Interdire l’Aliya aux Juifs de France?

0
315

J’ai entamé il y a quelques semaines la recension du développement d’un thème idéologique et politique tout à fait nouveau en France – mais que les Juifs originaires du monde arabe, qui y ont connu les années 1950-1970, connaissent bien – et qui présente la potentialité ou la réalité de l’installation de Juifs français en Israël comme un acte menaçant, hostile et agressif, qu’il faudrait logiquement interdire.

Dans de nombreux pays arabes où des communautés juives vivaient leurs derniers jours, ce thème inspira une politique, des lois que l’historien peut recenser en Egypte, en Irak, en Libye, au Maroc, etc.

Or nous voyons apparaître pour la première fois ce thème en France. Pour l’instant, il reste dans le cadre d’un jugement idéologique et d’un discours. Pourra-t-il devenir un jour texte de loi, ou règlement (“politiquement correct” évidemment par le biais d’une punition fiscale, bancaire, nationale…)? L’avenir nous le dira. Tout est aujourd’hui possible. Le pouvoir est faible et volatile. Qui sait qui demain en occupera le siège? Le Front national? Le parti Socialiste et l’UMP ne sont pas plus rassurants…

Après avoir analysé l’article du rédacteur en chef du Monde Diplomatique, Alain Gresh, qui a ouvert le feu, et celui du rédacteur en chef de L’Express (leur titre professionnel montre que c’est au plus haut de la hiérarchie médiatique qu’on pense ainsi), je me dois de faire mention d’une nouvelle prise de position semblable, située cette fois-ci à ce que l’on appelle “l’extrême gauche”, en la personne du prophète de la “VI° République”, je veux dire Jean Luc Mélenchon, dont on se souvient du “discours de Marseille” qui reprenait tous les thèmes de l’islamisme.

Jugeant des manifestations pro-palestiniennes qui ont eu lieu récemment, il s’en est pris de façon inattendue aux Juifs de France : « Si nous avons quelque chose à dénoncer c’est ceux de nos compatriotes qui ont crû, bien inspirés, d’aller manifester devant l’ambassade d’un pays étranger ou d’aller servir sous ses couleurs les armes à la main. »

Et qu’on ne dise pas qu’il est antisémite! « Nous n’avons peur de personne. N’essayez pas de nous faire baisser les yeux. Peine perdue. Je voudrais dire au CRIF que cela commence à bien faire. Les balayages avec le rayon paralysant qui consiste à traiter tout le monde d’antisémite dès qu’on a l’audace de critiquer l’action d’un gouvernement. C’est insupportable. Nous en avons assez. La République, c’est le contraire des communautés agressives qui font la leçon au reste du pays. »

Les Juifs sont donc infidèles à la République, au service d’un Etat étranger adepte de « la violence et de la brutalité »… Cet Etat pratique le génocide: « En fidélité au souvenir des meurtres de masse, qui ont été commis dans le passé, nous nous sommes portés aux avant-postes du soutien à cette malheureuse population. » Il fustige au passage Hollande qui lui a donné « des blancs-seings ». Et les manifestants? Il manque de mots laudateurs pour les qualifier, cette jeunesse française (pas de doute ici) qui a su se mobiliser avec une « discipline parfaite » et « en défense des malheureuses victimes de guerre à Gaza. ». Ils ont su « se tenir digne et incarner mieux que personne les valeurs fondatrices de la République française ». Les incidents de Paris et Sarcelles ne sont pas graves, le fait de « quelques énergumènes ».

Suprême accusation en prime: l’explication de ce jugement se réfère aux Juifs comme “peuple élu” et donc raciste et dominateur: « Ces valeurs sont que nous sommes toujours du côté du faible et de l’humilié parce que nos valeurs, c’est liberté, égalité et fraternité. Pas la paix aux uns, la guerre aux autres. Nous ne croyons pas à un peuple supérieur aux autres. »

Nous voyons ainsi voyager cette idée de la droite libérale (Christophe Barbier) à l’extrême gauche (Mélenchon, et Gresh). Touchera-t-elle le centre droit et gauche? C’est à surveiller. Entre-temps, c’est un stade supplémentaire dans la dégradation de l’image et du statut des Juifs de France. Même quand ils quittent les lieux, ils se voient exposés à la désapprobation et à la condamnation. Le problème c’est qu’ils le sont déjà quand ils restent. Le plus grave c’est cependant qu’après les récents événements, ils se voient accuser tandis que la “jeunesse française” malgré la violence de ses manifestations est célébrée.

Nous avons déjà une première illustration d’un prolongement politique et judiciaire de ce thème, avec Tewfiq Tahani, président de l’association France Palestine Solidarité (AFPS) qui compare les ressortissants juifs français engagés dans l’armée israélienne aux djihadistes français partis en Syrie, accusant de « jeunes compatriotes (d’être des) acteurs directs ou indirects de crimes de guerre » à Gaza, « un théâtre d’opération où, pour reprendre le mot de Laurent Fabius, s’est déroulé un véritable carnage » et qui dans une lettre ouverte appelle Manuel Valls à les poursuivre en justice pour crimes de guerre.

C’est le monde à l’envers. Un cauchemar. La société française est profondément égarée et les ennemis des Juifs résolus. Quant à Mélenchon qui, par son style oratoire, depuis la récente campagne électorale, a ré-introduit la brutalité dans la politique française, n’oublions pas que le milieu des premiers socialistes français a été, dès les débuts du socialisme dans la première moitié du XIX° siècle, un des premiers foyers de l’antisémitisme.


