Le Royaume-Uni a mis en Alerte Maximale Terroriste toutes ses centrales nucléaires et ses aéroports  sur la foi d’une cybermenace jugée « crédible ». 

 

Paru à l’origine sur :  ZeroHedge

La peur de la cyberguerre globale s’est abattue sur les îles britanniques, ce week-end, après qu’on ait ordonné aux centrales nucléaires, électriques et et aux aéroports de renforcer leurs défenses contre les attentats terroristes, face aux menaces grandissantes contre les systèmes de sécurité informatique et, à la suite des conclusions des services de renseignements disant que des terroristes pourraient implanter des explosifs dans les ordinateurs et les téléphones mobiles qui ne peuvent pas être détectés par les écrans de contrôle et de sécurité ordinaires.

Le Telegraph révèle que les services de sécurité britanniques ont diffusé une série d’alertes au cours des dernières 24 heures, en alertant que « des terroristes ont peut-être développé des moyens pour tromper les fouilles et la détection ».

On devait en être sûr, il n’y a pas de surprise quant au nom du croquemitaine à l’origine de cette menace terroriste : les services de renseignements pensent que Daesh et d’autres groupes terroristes ont développé des façons d’implanter des explosifs dans les ordinateurs et les téléphones mobiles qui peuvent échapper aux méthodes classiques de détection électronique à la sécurité des aéroports.

Ce qui est, peut-être surprenant, c’est que c’est cette explication donnée par les renseignements qui serait à l’origine des récentes interdictions, à la fois aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, d’amener à bord des ordinateurs et des engins électroniques imposants, pour les voyageurs d’un certain nombre de pays. En outre, « il existe des inquiétudes que des terroristes puissent employer des techniques permettant de tromper les engins de détections des aéroports européens et américains ».

Il existe aussi des craintes que les pirates informatiques puissent tenter de pirater les mesures de sécurité des centrales nucléaires électriques. Les responsables du gouvernement ont alerté que les terroristes, les espions venus de l’étranger et les « hacktivistes » cherchent à exploiter les « vulnérabilités » dans les défenses internet de l’industrie nucléaire. Le Ministre de l’Energie Jesse Norman a déclaré au Telegraph que les sites nucléaires doivent s’assurer qu’elles « demeurent résilientes aux es cybernétiques évolutives ».

Norman a déclaré : « Le Gouvernement est pleinement engagé à défendre la Grande-Bretagne contre les meances cybernétiques, avec un investissement de 1.9 milliard de £ destinés à transformer la cybersécurité de ce pays ».

Il a déclaré que la stratégie nucléaire civile publiée en février met sur pieds des façons d’assurer que le secteur nucléaire civile « peut se défendre contre, se rétablir de et demeurer résilient face aux cyber-menaces évolutives”.

Pendant ce temps, du côté des Etats-Unis, les responsables de la sécurité ont  alerté que des groupes comprenant Daesh et Al Qaïda ont développé des moyens pour construire des bombes à l’intérieur d’ordinateurs et d’autres engins électroniques qui peuvent tromper la sécurité des aéroports. Il y a des criantes que des terroristes aient fait des percées après avoir obtenu de l’équipement de contrôle des aéroports pour leur permettre de mener des expériences. Les experts du FBI ont testé jusqu’à quel point les explosifs peuvent être dissimulés à l’intérieur des compartiments de batteries d’ordinateurs, de façon à permettre encore à un ordinateur de continuer à fonctionner.

Le Département de la Sécurité du Territoire américain a déclaré dans un communiqué : « Des renseignements évalués indiquent que les groupes terroristes continuent à prendre l’aviation civile pour cible, pour y inclure clandestinement des engins explosifs dans des systèmes électroniques.

« Le Gouvernement américain réévalue continuellement les renseignements existants et recueilles de nouveaux renseignements. Cela nous permet de constamment évaluer les procédures et politiques de sécurité dans nos aéroports et de procéder à des renforcements et améliorations lorsqu’ils s’avèrent nécessaires afin de continuer à garantir la sécurité des passager ».

Manny Gomez, un ancien agent spécial du FBI, cité par le Telegraph,affirme : « Nous avons eu Shoe Bomber, l’homme aux chaussures explosives, des tentatives menées avec des cartouches, maintenant, nous passons au stade suivant. Nous devons nous maintenir plusieurs étapes en avance sur eux ».

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de cyber-attentats terroristes effectués, bien qu’il suffirait de peu de choses pour capter l’attention publique et envoyer le monde se battre pour exiger « la protection du gouvernement », comme pourrait le faire une attaque terroriste contre un site nucléaire électrique. Nous ne pouvons qu’espérer qu’en dépit des alertes publiques, une telle escalade n’aura pas lieu.

southfront.org

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.