Chalon-sur-Saône : l’auteur de l’attaque au marteau toujours recherché

Chalon-sur-Saône : l'auteur de l'attaque au marteau toujours recherché
Le procureur a diligenté une enquête pour tentative d’homicide.

ILLUSTRATION / OLIVIER GOT

La police et la gendarmerie étaient toujours en recherche d’un suspect ce vendredi 15 septembre dans la soirée après une agression au cri d' »Allah Akbar » à Chalon-sur-Saône en Saône-et-Loire plus tôt dans la journée.

Un important dispositif de police et gendarmerie s’efforçait vendredi soir de retrouver l’homme « vêtu de noir » qui a agressé à coups de marteau deux femmes dans les rues de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et « aurait crié Allah Akbar ». « La Police nationale, la Gendarmerie nationale et les services de renseignement ont été immédiatement mobilisés », a indiqué dans un communiqué la préfecture évoquant notamment « une cinquantaine de policiers et une vingtaine de gendarmes ».

Un « agresseur vêtu de noir »

« Aucune piste n’est privilégiée quant au profil de l’auteur », a déclaré à l’AFP le procureur de la République de Chalon-sur-Saône, Damien Savarzeix, n’excluant ni une piste terroriste, ni une piste psychiatrique. « Le parquet antiterroriste a été informé et suit le dossier » mais aucune décision sur sa saisie n’a pour l’heure été prise, a-t-il ajouté. Un peu plus tôt, une source proche de l’enquête avait indiqué que le profil de l’auteur serait plutôt celui d’un déséquilibré [Or, comment cette source pourrait-elle le savoir, puisque, n’ayant pas été arrêté, le suspect toujours en fuite, ne peut être soumis à aucun test de dépistage de trouble psychiatrique? Il s’agit donc d’une étiquette pré-collée par de pseudo-enquêteurs à orientation politique : seule la peur de contrarier les « minorités musulmanes » et de favoriser l’émulation est à l’origine de cette épidémie de « déséquilibres », dans 80% des cas (hormis les vrais fous qui, malgré tout, existent). C’est une manœuvre dilatoire qui n’a pour effet que de reporter le problème ailleurs un peu plus tard].

Par chance, les deux victimes, âgées d’une cinquantaine d’années n’ont été que « légèrement blessées », mais restent « choquées ». L’une d’elle a subi « cinq points de suture ». La seconde victime, « frappée à l’arrière de la tête », en a reçu « quatre et s’est vu attribuer une incapacité temporaire de travail de cinq jours », selon la préfecture. Toutes deux ont porté plainte. Les deux agressions ont eu lieu vendredi « en fin de matinée », « à quelques minutes d’intervalle » dans « un rayon géographique proche, à proximité du centre-ville », a détaillé la préfecture. Selon des témoins, « l’agresseur vêtu de noir aurait crié « Allah Akbar » avant de prendre la fuite. Il ne s’est plus manifesté depuis.

« Islamisme radical »

Le procureur a diligenté une enquête pour tentative d’homicide, confiée conjoitement à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) et la circonscription de sécurité publique de Chalon-sur-Saône. L’agresseur « a accompagné ses gestes violents du cri de ‘Allah Akbar’, ce qui témoigne que ses références se situent très clairement du côté de l’islamisme radical », a estimé pour sa part le maire LR de la ville Gilles Platret dans un communiqué, appelant « l’ensemble des Chalonnaises et des Chalonnais à la plus grande vigilance ».

Un hélicoptère de la gendarmerie a effectué des rondes une partie de l’après-midi au-dessus de cette ville de près de 45 000 habitants pour tenter de retrouver l’agresseur. Policiers et gendarmes poursuivaient les investigations et des agents étaient déployés dans la soirée pour sécuriser la ville. Dans son communiqué la préfecture demandait toutefois à la population de « ne pas diffuser sur les réseaux sociaux des informations sur l’action et le positionnement des forces de l’ordre ».

midilibre.fr

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.