Shmuel Trigano

1 COMMENT

  1. {{Considérons aujourd’hui comme des avant gardistes que la France est un pays arabe . Dans 10 ans on nous donnera raison .}}

    {{Alors préparons nous et prenons le dernier train de Gun Hill avec nos Sefers Torah .}}

  2. La précaution est peut-être une bonne qualité, mais elle ne vous garantira jamais une Aliya réussie, ou même tout simplement une Aliya.
    A force de précaution (élémentaires ou non), vous risquez de rester ou vous êtes, parce qu’il y aura toujours des risques et des difficultés.
    Si je puis me permettre de vous conseiller, prenez clairement votre décision, et si celle-ci est de faire votre Aliya, présentez-vous au bureau de l’Agence Juive et engagez-vous immédiatement dans le processus.
    Il y aura des difficultés (je le sais, j’ai moi-même fais mon Aliya de Paris, il y quelques 40 ans), mais il y un pays et des millions de ses citoyens qui sont prêts à vous aider. Vous pouvez me contacter personnellement (mnaftalis@hotmail.com) si vous le désirez.

    «La qualité du planning se juge d’après le résultat!»

  3. La spoliation des juifs a constitué de tout temps un des leviers de l’antisémitisme. …Aussi je crains le pire et je vis dans l’angoisse du jour où pour percevoir sa retraite de fonctionnaire il faudra attester d’une présence physique sur le sol français (ou européen)…que deviendrons nous en Israël, privés de revenus? Vous pouvez me répondre que ce n’est pas une crainte raisonnable et qu’il y a les lois. ..françaises voire européennes…..j’y crois de moins en moins, face à ce déferlement de haine et je pense que les juifs seront de moins en moins protégés. …

  4. Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse. Le seul point que je conteste c’est le délai de deux ans: je vous trouve bien optimiste!
    Moi qui ait vécu à l’age de 19 ans le départ d’Algérie, je peux vous dire que l’état d’esprit actuel des juifs de France me rappelle celui des juifs d’Algérie début 1962. Alors que tous se posaient la question d’un éventuel départ, pas un n’aurait parié que 7 mois plus tard c’était chose faite et dans la plus grande panique!
    La marmite bout mais le couvercle est encre dessus. Un événement fortuit, imprévisible aujourd’hui va arriver, le couvercle va sauter et ce sera le sauve qui peut….

  5. Des difficultés (pour faire l’aliya plus tôt que tard) il en existe toujours, pour ceux qui regardent la bouteille moitié vide. Le fait est que, plus le temps passe, plus les difficultés augmentent. Mon point de vue est simple: 1- la France va mal (sa société qui perd ses repères du fait du trop grand nombre d’immigrés qui ne s’intègrent pas ou mal, son économie qui dégringole, son chômage qui augmente, sa force politique qui n’en peut plus, etc.), 2- les prochaines élections vont forcément enclencher un virage radical (un extrême supplantera les grands partis), 3- ce qui suivra sera violent car un extrême refusera la politique de l’extrême opposé, 4- pour des raisons diveres et variées (nouvelles lois fiscales, anti-fuite de capitaux, politique étrangère, ou autre) les portes de l’aliyah seront quai fermées. Bref, à mon humble avis, vous n’avez pas plus que DEUX ANS pour changer d’horizon. Après… ce sera vraiment bien plus dur que maintenant.

  6. La précaution élémentaire, pour préparer l’alya, est de commencer par trouver un point de chute en Israël, donc de se préoccuper d’un logement, de commencer à chercher du travail et surtout de transférer ses économies pour un nouveau départ dans la vie. Or la direction du trésor israélien, pour faire belle figure à l’OCDE, dresse tous les obstacles possibles, par exemple à l’achat d’Israel Bonds, dont il a levé l’anonymat. Au moment où tous les signaux sont au rouge, tel l'”exit tax” qui rappelle fâcheusement l'”impôt de désertion du Reich”, ce comportement de la part du pays qui entretient à grands frais les bureaux de l’ Agence Juive en France paraît totalement aberrant.

  7. C’est vrai que c’est un cauchemar !

    Et pour tout dire je suis tellement accablé que je n’ai même plus la force d’argumenter en rappelant qu’Israël est une démocratie parlementaire où la liberté d’opinion et d’expression est réelle, la justice laïque et applicable à tous, etc. etc. etc… Certes Israël est un pays en guerre aussi, mais quel pays d’Europe n’a pas été en guerre ? La République de Mélenchon n’a t-elle jamais été en guerre ?

    Comme Shmuel Trigano nous l’avons tous déjà fait cent fois et ça ne change rien, ça ne sert à rien. Il y a un million six cent mille arabes musulmans citoyens israéliens avec les mêmes droits que tous les autres mais ils vont quand même nous parler “d’apartheid” comme si il y avait en Israël des bus réservés aux musulmans et des universités interdites aux arabes…

    Au fond Jean-Claude Milner a peut-être raison lorsqu’il nous dit que :

    « Le premier devoir des Juifs, ce n’est pas, comme l’imaginait Herzl, de délivrer l’Europe des Juifs. Le premier devoir des Juifs, c’est de se délivrer de l’Europe. Non pas en l’ignorant (cela, seuls les USA peuvent se le permettre), mais en la connaissant complètement, telle qu’elle a été – criminelle par omission – et telle qu’elle est devenue : criminelle par omission sans limites. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.