Alerte enlèvement: le père des enfants avoue avoir mortellement frappé leur mère

Alia, Joris et Jad avaient été portés disparus dimanche matin. Leur mère a été retrouvée morte.

L’homme âgé de 45 ans «a reconnu avoir porté des coups» à son épouse «à l’aide d’un objet contondant». Les trois enfants du couple ont été retrouvés sains et saufs, dimanche dans le Rhône, après une alerte enlèvement,

Cet assureur de 45 ans né en Jordanie, présenté dans un premier temps comme de nationalité turque, s’était livré spontanément dimanche soir à la gendarmerie de Tarare (Rhône), une heure après le lancement de l’alerte enlèvement et la diffusion de sa photo à la télévision. Il indiquait alors que ses trois enfants, deux garçons et une fille âgés de 5, 6 et 10 ans, «se trouvaient chez un de ses amis», a expliqué le procureur de la République de Villefranche-sur-Saône, Grégoire Dulin. «Dans le même laps de temps et toujours grâce au déclenchement du plan, le frère du père de famille a contacté le numéro dédié pour indiquer que les trois enfants se trouvaient au domicile de leur tante, soeur du père, dans un logement à Villeurbanne», a ajouté le magistrat.

Retrouvés en «bonne santé», les enfants «qui ignoraient tout du drame familial qui venait de se produire» ont été «immédiatement pris en charge par une unité spécialisée de la gendarmerie dans les auditions des mineurs», a-t-il dit. Placé en garde à vue pour «homicide volontaire avec préméditation», le père de famille, sans casier judiciaire, «a reconnu avoir porté des coups» à son épouse «à l’aide d’un objet contondant», qui «pourrait être un morceau de bois d’un mètre environ de long, retrouvé sur la scène de crime», selon le magistrat. L’autopsie, réalisée lundi matin, a confirmé que cette femme de 39 ans était «décédée des suites des coups portés». La garde à vue du père devait être prolongée de 24 heures lundi soir avant son défèrement mardi au parquet de Lyon, compétent pour les affaires criminelles.

cet-assureur-de-45-ans-ne-en-jordanie-presente-dans-un_746564_516x343

Insultes et menaces

La victime avait quitté le domicile conjugal le 19 mai et en avait informé deux jours plus tôt les services de police de Lyon dans une main courante. «Elle indiquait, sans précision, être victime de violences psychologiques – insultes et menaces – et évoquait un fait de violence physique datant de plus de sept ans», a précisé M. Dulin. Elle n’avait jamais déposé plainte pour ces faits. Son corps avait été retrouvé dimanche matin au domicile de son ex-compagnon, à Pontcharra-sur-Turdine, petite commune proche de Tarare au nord-ouest de Lyon. Il y avait entre le couple «un problème autour de la garde des enfants», a indiqué une source proche de l’enquête, selon laquelle «il n’y a pas d’éléments laissant penser à des troubles psychiatriques chez cet homme».

Une proche de la famille a rapporté à BFMTV que le père des trois enfants manifestait «des excès de colère» et que son ex-compagne en avait peur. D’après la chaîne d’informations, une interdiction d’approcher son ex-compagne a été prononcée à l’encontre du suspect, démontrant les tensions au sein du couple. Ses relations avec la mère de ses trois enfants étaient compliquées, depuis leur séparation récente. En couple depuis quinze ans, la mère de famille venait de quitter son mari.

17e Alerte enlèvement

Le dispositif pour retrouver les deux garçons, Joris, 10 ans et Jad, six ans ainsi que leur soeur Alia, âgée de cinq ans, disparus depuis la mort de leur mère et susceptibles d’être partis en voiture avec leur père, a été lancé vers 19h30 et levé peu après 21 heures. Un hélicoptère et des équipes cynophiles avaient été dépêchés pour les recherches.

C’est la 17e fois que les autorités y ont eu recours. Ce plan consiste à lancer, en cas de rapt d’enfant(s) mineur(s), une alerte massive via une cinquantaine de canaux de diffusion (radio, télévision, sites internet, panneaux de gare et d’autoroutes, panneaux d’affichage urbain, réseaux de la SNCF ou de la RATP, 22.000 bornes de la Française des Jeux) pour mobiliser la population dans les recherches.

Le dispositif avait été utilisé pour la dernière fois à la mi-août dernier. Il avait alors permis de retrouver sain et sauf Rifki, un garçonnet de quatre ans d’origine comorienne. Jusqu’à présent, ce dispositif s’est révélé efficace dans tous les cas en permettant de retrouver les enfants enlevés. Il est largement inspiré du plan «Amber Alert», créé au Texas en 1996, après l’enlèvement et l’assassinat de la petite Amber Hagerman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.