3ème tour : tous coupables d’égocentrisme anti-national

9
405

Tout le monde est à blâmer pour la troisième élection – analyse

Les sondages d’opinion montrent que les gens blâment le plus Netanyahu, puis Liberman, suivi du leader bleu et blanc Benny Gantz avec une énorme marge entre eux.

Le leader bleu et blanc Benny Gantz, le président de Yisrael Beteynu Avigdor Liberman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu (crédit photo: REUTERS)
Le leader bleu et blanc Benny Gantz, le président de Yisrael Beteynu Avigdor Liberman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu
(crédit photo: REUTERS)
Avec en cours, une troisième élection en moins d’un an, une question raisonnable à poser est de savoir comment en sommes-nous arrivés à cette situation inextricable? Et qui est le responsable à blâmer?

Personne ne prend la responsabilité, sans que cela représente une surprise. Tout le monde pointe du doigt tout le monde. Le Likoud dit que c’est à cause de Bleu et Blanc, Bleu et Blanc dit que c’est à cause du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le chef de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, dit qu’il a “zéro pour cent” de prise d’un rôle dans tout cela, car ce sont les deux grands partis les coupables.

Les sondages d’opinion montrent que les gens blâment le plus Netanyahu, puis Liberman, suivi du leader bleu et blanc Benny Gantz, avec une énorme marge entre eux.

Ils sont certainement tous fautifs. Ils ont tous joué un rôle dans les centaines de millions de shekels gaspillés entre le coût de la tenue d’une élection et les pertes du marché un autre jour de congé. Ils participent tous à la paralysie politique de l’année écoulée, affaiblissant notre sécurité, nos services sociaux et notre économie, nous plongeant davantage dans la dette nationale.

La 20e Knesset aurait pu durer jusqu’au mois dernier, si elle avait vécu les jours qui lui étaient destinés.

Tout le cycle électoral précoce a été lancé lorsque Liberman a démissionné du ministère de la Défense il y a un an et a retiré son parti de la coalition, car il estimait que la réponse d’Israël aux attaques de Gaza était trop faible et ses mises en garde avaient été à plusieurs reprises rejetées par le cabinet de sécurité. Plusieurs semaines plus tard, des élections anticipées ont été déclenchées.

Après avoir mené une campagne entière au cours de laquelle il a déclaré qu’il recommanderait Netanyahu comme Premier ministre et l’élection d’avril, Liberman a fait volte-face et a refusé de rejoindre une coalition dirigée par Netanyahu. Il a posé des conditions sur les questions de religion et d’État – qui n’étaient pas au centre de la campagne – qui seraient très difficiles à accepter pour les partis haredi. Lorsque Shas et Judaïsme Unifié de la Torah ont convaincu leurs conseils respectifs des érudits de la Torah de faire un compromis sur le projet de loi de conscription des Haredi dans Tsahal, Liberman les a rejetés comme n’allant pas assez loin. Ensuite, il a mené sa prochaine campagne électorale en incarnant un guerrier laïc.

Avant la deuxième élection, Liberman a déclaré qu’un gouvernement d’unité était la seule voie à suivre. Il a gardé cela jusqu’à ce jour, même au détriment d’une troisième élection, qui, selon lui, serait un désastre pour Israël. Il a refusé de rejoindre un gouvernement étroit de droite dirigé par Netanyahu ou un gouvernement minoritaire dirigé par Gantz avec le soutien extérieur de la Liste commune, qui aurait pu empêcher une troisième élection en un an.

Netanyahu assume également la majeure partie du blâme. Il y a un an, il a déclenché des élections anticipées, apparemment parce qu’il ne pouvait pas maintenir une coalition avec une majorité d’un siège, et il ne pouvait pas amener les partis de son gouvernement à s’entendre sur un projet de loi sur la conscription haredi qui satisferait le Haute Cour de justice avant la date limite fixée. L’autre raison, selon des sources, est que Netanyahu pensait qu’il pourrait être réélu avant que le procureur général Avichai Mandelblit ne recommande des accusations de corruption contre lui. Cela n’a pas fonctionné, les recommandations venant en février et les élections d’avril.

