Des explosions monumentales laissent Beyrouth en ruines, 137 morts, 5000 blessés, 300000 sans-abri

Le dernier décompte macabre a révélé 113 morts, 4 000 blessés et 300 000 sans-abri, suite aux explosions hors du commun qui ont réduit Beyrouth en décombres, en quelques secondes le mardi 4 juillet. La catastrophe a été attribuée à 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium confisquées (ou/importées par le Hezbollah), déversées dans le port de Beyrouth, il y a six ans – et « oubliées ». Les explosions ont secoué toute la ville avec la force d’un tremblement de terre de magnitude 3,4 sur l’échelle de Richter ou d’une bombe de 1000 tonnes. La souffrance est incommensurable. Des milliers de blessés n’avaient nulle part où aller pour obtenir de l’aide. Trois hôpitaux ont été rasés, deux endommagés et leurs maisons ont été souflées, emportées par le vent. Un nombre inconnu de personnes sont toujours piégées et des proches cherchent des survivants.

Le principal silo à grains du Liban au port de Beyrouth a été détruit dans l’explosion, laissant le pays avec moins d’un mois de réserves de céréales. Le pays dépend des importations étrangères pour la plupart de ses aliments. Le port de Beyrouth est la principale route commerciale du pays pour le blé, le gazole et les médicaments. Son infrastructure a été totalement détruite. Même avant les explosions désastreuses, le Liban était en faillite, plongé dans la tourmente politique et le spectre de la faim traquait ses rues.

Mercredi, le conseil militaire libanais a déclaré que Beyrouth est une «ville sinistrée» et a appelé à un état d’urgence de deux semaines. Le conseil a nommé un groupe pour enquêter sur les causes de la catastrophe et un autre comité pour fournir un abri aux centaines de milliers de sans-abri, ainsi que de la nourriture, de l’eau et répondre aux besoins élémentaires. Un jour de deuil a été déclaré. Le gouverneur de Beyrouth a dit qu’ils pourraient rentrer chez eux dans «deux ou trois mois». Personne n’a pris cela au sérieux. Ceux qui en sont capables vont essayer de quitter le pays ou trouver refuge chez des proches en dehors de Beyrouth, à un moment où tout mouvement est restreint par la pandémie de coronavirus.

Président Michel Aoun: «Il est inacceptable que 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium aient été stockées dans le port de Beyrouth pendant six ans sans aucune précaution. Les responsables seront punis par les peines les plus sévères. » Qui sont-ils? Selon un radiodiffuseur libanais, il y a six ans, le service des douanes et la sécurité de l’État ont confisqué et stocké les produits chimiques dangereux dans le port sur ordre du tribunal pour les exporter ou les retirer. Mais rien ne s’est passé« 

Le Premier ministre Hassan Diyab a appelé «toutes les nations qui aiment le Liban à se tenir à nos côtés et à contribuer à notre relèvement».

Israël a envoyé une offre d’aide humanitaire via l’ONU juste après l’explosion. Le gouvernement libanais n’a pas renvoyé de réponse. Le président français Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendait à Beyrouth (vendredi) avec trois avions de secours et d’aide français dès mercredi après-midi. Le Liban est un ancien protectorat français et les pays conservent des liens politiques et économiques étroits. Cependant, Macron, bien que désireux de prendre la tête d’un grand programme international, n’ira pas loin. La Commission européenne a également un plan pour envoyer d’urgence plus de 100 pompiers avec des véhicules, des chiens renifleurs et des équipements conçus pour trouver des personnes piégées dans les zones urbaines. La République tchèque, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Pologne et les Pays-Bas participent à l’effort d’aide.

Alors que des milliards incalculables sont nécessaires de toute urgence pour commencer à reconstruire la capitale libanaise autrefois glamour, l’élite gouvernementale libanaise corrompue et se chamaillant, est à peine capable d’utiliser les fonds d’aide à leur juste valeur. Le Libanais ordinaire n’a pas été surpris de constater que «rien ne s’est passé» pour éliminer le nitrate d’ammonium qui a dévasté sa capitale, car c’est le genre de réalité avec laquelle ils vivent.

Le Hezbollah, qui dispose de certaines capacités, gardera la tête baissée, de peur que le doigt ne soit pointé sur les énormes stocks de missiles et d’armes fournis par l’Iran que leur chef Hassan Nasrallah a arrangé pour les dissimuler dans différentes parties du pays. Certes, ce n’est pas le moment pour le Hezbollah d’exécuter sa menace de punir Israël pour avoir tué l’un de ses combattants d’élite. Un afflux de fonds d’aide étrangère vers le gouvernement libanais est plus que susceptible d’exacerber les querelles amères entre les trois sectes qui gouvernent le Liban et en particulier d’approfondir encore le fossé entre le Hezbollah chiite et les chrétiens maronites.

Monumental blasts leave Beirut in ruins, scores dead, 300,000 homeless

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.