Comment le régime iranien a propagé le coronavirus au Moyen-Orient

Téhéran sait depuis cinq jours qu’il y a probablement eu plus de cas concentrés dans la ville sainte de Qom, où les pèlerins religieux se rassemblent

Un garçon iranien fait un geste alors qu'il porte un masque de protection pour éviter de contracter un coronavirus à Téhéran (crédit photo: REUTERS)
Un garçon iranien fait un geste alors qu’il porte un masque de protection pour éviter de contracter un coronavirus à Téhéran (crédit photo: REUTERS)

Lundi, le responsable iranien Ahmad Amirabadi a déclaré qu’il y avait eu jusqu’à 50 décès en Iran dus au coronavirus. Le régime a fait ce qu’il sait faire de mieux : il a cherché à le faire taire et à le condamner pour avoir diffusé la nouvelle, affirmant que seulement 12 individus étaient morts du virus et qu’il n’y avait que 61 cas dans le pays.

Cependant, depuis cinq jours, l’Iran sait qu’il y a probablement eu plus de cas concentrés dans la ville sainte de Qom, où les pèlerins religieux se rassemblent.

Les Iraniens ont été largement laissés dans l’ignorance depuis mercredi dernier, lorsque deux décès dus au coronavirus ont été annoncés en République islamique. Le régime voulait que les élections se déroulent bien le 21 février, il a donc cherché à empêcher toute nouvelle du virus pendant des jours.

Samedi, il était trop tard et le pays a décidé de fermer les écoles et les universités. Mais les Iraniens et d’autres pèlerins qui sont venus à Qom et sont tombés malades du virus étaient déjà en route.

Ils sont retournés par avion à Najaf en Irak et via Dubaï à Bahreïn, et sont arrivés au Koweït et à Oman. L’Iran n’a informé ses voisins que trop tard. Vendredi dernier, des responsables du gouvernement turc avertissaient déjà qu’il pourrait y avoir 750 cas en Iran.

Le vice-ministre iranien de la Santé Iraj Hairichi (nos images) et le député Mahmoud Sadeghi disent maintenant qu’ils sont malades du virus, et les responsables admettent que beaucoup d’autres sont malades. De nouveaux cas à Oman et à Bahreïn ont été annoncés mardi – tous liés à l’Iran.

L’Iran a maintenant mis le feu au Moyen-Orient en répandant les craintes de propagation du coronavirus. Le virus était principalement limité à la Chine jusqu’à il y a deux semaines. Il s’est ensuite rapidement déplacé vers l’Italie et la Corée du Sud, où l’on pense qu’il y aurait respectivement des centaines et 1 000 cas. Mais le régime de Téhéran a délibérément caché le nombre de malades.

Elle l’a peut-être fait en partie par incompétence, avec un ministère de la Santé qui ne savait pas comment trouver, mettre en quarantaine ou tester les malades. En fait, l’Iran n’a pas fait ce que la Chine ou l’Italie ou d’autres pays ont fait. Il n’a pas été transparent et n’a même pas mis en quarantaine les cas repérés à Qom ou ailleurs. Au lieu de cela, l’Iran a agi comme un incubateur.

Dimanche, le président iranien Hassan Rouhani s’est entretenu avec une délégation autrichienne. Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a souri et ri avec les Autrichiens. Le virus était une grosse blague pour le président et le ministre. Zarif a ensuite plaisanté en disant qu’il n’avait pas le virus. Rouhani a affirmé que le virus ressemblait aux sanctions américaines : il semblait pire qu’il ne l’était.

Non loin de l’endroit où les hommes riaient, Mojtaba Rahmanzadeh, maire du district 13 de Téhéran, tombait malade et était hospitalisé à cause du coronavirus. Il avait été diagnostiqué samedi. Mais les Autrichiens n’ont pas pressé le régime iranien de discuter de la question.

APRÈS, L’IRAN a fermé des écoles et une université dimanche et lundi, les gens ont commencé à exiger des réponses et des masques de protection. Mardi, trois autres personnes étaient déclarées mortes, portant le bilan à 15, le deuxième plus élevé en dehors de la Chine. La police iranienne cherchait des masques médicaux.

Les craintes de hausses de prix sont monnaie courante. La police a affirmé mardi avoir trouvé des millions de masques cachés dans des entrepôts. Le virus semble être une urgence nationale, car Ali Shamkhani du Conseil suprême de sécurité nationale a attaqué Amirabadi pour avoir répandu la nouvelle des 50 morts.