Après la première élection, les partis comptant 65 sièges à la Knesset ont recommandé Netanyahu comme Premier ministre, mais Liberman ne rejoignait pas la coalition de Netanyahu pour les raisons susmentionnées. Netanyahu n’a pas réussi à convaincre Liberman ou les haredim de faire suffisamment de compromis. Plutôt que d’essayer de former un gouvernement avec seulement 60 sièges à la Knesset, ce qui serait fragile, mais pas impossible, ou de suivre le processus énuméré dans la loi, qui permettrait à Gantz d’essayer de construire une coalition, Netanyahu a poussé à une nouvelle élection, en dissolvant la Knesset.

En septembre, la droite a non seulement perdu Liberman, mais elle a fait pire qu’avant, avec seulement 55 députés recommandant Netanyahu. Le Premier ministre a convaincu les dirigeants des autres partis de droite de former un bloc qui resterait avec lui, et il leur est resté fidèle. La logique était que s’il ne les gardait pas dans sa proximité, l’un d’eux pourrait accepter de rejoindre une coalition dirigée par Gantz, donnant à l’opposant de Netanyahu une majorité. Ce plan a fonctionné, mais cela signifiait que les négociations étaient au point mort depuis des mois, car les positions politiques de Bleu et Blanc, en particulier sur les questions sociales, ne pouvaient pas fonctionner avec celles des parties à la droite du Likoud.

Finalement, Bleu et Blanc a commencé à hésiter sur cette question, mais Netanyahu a insisté pour être le premier dans une rotation pour le poste de premier ministre, par souci de continuité, a-t-il expliqué, et pour profiter de ses liens étroits avec le président américain Donald Trump, mais, par là il n’a pas dit que le fait d’être jugé comme premier ministre lui donnerait probablement un avantage.

Ensuite, il y a Bleu et Blanc. Dès le départ, c’était la soirée «tout le monde sauf Bibi». Sa raison d’être était de provoquer le retrait de Netanyahu de ses fonctions, mais il n’avait pas beaucoup de chance d’y parvenir avant septembre.

Bleu et Blanc n’a pas vraiment négocié avec le Likoud lorsque Netanyahu avait le mandat de former un gouvernement, a annulé les réunions à la dernière minute, ou s’est présenté mais sans rien dire de substantiel. Puis, quand ce fut le tour de Gantz, il a essayé de négocier, mais il était clair dès le départ qu’il ne voulait pas faire partie d’un gouvernement avec Netanyahu. Après tout, il avait déclaré depuis les premières élections que Netanyahu était corrompu et ne pouvait pas diriger le pays, tout en faisant face à ses nombreux problèmes juridiques. Et comme mentionné précédemment, il voulait que le Likoud abandonne les autres partis de droite.

Gantz semblait disposé à faire des compromis sur divers points, mais Yair Lapid et Moshe Ya’alon, deux des autres dirigeants du parti, ne font pas confiance à Netanyahu. Ils voulaient former un gouvernement d’unité uniquement si Netanyahu n’était pas premier ministre pour commencer à gouverner – une offre qu’ils savaient qu’il refuserait – parce qu’ils pensaient qu’il déclencherait des élections avant de devoir abandonner le poste de premier ministre à Gantz. Netanyahu est même allé jusqu’à dire qu’il ne serait Premier ministre que six mois avant que Gantz ne le remplace, mais pour Bleu et Blanc, c’était la place de premier ou rien.

Depuis que Mandelblit a annoncé les dernières accusations contre Netanyahu, Bleu et Blanc est revenu à sa position selon laquelle Netanyahu est trop corrompu pour être Premier ministre, et il a appelé Netanyahu à renoncer à son droit de demander à la Knesset l’immunité de poursuites, mais Netanyahu a refusé.

Pour citer une malédiction shakespearienne : «Un fléau sur vos deux maisons!» Il n’y a pas de parti innocent dans cette querelle électorale. Aucun des principaux acteurs de ce drame politique n’est plus à blâmer que les deux autres pour la troisième élection et les citoyens d’Israël sont entraînés dans une situation que personne ne semble vouloir.

