Scoop ! Nord Cameroun: utilisation réussie du goutte-à-goutte israélien dans une ferme pastorale

 

 

Ezra Banoun, expert en énergies renouvelables et en irrigation, membre du comité scientifique de Israël Science Info, montre dans cet article que face à la pénurie en eaux douces, l’aridité, la sécheresse et la désertification qui représentent des défis majeurs, l’irrigation israélienne au goutte-à-goutte est une réponse efficace.

En 70 ans, Israël a su s’imposer comme l’un des acteurs incontournables du paysage agricole mondial.

« Pour permettre aux populations vivant dans des régions qui subissent la sécheresse, il est indispensable de mettre en œuvre les solutions qui ont réussi pleinement en Israël, telles que l’irrigation au goutte-à-goutte permettant des économies en eau douce et en énergie de 70% à 80%. Lors du cours-conférence que je fais dans le cadre du séminaire L’agriculture à l’ère du changement climatique mondial à l’Institut international Galilée du Management, j’avais entendu des ingénieurs agricoles du Tchad ou du Mali affirmer que tous les essais réalisés d’irrigation au goutte-à-goutte dans leur pays avaient échoué. J’ai décidé d’enquêter pour comprendre ce qui se passait.

La société NETAFIM, leader mondial dans le domaine de l’irrigation au goutte-à-goutte m’a expliqué que la formule qu’elle utilise pour commercialiser ses solutions est clé-en-mains et que dans le cadre de son activité réalisée de cette façon l’utilisation en Afrique  de l’irrigation au goutte-à-goutte était un succès », raconte Ezra Banoun.

Expérience réussie

Dans cette ferme située à l’extrême Nord du Cameroun, la première installation du système a été réalisée en 2015 pour irriguer 900m² de gombo, tomates et de piment avec des goutteurs enterrés.

Chaque année cette superficie a été cultivée sur goutte-à-goutte. Ensuite, par un séminaire de formation au  Galilee International Institute of Management  en Israël  en  octobre 2018, un alumni a pris contact avec NETAFIM. Cette organisation a fourni des informations techniques sur les innovations matériels et équipements du système d’arrosage goutte-à goutte.

Par-là, la ferme a  pris contact avec un technicien camerounais partenaire de NETAFIM qui lui a fourni du matériel d’irrigation avec goutteurs de surface. Ainsi, en janvier 2020 durant la  saison sèche) les premières parcelles avec un système de goutteurs de surface sur 2500m² de tomate intégrée au Pois d’angole ont été installées, 600 m2 de tomates et 300 m2 de piments. L’objectif des initiateurs de ce projet est d’en faire un projet exemplaire qui sera adopté par les 1500 agriculteurs accompagnés par les initiateurs.

Qualité quasi-potable de l’eau d’irrigation

1- L’eau d’irrigation doit être débarrassée de toute contamination fécale pour éviter la contamination des agriculteurs de l’environnement et des consommateurs. Une eau douce n’est pas contaminée par des agents fécaux si sa teneur en  coliformes fécaux est inférieure ou égale à 10 unités /100 ml d’eau.

2- L’eau dit être débarrassée de sables et graviers (traitement par hydrocyclone), de déchets pouvant être stoppes par un dégrillage fin et filtrée par une filtration lente ; il suffit de procéder à une filtration sur sable ou sur sable et anthracite avec une vitesse de passage de l’eau de 1m3/m2 –heure et de compléter le traitement par une chloration contrôlée. L’objectif de ces traitements est d’éviter les bouchages physiques ou produits biologiquement des canalisations et leurs équipements dans des canalisations de faible diamètre mises et avec de l’eau à faible pression.

Le Goutteur de NETAFIM

bouchonC’est l’élément clé de tout le système car il permet d’alimenter les racines des plantes irriguées au goutte-à-goutte sans se boucher.

Il faut installer le système d’irrigation sur une surface aplanie et disposer de vannes de régulation pour permettre d’égaliser le débit de l’eau d’irrigation en chaque point

Ezra Banoun pour Israël Science Info et deficlimatique

———————————

POURQUOI INSTALLER LE SYSTÈME D’IRRIGATION AU GOUTTE-À-GOUTTE AU NORD CAMEROUN

Dans les régions arides du monde, l’eau est le facteur limitant le plus courant à la production alimentaire: c’est une combinaison de pénurie, de variabilité extrême, de longues saisons sèches, de périodes sèches récurrentes, de sécheresses et de crues occasionnelles.

La pénurie d’eau et la précarité d’accès à l’eau potable et agricole sont des contraintes majeures à l’amélioration des conditions d’existence dans ces régions surtout dans les zones rurales.

Ainsi, l’amélioration de l’efficience de l’utilisation de l’eau disponible pour minimiser les pertes est absolument capitale. La  spirale de ces combinaisons relatives à ce facteur limitant est le principal courant à l’origine de la famine et la pauvreté qui perdurent dans cette partie du monde.

Par ailleurs, l’agriculture est le premier consommateur d’eau douce de la planète, responsable d’environ 70% de tous les prélèvements (FAO, 2006).

En outre, de tous les secteurs qui utilisent l’eau douce l’agriculture est dans la plupart des cas, celui où les rendements économiques de l’eau sont faibles.

La gestion intégrée des ressources en eau est l’une des clés du développement durable aussi bien dans le monde qu’au Cameroun. Lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.