Les voisins de l’Iran en ont assez du manque de transparence du régime. Ils ont fermé leurs frontières ou institué des contrôles drastiques. Les personnes qui ont voyagé en Iran et sont arrivées à Nadjaf en Irak, à Bahreïn et à Oman sont maintenant malades. Il y a huit cas au Koweït et six à Bahreïn.

Les Émirats arabes unis ont interrompu cette semaine des dizaines de vols à destination des villes iraniennes. Oman a arrêté les importations en provenance d’Iran. Le Koweït a fermé ses frontières et ses ports. L’Afghanistan a fermé sa frontière mais s’inquiète des milliers de personnes qui traversent illégalement. Bahreïn arrête les vols en provenance des Émirats arabes unis.

L’exportation du virus par l’Iran a provoqué une inquiétude massive en Irak. A Najaf, 20 personnes sont actuellement sous observation à cause du virus. Et l’Irak n’est pas bien préparé. Les masques médicaux sont obsolètes, les numéros de téléphone du ministère ne fonctionnent pas et le pays a du mal à arrêter ses voyages à Najaf et à suspendre ses voyages en Iran.

L’Iran et l’Irak sont étroitement liés par les questions religieuses, le trafic d’armes et le commerce. Couper ces contacts est un geste majeur. Cela arrive à un mauvais moment pour Bagdad, après des mois de protestations et avec un nouveau Premier ministre sans gouvernement. Dans la région du Kurdistan, il y a de longues files d’attente dans les stations-service car les gens craignent la fermeture des frontières.

LE GOUVERNEMENT D’IRAN est dans le déni. Rouhani a affirmé que le virus n’est pas pire que la grippe aux États-Unis qui tue des milliers de personnes par an. Il affirme que le pays, avec l’aide divine, vaincra le virus.

« Le coronavirus est un voyageur non invité et se rend dans n’importe quel pays, mais nous devons surmonter ce problème », a-t-il déclaré mardi.

La vérité est que le gouvernement de Rouhani a aggravé la situation en couvrant l’étendue du virus et en ne fournissant pas de réponses transparentes à la communauté internationale ou aux voisins de l’Iran. Le régime s’est habitué à cela au cours des derniers mois, après avoir abattu un avion de ligne ukrainien et tué 1 500 manifestants. La mort du virus n’a pas d’importance pour le régime, comme l’indique Rouhani : si des milliers de personnes meurent, voire des dizaines de milliers, ce sera comme tout autre virus de la grippe, et le pays ira de l’avant.

Pour les Iraniens moyens, devenir des dommages collatéraux d’un pays essayant de préserver sa réputation, n’est peut-être pas le meilleur statut pour lequel ils auraient négocié. Pour l’Irak, Bahreïn, Oman, le Koweït, le Liban et d’autres pays actuellement menacés en raison des personnes qui se sont rendues en Iran, l’indécision du gouvernement – et le fait qu’il ne traite pas le problème comme une urgence – pourrait également être une mauvaise nouvelle.

Cela provoque déjà la panique dans le Golfe et en Irak. Les ministères de la santé d’Erbil dans la région du Kurdistan à Abu Dhabi essaient de rassurer les gens pour qu’ils ne paniquent pas et ne répandent pas de rumeurs. La réticence de Téhéran à participer à une réponse régionale à la crise n’aide pas à étouffer les rumeurs.

Le régime iranien a une mentalité d’assiégé qui est utilisée pour blâmer les étrangers d’être responsables de ses problèmes. Il blâme les médias étrangers pour avoir signalé le virus. Même les contacts tendus de l’Iran avec d’autres pays l’auront averti de ne prendre aucun risque avec ce virus. La Chine sait quels peuvent en être les conséquences, tout comme les États du Golfe.

Mais l’Iran n’a pas écouté. Il a gardé son Mahan Air et d’autres transporteurs en vol. Les pèlerins continuaient à venir parce que la théocratie, qui est l’essence de ce régime, jugeait la foi plus importante que la science. Les pharmacies n’ont plus de masques en Iran. Les gens sont confus et inquiets – tout comme le Moyen-Orient tout entier.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

15 Commentaires

  1. parait que le grand führer de l’entité islamique est bien mal en point et serait en quanrantine , he is in quarantine .
    qu’est ce qui peut bien se cacher derrière un guide suprême malade d’un corona virus ? qu’est ce qui peut bien faire qu’un guide suprême tombe malade au même titre que ses sujets ?

