AMAN : l’Iran pourrait ne jamais parvenir à la bombe

1
5180

CHEF DES RENSEIGNEMENTS DE TSAHAL: L’IRAN POURRAIT NE PAS OBTENIR DE BOMBE NUCLEAIRE, MÊME S’IL SORTAIT DE L’ACCORD NUCLÉAIRE

PAR YONAH JEREMY BOB
 5 JUIN 2019 22:22

 Les Iraniens se rassemblent place Azadi (liberté) pour marquer le 27e anniversaire de la révolution islamique iranienne

Les Iraniens se rassemblent sur la place Azadi (liberté) pour marquer le 27e anniversaire de la révolution islamique iranienne, alors qu’ils portent une pancarte en faveur de la technologie nucléaire iranienne à Téhéran. (crédit photo: REUTERS / RAHEB HOMAVANDI)
Même si l’Iran abandonne l’accord nucléaire de 2015, hors de lui et très en colère suite à la campagne de pression américaine, il se peut que le pays n’obtienne pas de bombe nucléaire, a déclaré mercredi le chef du renseignement militaire, le major-général Tamir Heiman.
S’exprimant au Centre du patrimoine et de la commémoration du renseignement israélien à Tel-Aviv, Heiman a refusé de préciser si l’échec proviendrait de la décision iranienne de se diriger très lentement vers une bombe afin de réduire le risque d’intervention mondiale, d’un échec scientifique, ou d’une frappe préventive.
“L’Iran est soumis à une pression sans précédent de toutes parts par les sanctions américaines”, a déclaré Heiman, soulignant que la République islamique devenait violent, de manière risquée, en lançant des attaques de faible intensité dans la région, ainsi que des menaces de faire progresser son enrichissement nucléaire.
En ce qui concerne le rôle de la Russie dans la région, Heiman a déclaré qu’elle s’était imposée de nouveau au Moyen-Orient en “créant des frictions”, puis en “se présentant comme la solution aux frictions” et en étant le seul parti avec lequel toutes les autres parties étaient prêtes à parler.
Heiman a déclaré que le rôle de la Russie continuerait d’être particulièrement important en Syrie.
Se recentrant sur la scène libanaise, le chef des services de renseignements militaires a déclaré que la récente visite du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à Beyrouth, où il a menacé le Hezbollah, pourrait changer la donne quant au statut du groupe au Liban, après des années où les gouvernements libanais successifs ont préféré ignorer l’impact négatif du groupe.
En outre, Heiman a rejeté les propos tenus par le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui avait récemment menacé Israël, en invoquant de nouveaux missiles plus puissants et plus précis.
Heiman a déclaré que les services de renseignements israéliens avaient connaissance de toutes les capacités du Hezbollah, “peut-être même mieux que Nasrallah“, ajoutant que certaines des armes avec lesquelles Nasrallah avait menacé Israël n’étaient même pas opérationnelles.
Dans le domaine de la collecte de renseignements, Heiman a déclaré : “La grande majorité de nos renseignements proviennent aujourd’hui du cyber”, et que “seule notre imagination limite” jusqu’où Israël peut aller avec ses capacités de collecte de cyber-renseignements.
En ce qui concerne le Hamas, Heiman a noté qu’il était «fascinant» de regarder le groupe terroriste tenter de devenir un parti responsable de la construction d’infrastructures et de la zone de Gaza sous son contrôle.
Heiman a averti que le Jihad islamique est une force beaucoup plus instable qui se considère toujours fondamentalement comme une force de résistance devant agir de manière agressive.
Lors d’une table ronde de  la conférence qui s’est tenue plus tard, l’attention est revenue sur l’Iran.
Amnon Sofrin, ancien haut responsable du Mossad et responsable du renseignement militaire, a tenté de convaincre les panélistes de faire des prévisions sur ce que l’Iran choisirait de faire le 7 juillet, date à laquelle le délai de 60 jours que le gouvernement lui a imposé prend fin pour l’aider à se rétablir économiquement.
Sofrin a noté que Téhéran avait publié une prévision économique au début de cette année afin de faire des plans, mais que ses importations de pétrole étaient réduites à un tiers de ce qui était attendu avant que la pression américaine ne soit montée à un niveau supérieur le mois dernier.
Sofrin a déclaré que même si certains responsables militaires iraniens ont proféré des menaces d’agression militaire, les déclarations du guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, ont clairement indiqué qu’il souhaitait éviter une guerre avec les États-Unis.
En conséquence, Sofrin a déclaré que s’il n’était pas clair de savoir si la République islamique allait changer de ton et négocier un accord conforme à ce que veulent les Etats-Unis, ou s’attaquer aux actifs américains dans la région, le scénario le plus probable est que rien de dramatique ne se produira immédiatement.
Sofrin a déclaré que l’Iran risquait davantage de violer certaines parties de l’accord sur le nucléaire de 2015 – par exemple, d’enrichir de l’uranium à un volume ou une qualité supérieurs – mais sans violation flagrante qui signifierait la relance d’une course à l’arme nucléaire.
Yossi Kuperwasser, ancien responsable de l’analyse du renseignement militaire et président de la conférence IIHCC, a déclaré qu’il semblait qu’une raison pour laquelle aucun expert ne souhaitait prendre une position claire sur ce que ferait Téhéran, pourrait être que l’Iran lui-même n’avait même pas décidé ce qu’il ferait le 7 juillet.
Lors d’une réunion ultérieure, l’ancien chef du service de renseignement militaire, Itai Brun, qui a occupé ce poste environ 15 ans après Kuperwasser, a averti que «quelque chose de significatif est arrivé lorsque [le président américain Donald] Trump a renvoyé la communauté du renseignement [américaine]« à l’école ».
Brun faisait allusion à la tendance de Trump à ne pas être d’accord avec les évaluations de sa propre communauté du renseignement, jusqu’à lui déclarer qu’elle aurait besoin de retourner à l’école.
Il a dit que le problème était celui de la post-vérité et de la fausse actualité et que c’était  bien plus important que Trump. Il a noté que trois hauts responsables du renseignement américain avaient écrit des livres au cours des 12 derniers mois, qui portaient, dans les titres de livres, sur des mensonges et une déformation des faits.
Selon Brun, le plus grand danger n’est pas simplement que de nombreux politiciens et citoyens acceptent des arguments qui sont manifestement faux, mais que certains responsables tentent de redéfinir et de réduire les types de normes qui peuvent être utilisées pour juger de la véracité des faits.
Il a dit que le phénomène était même évident dans certains des débats décisionnels liés à la guerre au sein du cabinet de sécurité israélien où il était présent lors de la guerre de Gaza en 2014.

1 COMMENT

  1. CA N’EST PAS QUE L’IRAN NE POURRAIT JAMAIS AVOIR LA BOMBE NUCLEAIRE MAIS QUE L’IRAN NE DEVRA JAMAIS AVOIR L’ARME NUCLEAIRE.QUE CELA SOIT ECRIT ET ACCOMPLI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.