En Iran, des jeunes exposent le style ostentatoire de son Elite.img

img

Vous avez peut-être entendu parler de « Rich Kids of Instagram » (en français : « la jeunesse dorée d’Instagram ») : un groupe de jeunes très riches qui publient des photos de voitures, yachts et montres de luxe que leurs parents leur ont achetés. Ils connaissent désormais une féroce concurrence au Moyen-Orient : le compte Instagram « Rich Kids of Tehran », qui montre le style de vie ostentatoire de l’élite iranienne.

img

Le compte a été lancé il y a moins d’un mois et montre de jeunes Iraniens exhibant leurs voitures de luxe, leurs vêtements ainsi que leurs villas de rêve. On ne voit pas de yachts, mais de nombreuses photos de Pool Party, de mini-jupes et de bikinis.

img

La loi iranienne exige que les femmes ne portent en public des vêtements amples et le hijab (voile qui couvre les cheveux). Cependant, il ne réglemente pas la tenue vestimentaire en privé. Il interdit également l’alcool, or il y a des photos où l’on peut voir beaucoup d’alcool.

img

Comptant plus de 97 000 abonnés, cela fait un mois que la page Instagram est au centre de l’attention internationale. Un des administrateurs du compte a publié il y a dix jours: “Comprenez-nous s’il vous plaît. Dans chaque pays, il y a les riches et les pauvres. Je sais que cela peut être émotionnellement douloureux pour certaines personnes qui n’ont pas les mêmes modes de vie, mais vous n’êtes pas obligées de nous suivre. Nous sommes juste des jeunes en train de nous amuser, ne prenez pas tout au sérieux”.

img

Il paraît surprenant au premier abord que ces jeunes Iraniens revendiquent leur style de vie aux influences occidentales sans la crainte de répercussion de la part du gouvernement. En effet, celui-ci est loin d’être un modèle d’ouverture et rate peu d’occasion d’exercer son autorité : récemment, 7 Iraniens ont été condamnés à des peines de prison et à 91 coups de fouets pour avoir publié une vidéo d’eux-mêmes dansant sur la chanson “Happy” de Pharell Williams.

img

Un consultant en informatique à Téhéran a déclaré aux informations anglaises : (source: The Times): “Tout le monde connait ces gens. Pour la plupart, ils ont des pères intouchables . S’ils ont des soucis, ce sera oublié. Mais tout le monde n’a pas cette chance”

img
Pères intouchables.

Pour contrer cette vision d’un pays privilégié, un autre compte Instagram intitulé « Poor Kids of Theran » (“Les enfants pauvres de Téhéran”) a été créé. Il montre la vie quotidienne des autres habitants de la capitale, qui représentent une grande partie de la population. Des photos d’enfants qui travaillent, de sans-abris, de frigos vides, etc ….

Jeudi dernier, toutes les photos ont été retirées et l’activité a cessé sur la page «Rich Kids of Theran». Le compte Instagram a été bloqué par le gouvernement iranien qui a jugé son contenu « vulgaire ».

Leslie Maarek | Éditorial

[israelvalley.com

Article précédentFrance : tapis rouge à l’Islam radical qatari!
Article suivantG-B/Israël: unis contre une reconnaissance de la Palestine

7891 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.