9 COMMENTS

  1. J’AI OMMIS DE VOUS DIRE QU’IL FAUDRAIT ABSOLUEMENT QUE LES ISRAELIENS FASSENT EN SORTE QUE BIBI RESTE EN PLACE ENCORE QUELQUES ANNEES, IL RESTE LE SEUL DANS CETTE PERIODE DANGEREUSE A POUVOIR PROTEGER CE PAYS ET A CONTINUER A LE FAIRE GRANDIR DANS LE MONDE.CE N’EST PAS POUR QUELQUES BOUTEILLES DE CHAMPAGNE,QUELQUES CIGARES ET ARTICLES ELOGIEUX DANS LA PRESSE QUE L’ON ECARTE SON PROTECTEUR.QUE CELA SOIT ECRIT ET ACCOMPLI.

  2. C’EST UN VRAI SCANDALE.ALORS QUE LES JUIFS ONT TELLEMENT D’ENNEMIS DANS LE MONDE,LEURS DIRIGEANTS N’ARRIVENT PAS A OCCULTER LEURS EGOS ET A S’UNIR POUR DIRIGER LE PAYS , LE DANGER EST GRAND.LE SEUL PAYS DANS LE MONDE OU IL NE DEVRAIT PAS Y AVOIR DE MISEREUX ET QUE DES CITOYENS UNIS ,C’EST ISRAEL.IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE NOUS NE SOMMES QUE VINGT MILLIONS DANS LE MONDE ET QU’UN AUTRE GENOCIDE SERAIT FATAL POUR NOTRE PEUPLE.

  3. Mandelblit est l’unique et réel homme politique necrepresant sue lui qui est à blâmer. C’es le quatrième décideur de la politique israélienne. Il devrait y avoir sa photo avec les trois autres. Toutes les décisions de Libermann Gantz et Lapid sont prises en fonction des espérances qu’ils mettent en Mandelblit de faire le travail qu’ils ne peuvent pas faire tout seuls. Si les dés sont pipés on joue très différemment. Les règles electorales sont clairs les « règles » de la justice de Mandelblit sont complètement labiles. Cette electron libre est la ruine d’Israel.
    Et le système judiciaire qui lui a permis d’agir ainsi est un héritage malfaisant des erreurs des fondateurs d’israel qui malheureusement n’était pas des Jefferson, Franklin ou Hamilton.

  4. Il y a deux victimes dans toute cette histoire lamentable .

    Israël et Bibi .

    Ce dernier est le seul à pouvoir diriger le pays dans les pires moments de son existence .

    Ceux qui lui barrent la route sont des criminels qui auront à réponder devant l’Histoire de ce pays qui en a vu pourtant tant d’autres .

  5. Il faut beaucoup de temps et d’intelligence pour résister au rouleau compresseur des fausses informations colportées par la presque totalité des médias israéliens.
    Il est évident que Lieberman et le quatuor Gantz sont responsables de cette 3ème élection.
    J’espère , pour Israël , que les Israéliens vont les sanctionner dans les urnes et donner à Netanyahu la possibilité de gouverner une démocratie et non laisser à quelques policiers et juges, qui ne représentent qu’eux-mêmes, de transformer Israël en dictature.

  6. Et si l’ensemble du peuple israélien, songeait à sa propre responsabilité ?

    Parce qu’après tout, d’accord il y a maintenant pas mal de gauchistes parmi les prétendants. Tout de même, le peuple en Israël n’est pas affamé à ce point par Nethanyahu, ni torturé, ni censuré ou même enfermé, quand toutes les insanités sont émises contre lui ?

    Des difficultés économiques pour les plus démunis ? Et alors ? Que croient-ils, que dans d’autres pays (dits démocratiques), la précarité n’existe pas ? Des Pays qui ne sont pas sous le danger existentiel, comme l’est Israël ?

    Et si Bibi a privilégié dans son travail ce grand problème, ce n’est pas une raison pour lui faire ce qu’ils lui font aujourd’hui.