  2. yeps ne confonder pas la russie avec l’ukraine tchernobil c etait a kiev , et non a moscou .
    ceci dit tous les communiste sont la meme chose , le peuple n’a aucun droit , pas meme celui de penser , alors ne les metter pas en mauvaise posture s ce sont des pauvres ames , qui font ce que l on oblige de faire . par contre ces putains de mussilm avec tout leur pognons sont des cons illetres ,betes plus que leurs chameaux , ne savent faire que foutre la merde la ou il vont . vous avez le model de l’algerien , plus con que lui tu meurt

  3. adenv
    inch allah ce sont le regime iranien et ses complices génocidaires qui vont disparaitre grâce coronavirus pour leur haine, leur gout du sang, leur jalousie incommensurable d’Israël et des Usa!!!

    les racistes génocidaires sont tes fréres et toi-même pauvres moutons enrages devorés par ta haine du peuple elue et des Usa!!!

    Les dhimis suceurs des iraniens auront la meme fin….

  4. À adnev. Espèce de fou criminel musulman, vos imprécations et malédictions vont se retourner contre vous et votre race maudite. Et israël et ceux qui y vivent seront protégés par notre savoir-faire et avec l’aide de D. Petite ordure, avez-vous entendu un seul juif se réjouir de l’épidémie qui commence à sévir dans les pays musulmans voisins ?

    • Un truc que je ne pige pas avec le rafraîchissement de page : vous l’avez encore en vue? Parce que le comm. a giclé comme il se doit au moins hier… Nous avons le nom et l’adresse du nuisible, non loin de CastelLane et Saint-Julien du Verdon. A l’avenir, ça ne devrait pas trop lui réussir…

      Evidemment que les gens tombent comme des mouches en Iran, alors qu’on ramène des rescapés en Israël qui ont échappé au virus. Le problème est qu’il n’y a pas de pays totalement imperméable et qu’il faut mettre en quarantaine tout individu en provenant, riche ou pauvre, fils de rien ou fils de dictateur et qu’on se bat contre un virus, pas contre une population.

  5. « LUCCHINI PATRICE
    La Chine a fait ce qu’elle devait faire »
    Oui vous avez raison, les premiers lanceurs d’alerte chinois, arrêtés et emprisonnés qui sont entre temps, morts, je ne sais pas si vous avez eu accès à certaines vidéos qui circulent sur le net, transmises par des Chinois au péril de leur vie, dénonçant les mensonges du gouvernement, hôpitaux avec des cadavres jonchant le sol, etc…. A Wuhan, les portes de certains immeubles soudés pour empêcher la population de sortir. Faire confiance à un gouvernement communiste, c’est faire confiance à un renard à qui vous donnez le poulailler à garder.

  6.  » l’Iran n’a pas fait ce que la Chine ou l’Italie ou d’autres pays ont fait. Il n’a pas été transparent…. »
    Nous savons tous que la Chine, au début de l’épidémie, a voulu cacher la vérité, notamment en arrêtant des médecins qui cherchaient à donner l’alerte ou d’autres qui, au péril de leur vie, envoyaient des messages sur Youtube.
    Nous savons tous que la Chine continue à mentir. La Chine, l’Iran, la Russie de Tchernobyl ont ceci en commun: elles sont ou étaient de sanglantes dictatures et ne veulent à aucun prix voir leur réputation ternie. Que Marc Brzustowski puisse croire la Chine « transparente » laisse pantois…..

    • La Chine a fait ce qu’elle devait faire. Les loupés du début sont largement compensés par les actions qui ont suivi et ont été suivies d’effets positifs sur la transmission du virus. L’idéologie à tout prix n’est pas bonne conseillère. Et la Chine est en effet aujourd’hui « transparente » et collabore avec les scientifiques du monde entier.

  7. Que faut-il attendre d’un régime terroriste, menteur, manipulateur, criminel, qui assassine par milliers des manifestants dans l’indifférence totale ?
    Tous les dirigeants méprisables rampent à Téhéran pour faire des affaires avec les mollahs, en évitant la moindre critique de ces ordures.
    Ils nous donnent l’envie de gerber ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.