deux animaux du zoo de Gush Etzion vers sa forêt de cerfs, les a abattus et vendus en cours de route. L’enquête ouverte a établi qu’au cours de l’année au moins huit cerfs ont été abattus et vendus pour un millier et demi de shekels.

Moshe Amitai n’a pas nié, a admis des « erreurs » et a exprimé des remords, donc, compte tenu de ses mérites dans l’élevage d’animaux et de nombreuses années de travail, ils l’ont d’abord traité avec humanité: l’Autorité des parcs nationaux a conclu un accord, en mai 2021 un verdict a été rendu : Amitai a écopé d’une amende de 25 000 shekels et de 350 heures de travaux d’intérêt général. Ils ont décidé de ne pas fermer la Deer Forest, le propriétaire s’engageant à ne plus couper ses animaux de compagnie.

Mais il n’a pas tenu parole. En moins d’un an, les autorités ont reçu un nouveau signal – dans la « Deer Forest », vous pouvez toujours commander de la venaison. L’information a été confirmée, une nouvelle affaire pénale a été ouverte contre Amitai. Même avant la fin du procès, certains des animaux ont d’abord été retirés de sa ferme, puis tous les autres – il a été reconnu que Moshe Amitai était un danger pour les cerfs, et il n’était plus possible de les laisser dans son possession.

Moshe Amitai, les larmes aux yeux, a continué à répéter aux journalistes qu’il « avait fait une erreur, admet sa culpabilité et demande pardon ». Son avocat, quant à lui, a déposé un recours pour le retour des animaux, selon Ynet ,  les arguments sonnaient fort – ils disent que les cerfs sont des animaux délicats et ne tolèrent pas le stress du transport, il est préférable pour leur sécurité de les renvoyer à leur habitat habituel, où des conditions optimales ont été créées pour eux.

Source : news.israelinfo.co

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.