    Et franchement les inculpations portées contre lui, c’est du pipi de chat, pour des gens de pouvoir !!
    Frais de buche excessifs ? Tort d’aimer les cigares et le champagne ? J’aurais accepté les mêmes cadeaux, sans penser que je commettais un acte illégal… Simplement que je profitais d’avantage sociayx que toutes les entreprises offrent.

    Il a intrigué pour avoir un Média en sa faveur ? Et alors qui sont les coupables ? Lui ou la Presse Israélienne ? Là aussi j’aurais fait la même chose que lui.

    Et que ceux qui sont sûrs de n’avoir pas fait la même chose… Lui lancent la première pierre !

    Ce n’est pas seulement qu’ils l’abandonnent ! Non c’est devenu l’ennemi n°1. Il serait le plus grand péril, qu’il faut abattre à tout prix ? La chasse à courre est lancée, et l’on n’attend plus seulement que la bête soit attrapée, neutralisée, étouffée !

    Où sont les dizaines de milliers de personnes qui devraient défiler en sa faveur ? (s’ils avaient un millième de reconnaissance, en rapport des bienfaits acquis par son travail acharné). Des biens qui valent mille fois le prix du lait ou du fromage trop cher. Mille fois le fait de ne pouvoir s’acheter un appartement et d’être obligé de continuer à vivre chez papa maman. Pour les autres où retrouve-t-on la solidarité que l’on attribue à ce peuple ?

    Là aussi, ils s’imaginent qu’en France le logement c’est plus facile ? (pour ne parler que de ce que je connais)

    L’économie du Pays est forte grâce à Bibi et s’il n’était occupé désespérément à faire entrer Israël comme n’importe Pays… Parmi les nations, en faisant un commerce international qui génère de l’argent…Qu’est-ce qu’il y aurait comme moyens à distribuer ? Le Pays serait bien plus pauvre et il ne serait plus question des problèmes qui pour ce Pays, en ce moment sont secondaires.

    Si ce Pays est exterminé…Il sera encore temps de distribuer de l’argent aux plus démunis ?

    Les Israéliens me déçoivent grandement. S’ils n’étaient pas devenu aussi jouisseurs, capricieux, écoutant les oiseaux de malheur que sont les gauchistes qui ont réussi à leur mettre dans le crâne, que vraiment, ils sont trop dans la misère… Comme s’il n’y avait qu’eux….

    S’ils aimaient le Pays qui tout le long de l’année, nous fait tirer les larmes aux yeux, quand cela nous mène à penser « L’an prochain à Jérusalem »… Ils verraient Bibi pour ce qu’il est : Un sauveur !

    Mais reste t-il encore de vrais juifs en Israël ?

    Si c’était le cas, la troisième élection n’aurait pas lieu. D’ailleurs même pas la deuxième…

    Le peuple aurait donné de la voix pour celui qui le mérite. On n’en serait pas là !

    C’est la même ingratitude qu’a reçue Moïse…habitués aux miracles, quand des difficultés arrivaient, c’était la débâcle, le dévergondage, la débauche… Et surtout comme aujourd’hui… Bibi comme Moïse se sont pris en pleine poire : l’ingratitude !

    HOMMES DE PEU DE FOI !

  7. Et n’oubliez pas Mandelblit, qui a optimise le timing de sa decision d’inculper Netanyahou pour le rendre aussi dangereux que possible pour la nation.

  8. De tous temps ce qui affaiblit le peuple juif est la division et la haine gratuite.
    ceriains ont pour seul programme PAS BIBI quant a d autres pas les religieux
    c est un peu maigre et contre productif
    Sans tomber dans le messianisme beat, on voit bien que l histoire s accellere
    L iran Hamalek est aux frontieres prete a bondir sur Israel meme si ca doit mener a une guerre mondiale et meme si les pauvres Iraniens n ont rien a manger
    Les Russes e quete de leur prestige passe pactisent avec le diable
    Les americains se desengagent au moyen orient
    L europe refit les memes erreurs su passe accod nuccleaire = Munich
    Il est grand temps que le messie vienne et en attendant que nous nous unissions tous ensemble
    la haine gratuite a mene a la destruction du second temple et retarde la contrsution du troisieme

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.