De Jérusalem à Djeddah

Analyse: les délégations israéliennes se rendent discrètement en Arabie saoudite depuis deux ans, avec le consentement tacite du régime; tandis que Riyad peut affirmer publiquement qu’il n’y a aucun lien avec «les sionistes», tout le monde – y compris les Iraniens – connaît la vérité et attend de voir comment cet état de choses se déroule.

Smadar Perry|
Publié le: 02.01.20, 09:38

Qui sommes-nous censés croire en ce qui concerne le véritable état des relations israélo-saoudiennes?
D’une part, Adel al-Jubeir, le ministre saoudien vétéran, insiste sur le fait que “nous n’avons aucun lien d’aucune sorte avec Israël”. De l’autre, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, dans un communiqué historique, a appelé les hommes d’affaires israéliens à se rendre en Arabie saoudite et à explorer des options pour des coentreprises.

שר החוץ של סעודיה עדל אל ג'ובייר ב שגרירות סעודיה לונדון בריטניה

Le ministre d’État saoudien Adel al-Jubeir à l’ambassade de Londres de son pays
( Photo: AFP )
Une seule journée s’est écoulée entre les messages saoudiens et israéliens apparemment contradictoires – le premier sonnant comme un déni et le second un surprenant appel à l’action.
Mais sous la surface, tout est coordonné, que Deri et Jubeir – un renard politique expérimenté qui a servi d’ambassadeur de son pays à Washington – ne le savent que trop bien.
La vérité est que les délégations israéliennes se rendent tranquillement en Arabie saoudite depuis deux ans. Certains sont accompagnés de hauts responsables de la communauté de la sécurité, d’autres d’hommes d’affaires.
La plupart – mais pas tous – détiennent des passeports d’autres pays, mais il est évident, que leurs hôtes saoudiens savent qui ils sont vraiment et d’où ils viennent vraiment.
En fait, j’ai récemment reçu une boîte de cookies avec “Made in Jeddah” écrit en anglais et en arabe. Le donateur n’avait pas à expliquer d’où ils venaient.

כדורגל

Photos, à droite, du président palestinien Mahmoud Abbas, du défunt dirigeant palestinien Yasser Arafat, du roi d’Arabie saoudite et du prince héritier Mohammad bin Salman, lors d’un match de qualification à la Coupe du monde entre la Palestine et l’Arabie saoudite en Cisjordanie, oct.2019
( Photo: Reuters )
Pour l’instant, tous les Israéliens ne pourront pas entrer en Arabie saoudite. Seuls ceux qui ont un passeport étranger pourront discuter avec les habitants et visiter les sites célèbres.
Les permis d’entrée dans le royaume sont entre les mains du prince héritier Mohammed bin Salman et de ses associés, et ce sont eux qui décident quels Israéliens bénéficieront de ce brave nouveau monde, tout en les surveillant naturellement de près.
Bin Salman continue de cultiver la nouvelle ville désertique de Neom en tant que destination touristique moderne, tandis que les investisseurs et les hommes d’affaires affluent.
Des partenariats internationaux s’ouvrent également à Djeddah – et Israël propose de faire entrer l’Arabie saoudite dans le monde de la haute technologie et d’étendre son industrie alimentaire locale.
Tous ceux qui ont voyagé d’Israël à Djeddah jusqu’à présent l’ont fait par vol spécial (en coordination avec la communauté de la sécurité) ou par Royal Jordanian Airlines.

מייק פומפאו מזכיר המדינה של ארה"ב עם מוחמד בן סלמן מב"ס יורש העצר של סעודיה

Le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman accueille le secrétaire d’État américain Mike Pompeo
( Photo: Reuters )
L’homme de la rue en Arabie saoudite ne sait pas encore comment repérer les Israéliens, et il ne rêve pas non plus qu’ils seront fermement de son côté très prochainement. Il a également du mal à parler ouvertement d’éventuels liens ou partenariats avec Israël.
Mais bin Salman y voit une occasion de détourner l’attention du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et de jeter un voile sur les dizaines de prisonniers – pour la plupart des femmes – qui se battent pour les droits de l’homme. Il sait que les visiteurs israéliens qui viennent ouvertement dans le royaume, créeront un véritable buzz.

שריפה תקיפה תאגיד נפט aramco ארמקו סעודיה

Le site de l’attaque d’une installation pétrolière saoudienne que le royaume a imputé à l’Iran
( Photo: Reuters )
Peut-être plus important encore pour les Saoudiens, cela représenterait une énorme gifle massive en peline face des Iraniens. En Arabie saoudite, les graves dommages causés à l’installation pétrolière d’Aramco par le Corps des gardiens de la révolution n’ont pas été oubliés.
L’Iran s’est déjà prononcé contre l’élaboration de cette “nouvelle relation” sans nommer explicitement les pays concernés, car les Saoudiens insistent officiellement – pour l’instant – sur le fait qu’il n’y a pas de relations “avec les sionistes”.
Tout le monde – en particulier en Iran – sait cependant que le message de Deri n’était pas sans coordination préalable et attend de voir comment se déroulera cet état de fait.
Smadar Perry
Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.