Chine-Iran: mauvaise nouvelle pour Israël, mais ça pourrait être pire

Une analyse de Lahav Harkov dans le Jerusalem Post

Lorsque les détails d’un accord économique et de sécurité de 25 ans de plusieurs milliards de dollars entre l’Iran et la Chine ont été divulgués l’été dernier, le titre du Jerusalem Post disait: «Le projet d’accord Chine-Iran est une mauvaise nouvelle pour Israël».

Maintenant que le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif et son homologue chinois Wang Yi ont signé samedi un accord à Téhéran, cela ne veut toujours rien dire de bon en ce qui concerne Israël.

Ce qui est plus important que le contenu de l’accord pour le moment, c’est le message qui est envoyé à l’époque, et ce message est que Pékin et Téhéran se moquent des États-Unis.

Comme l’a déclaré lundi Carice Witte, directrice exécutive de SIGNAL, un groupe de réflexion qui s’occupe des relations sino-israéliennes, «c’est une déclaration à 100% pour les États-Unis».

Comme l’explique le Dr Shira Efron, conseillère spéciale de la RAND Corporation, la manière dont cet accord est mis en œuvre a beaucoup plus à voir avec «les calculs chinois vis-à-vis des États-Unis qu’avec sa dépendance réelle et sa grande l’intérêt pour l’Iran en soi».

La Chine avait auparavant été plus hésitante dans ses relations avec l’Iran, à la lumière des sensibilités américaines, mais les événements récents ont poussé Pékin à jeter la prudence au vent.

La semaine dernière, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne et le Canada ont sanctionné de hauts responsables chinois impliqués dans les principales violations des droits humains des musulmans ouïghours au Xinjiang, notamment l’internement massif, la stérilisation forcée et autres. Cela s’est produit quelques jours après la confrontation verbale de Wang avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken en Alaska au début du mois. La Chine a répondu aux mesures occidentales en sanctionnant les défenseurs de la liberté religieuse.

Pékin y voit une autre façon de s’attaquer aux États-Unis, a expliqué Witte.

Wang a critiqué les États-Unis pour leurs politiques à l’égard de son pays et de l’Iran dans une déclaration de sa rencontre avec le président iranien Hassan Rohani samedi : «Les États-Unis devraient réfléchir aux dommages à la paix régionale et à la stabilité internationale causés par le retrait [de l’accord nucléaire de 2015 entre les puissances mondiales et l’Iran], réfléchissez aux pertes qu’il a causées aux pays concernés, supprimez les sanctions unilatérales contre l’Iran dès que possible et abolissez les mesures juridictionnelles de grande portée contre la Chine».

L’Iran reste sous les sanctions de «pression maximale» mises en œuvre par l’administration Trump depuis 2018, alors que le président américain Joe Biden cherche à revenir au JCPOA, comme on l’appelle l’accord nucléaire iranien de 2015. L’administration Biden a déclaré qu’elle ne rejoindra le JCPOA que si l’Iran se conforme à nouveau, et jusqu’à présent, il a tenu la ligne face au défi iranien.

Rohani est resté sur le message, répétant ce que lui et d’autres responsables iraniens disent depuis des semaines : qu’ils ne reviendront pas au JCPOA à moins que les États-Unis ne suppriment d’abord les sanctions.

«Il ne devrait y avoir aucune condition préalable pour que les États-Unis reprennent la mise en œuvre de l’accord et ils devraient agir en premier», a déclaré Rohani.

Efron a fait valoir que «l’Iran et la Chine montrent leur influence et leur impatience» en réponse au fait que l’administration Biden continue de maintenir intactes les sanctions de l’ère Trump contre l’Iran.

En ce qui concerne les sanctions contre l’Iran qui – vu d’Israël ‒ est la principale source d’influence des États-Unis qui peuvent gagner des concessions de Téhéran – le message de cet accord est que la Chine les considère bientôt comme non pertinentes.

Oui, jusqu’à présent, la Chine a été prudente – par exemple, elle n’a pas vendu d’armes à l’Iran depuis la levée de l’embargo de l’ONU en octobre dernier – mais elle semble penser que les sanctions sont sur le point de disparaître.

