Pas de sanction contre l’avocat de la famille Halimi

0
208

PARIS (AP) — La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la relaxe prononcée par le conseil de l’ordre des avocats de Paris à l’égard de l’avocat de la famille Halimi, Me Francis Szpiner, qui avait qualifié l’avocat général au procès du “gang des barbares” de “traître génétique”.

Le ministère public, qui avait fait appel de la relaxe prononcée par le conseil de discipline de l’ordre des avocats de Paris, avait requis un blâme contre Me Szpiner, estimant cette “expression outrancière”.

Dans un article du “Nouvel Observateur” publié le 23 juillet 2009, après la décision de la cour d’assises de Paris, Me Szpiner, avocat de la mère d’Ilan Halimi, avait reproché à l’avocat général Philippe Bilger d’être un “traître génétique”.

Les accusés devaient répondre de leur participation, à divers degrés, de l’assassinat précédés de tortures d’Ilan Halimi avec en toile de fond le mobile de l’antisémitisme.

L’expression “traître génétique” a été revendiquée par l’avocat lors de l’audience du 24 février. Me Szpiner avait affirmé ne pas avoir fait référence au passé collaborationniste du père de M. Bilger, condamné à la Libération à 10 ans de travaux forcés, mais à la déloyauté du magistrat vis-à-vis de l’institution judiciaire. Notamment en raison de ses positions publiques sur le procès Fofana qui se déroulait à huis clos.

La cour a rappelé que le magistrat tient un blog, “livre ses pensées sur la justice et divers sujets de société et participe à des controverses” et qu’il s’est exprimé publiquement sur cette affaire.

Elle ajoute qu’il s’était adressé au principal accusé en ces termes: “Est-ce que vous ne croyez pas que par l’outrance de vos propos, vous allez à l’encontre du but que vous recherchez et que vous risquez de rendre odieux l’antisémitisme?”.

La cour a considéré que la participation du magistrat “à de tels débats et l’expression d’opinion (…) qui ont heurté la sensibilité de M. Szpiner et de Mme Halimi, sa cliente, ont conduit le dit M. Szpiner à s’exprimer de façon violente”.

Ce qui, ajoute la cour, “dans les circonstances particulières de la cause, enlève à son propos tout élément constitutif d’un manquement à l’honneur, à la délicatesse et à la modération”.

Le conseil de l’ordre, qui avait également fait appel de cette relaxe, considérait que les propos de Me Szpiner s’apparentaient à un manquement délibéré au principe de la profession d’avocat.

“Je suis très heureux que les magistrats aient porté sur ce dossier le même regard que mes confrères, à savoir qu’il n’y avait rien à me reprocher”, a déclaré Me Szpiner, joint par l’AP.

A l’audience disciplinaire devant la cour d’appel, l’avocat avait assumé son expression, soutenant que l’avocat général n’avait pas eu lors du procès du “gang des barbares” le “comportement loyal d’un magistrat du parquet”. AP

1 COMMENT

  1. S’il est une question à se poser, c’est pourquoi un juge émettant de tels propos, siège encore au parquet !?

    Je rejoins Me Szpiner et approuve son action tout à fait légitime.

    Charles COHEN, Paris.

  2. Bravo Me Szpiner.

    Si un juge a le droit de dire ou écrire des bétises et meme de rendre public ce qu’il pense de ce qui se passe devant lui à huit clos, donc de facon à ce que ce ne soit pas public, il est normal que l’avocat qui subit ce juge, soit en son nom propre soit au nom de son client soit au nom des deux puisse le mentionner et meme en dire ce qu’il(s) en pense(nt).

    C’est plutot le juge qui devrait etre discipliné et meme invité à faire autre chose de sa vie…
    Je suis certain qu’il doit y avoir un systeme qui permette le retrait du juge de son poste ou au moins le reléguer à des fonctions administratives…

    C’est pas gentil de traiter quelqu’un de traitre genetique ou non, mais peut etre étais-ce justifié…

    Bonne journée.

    Eric

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.