7 juin 1981: Israël détruit le réacteur nucléaire d’Osirak (vidéo)

Il y a 40 ans, Israël a bombardé un réacteur nucléaire irakien. Comment ça a changé le monde

 Le 7 juin 1981 occupe une place particulière dans les archives des relations mondiales et de l’histoire militaire. Ce jour-là, des F-16 de l’armée de l’air israélienne ont détruit une centrale atomique qui était en cours de développement près de Bagdad avec l’aide de la France. Les Français avaient en fait appelé le centre du réacteur ‘Osirak’.

Israël avait en fait alerté que le réacteur fournirait au dictateur irakien Saddam Hussein du plutonium pour construire des bombes atomiques. L’attaque contre le réacteur d’Osirak a été la première frappe aérienne au monde contre un réacteur nucléaire. L’attaque a déclenché une vaste condamnation mondiale d’Israël, mais l’État juif est resté vigilant.

L’héritage de l’attaque

Écrit dans The Jerusalem Post la semaine dernière, Seth J Frantzman a observé : « En quelques minutes ce jour-là, Israël a développé une doctrine selon laquelle il agirait pour éviter tout danger existentiel impliquant des armes de destruction massive dans la région. »

Peter Ford, un ancien des États-Unis Un pilote de chasse de l’Air Force, qui est maintenant cadre chez Raytheon, a discuté de l’importance de l’attaque d’Osirak dans une thèse à l’US Naval Postgraduate School en 2004. Ford a dit que l’attaque était « importante principalement pour 2 fonctions : gagner du temps et attirer l’attention du monde entier. Deuxièmement, la frappe a fourni un avantage ponctuel à Israël…  » Ford a mentionné qu’Israël avait en fait tenté d’utiliser des moyens diplomatiques pour décourager les nations de fournir de la technologie nucléaire à l’Irak pendant sept ans.

Le roi Hussein

L’attaque d’Osirak incluait la nécessité de Des avions d’attaque F-16 et leurs chasseurs d’escorte F-15 doivent voler à basse altitude au-dessus de la Jordanie et de l’Arabie saoudite pour empêcher la détection radar. Le roi Hussein, qui dirigeait la Jordanie à l’époque, avait des liens étroits avec Saddam Hussein et a failli endommager l’opération israélienne.

Flying Force Magazine en 2012 gardait à l’esprit :  » Le roi Hussein de Jordanie, à bord de son yacht de luxe dans le golfe d’Aqaba, a vu passer les F-16, se dirigeant vers l’est. Hussein, lui-même pilote, a reconnu ce qu’ils étaient. Il a envoyé un message d’avertissement à l’Irak, mais il n’a jamais été reçu par toute personne ayant autorité. «

Les versions israéliennes de l’épisode du roi Hussein diffèrent. Israel Defence, un site Internet de défense, a affirmé en 2011 que l’appel du roi Hussein avait été intercepté par les services de renseignement israéliens. « Il [le roi Hussein] a précipitamment appelé depuis ce yacht privé le personnel militaire jordanien à Amman et leur a ordonné d’avertir les Irakiens que des avions israéliens criaient dans leur direction. L’opposé a affirmé qu’il avait reçu le message et promis de le transmettre. aux Irakiens. Hussein ne savait pas, selon des sources étrangères, que l’individu à l’autre bout du fil n’était pas un officier jordanien, mais un arabophone des services de renseignement israéliens. La prudence, probablement, n’a jamais atteint son emplacement,  » Défense d’Israël a déclaré.

‘Grâce de Dieu’

L’attaque d’Osirak reste un événement analysé par des experts militaires pour les chances frustrantes de la Force aérienne israélienne face. Le moindre était la distance d’environ 600 milles jusqu’à l’emplacement cible. Gardant à l’esprit qu’aucune roquette ou canon de défense aérienne n’avait « touché » les F-16 israéliens, le premier ministre Menachem Begin a aussitôt attribué le succès de l’attaque d’Osirak à la « grâce de Dieu ».

En 2007, l’armée de l’air israélienne a détruit un autre réacteur nucléaire en construction, cette fois en Syrie. Et au cours des 20 dernières années, il y a eu beaucoup d’avertissements d’Israël qu’il n’attendrait pas si l’Iran essayait d’obtenir des armes nucléaires. Le succès et les restrictions de l’attaque d’Osirak continuent d’avoir des répercussions. L’attaque d’Osirak a été citée comme un modèle d’enseignement de la préemption à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Les partisans de la théorie soulignent les complications que la région aurait affrontées si Saddam Hussein avait développé des armes nucléaires.

Et les répercussions de l’attaque d’Osirak n’existent pas seulement au Moyen-Orient. Le Pakistan a affirmé que l’Indian Flying Force avait prévu de lancer une attaque de style Osirak contre ses installations nucléaires dans les années 1980.

lentrepreneur.co

7 juin 2020

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.