Israël est une très petite partie de la concurrence des grandes puissances entre les États-Unis et la Chine, qui se déroule actuellement en Iran, mais Witte a déclaré que Pékin était conscient que Jérusalem allait probablement lancer des appels inquiets à Washington à propos de cet accord.

Witte a cité des conversations passées avec des universitaires chinois qui ont déclaré que les dirigeants de leur pays «avaient réalisé il y a quelques années que, tout comme les États-Unis peuvent utiliser Taiwan pour faire pression sur la Chine, la Chine peut utiliser Israël pour faire pression sur les États-Unis».

Pourtant, Witte a déclaré qu’en ce qui concerne les préoccupations d’Israël concernant l’Iran, elle est certaine que la Chine ne veut pas que l’Iran devienne une puissance nucléaire.

L’accord Chine-Iran renforce l’Iran et affaiblit la position américaine dans ses négociations prévues sur l’accord nucléaire, ce qui est une mauvaise nouvelle pour Israël.

Mais quant au contenu apparent de l’accord, cela pourrait être pire.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a également indiqué clairement dans son message de la réunion Wang-Rohani qu’il pensait que les sanctions unilatérales américaines violaient le droit international et étaient même immorales.

Ni la Chine ni l’Iran n’ont publié les détails de l’accord, affirmant simplement qu’il s’agissait d’un «partenariat stratégique global» ; que les parties ont l’intention «d’approfondir la coopération mutuellement avantageuse dans divers domaines» ; et que l’Iran veut l’aide de la Chine pour faire face à la pandémie de coronavirus. L’un des rares détails dans la déclaration du ministère chinois des Affaires étrangères sur l’accord est que les pays «feront progresser la coopération antiterroriste».

La version de l’accord qui a été divulguée au New York Times en juillet appelait à une plus grande coopération militaire entre les pays, y compris la vente d’armes, l’échange d’informations de renseignement et des exercices conjoints, des formations et des enquêtes. C’est la partie qui inquiète le plus Israël.

Cependant, Witte a affirmé que le document publié l’année dernière «tenait la Chine trop responsable de toute activité déviante dans laquelle l’Iran pourrait s’engager», il est donc probable que ces sections aient été modifiées.

L’accord divulgué comprenait également 400 milliards de dollars d’investissements chinois en Iran dans un large éventail de domaines, y compris les ports et les chemins de fer, domaines dans lesquels la Chine est également présente en Israël. On craint que les entreprises chinoises opérant à la fois en Israël et en Iran posent un risque pour la sécurité.

La Chine bénéficierait également d’une remise importante sur le pétrole iranien et deviendrait un quasi-monopole, tant que les sanctions contre l’Iran seraient maintenues.

Cependant, on ne sait pas quelle partie de cet accord s’appliquera réellement. En fait, Reza Zabib, chef du département Asie de l’Est du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré que la raison pour laquelle les détails de l’accord n’ont pas été publiés est qu’il n’est pas contraignant.

«Historiquement, la Chine signe ces [MOU] et seul un petit pourcentage de l’argent est effectivement investi», a expliqué Witte.

Efron a déclaré qu’Israël pouvait se rassurer sur le fait que la Chine adopte une «approche régionale plus holistique du Moyen-Orient, ayant ainsi des cadres d’accords similaires avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, les adversaires de l’Iran». En fait, Wang s’est rendu à Riyad et a rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane juste avant de se rendre à Téhéran. De plus, Pékin vend plus d’armes aux rivaux de l’Iran dans la région qu’à l’Iran.

De plus, la Chine et Israël n’ont pas de relations de défense en raison des interventions passées des États-Unis, mais les pays ont un partenariat économique solide, y compris un accord de libre-échange.

Tout cela, pris dans son ensemble, indique que la Chine n’essaie pas de se ranger du côté de l’Iran dans la région, même si Pékin semble favoriser Téhéran plus qu’avant.

JForum ‒ Infos Israel-news

2 Commentaires

  1. Je n’ai qu’un souhait : que L’IRAN leur envoie quelques AYATOLLAHS pour rafraîchir l’ esprit de ces chinois !!!
    Arriveront-ils à faire plier le marionnettiste OBAMA ??

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.