Ya’alon compte sur le Qatar pour résoudre la crise des tunnels ©

Cela permet au Qatar de maintenir les autorités militaires israéliennes et égyptiennes en pleine coordination et au courant des derniers événements à Gaza.

1
205
Ya’alon compte sur l’envoyé du Qatar pour résoudre le problème des tunnels
Al-Emadi_Kotert
L’impression gagne du terrain  que le Ministre de la Défense Ya’alon n’a pas de réponse concrète pour répondre aux problèmes de sécurité d’Israël, autre que des incitations économiques pour que ses ennemis se tiennent tranquilles. 

 


L’envoyé Qatari Mohammed Al-Emadi avec le PM du Hamas Ismail Haniyeh 0 Gaza

Peu d’Israéliens, y compris les gens qui se réveillent en sursaut au milieu de la nuit à cause du bruit des Palestiniens de Gaza qui creusent des tunnels sous leur sol, ont entendu parler de Mohammed Al-Emadi. Mais son importance dans leur vie ne peut pas être surestimé, parce que, comme le révèle ici Debkafile, il est l’ambassadeur de facto de l’Emirat du Qatar dans le golfe persique pour la Bande de Gaza et Israël. 

Il est, de plus, l’arme secrète du Ministre de la Défense Moshe Ya’alon contre le réseau de tunnels de la terreur construits par le Hamas. Le  lundi 8 février, on a rapporté que le Ministre de l’éducation Naftali Bennett avait exhorté le gouvernement à une attaque immédiate contre les tunnels du Hamas au cours d’une réunion récente du cabinet de sécurité dont il est membre.

Le matin suivant, le Ministre de la Défense a rejeté furieusement les demandes de son collègue, comme étant : “Téméraires, infantiles et irresponsables” et l’a accusé d’entraîner potentiellement le pays vers une guerre pour des motivations politiques cyniques. “La guerre n’est pas un jeu d’enfant et cela se paie par la perte de vies humaines” s’est emporté Ya’alon.

Ce ne sont pas les affaires de Debkafile de défendre le Ministre Bennett. Il y réussit très bien lui-même. Notre préoccupation consiste à expliquer que le manque de volonté de Ya’alon à entrer en action contre les tunnels du Hamas n’est aucunement dû à l’incapacité de Tsahal de mener cette mission, mais au noueau facteur présent dans l’équation Israël-Hamas : la coopération avec l’ambassadeur Qatari, qui a installé ses bureaux à Gaza City. Ce bureau est devenu le centre nerveux entre deux organisations palestiniennes, le Hamas et le Jihad Islamique et, d’autre part, les autorités de la Défense israélienne.

Le Bureau de l’envoyé spécial qatari transmet tout message devant transiter entre Gaza et Tel Aviv.

Par exemple, après le tollé populaire en Israël concernant les tunnels de la terreur, les médias israéliens ont diffusé des reportages disant que le Hamas et le Jihad Islamique avaient envoyé des messages pour assurer Israël qu’ils n’avaient pas l’intention de lancer un nouveau cycle de guerre (pour le moment).

Ce message, transmis secrètement par l’envoyé Qatari, comprenaient deux paragraphes qui n’ont pas été diffusés :

  • Les deux groupes palestiniens demandent à Israël de ne pas mal interpréter leurs actions militaires à Gaza parce que, prétendent-ils, elles seraient de nature défensive et non offensive.
  • Le Hamas et le Jihad Islamique demandent aussi à Israël d’intercéder en leur nom auprès du Président égyptien Abdel-Fatteh El-Sisi, afin qu’il assouplisse sa fermeture de la ville frontière de Rafah, dans le cadre de la répression sans merci du Vaire contre ces deux groupes terroristes, dont l’un au moins (le Hamas) est associé à Daesh-Etat Islamique.

 

Israël n’a pas répondu directement. Mais lundi 8 février, dans une interview au site saoudien “Elaf”, le Général-Major de Tsahal, Yoav Mordechai a accusé le Hamas de soigner dans les hôpitaux de Gaza les terroristes appartenant à Daesh qui ont été blessés dans les attaques du Sinaï contre les troupes et la police égyptiennes. 

 

Il a révélé que, sur les ordres de la branche armée du Hamas, Ezzadin al-Qassem Brigades, ces blessés de Daesh étaient transférés à l’hôpital Nasser de Khan Younès, grâce à des tunnels secrets. 

Le sous-entendu contenu dans le message du Général Mordechaï est le suivant : commencez d’abord par arrêter d’apporter des soins médicaux à Daesh, ensuite, nous verrons si nous pouvons envisager de glisser un mot pour vous au Caire.

Mais, selon les sources antiterroristes de Debkafile, le général a laissé en suspend deux aspects bien plus sérieux de la collusion secrète du Hamas avec l’archi-ennemi de l’Egypte dans le Sinaï :

D’abord, il a omis de mentionner l’afflux de combattants du Hamas et du Jihad Islamique dans le Sinaï, où ils renforcent la succursale de Daesh contre l’Egypte.

Deuxièmement, il n’a rien dit des accords clandestins du Hamas et du Jihad Islamique pour la contrebande d’armes à travers le Sinaï vers la Bande de Gaza, provenant souvent de Libye.

L’envoyé qatari ne fait pas que véhiculer les messages entre Israël et Gaza. Des produits de base en grande quantité, dont du carburant et des matériaux de construction sont régulièrement acheminés par camions dans la Bande de Gaza depuis Israël. Chaque cargaison doit d’abord obtenir le label de l’approbation du bureau d’Al-Emadi.

Israël a accepté cette procédure pour trois raisons :

1. Ses autorités de défense et Tsahal font relativement confiance au bon sens du jugement de l’envoyé qatari sur le choix des articles à destiner à la livraison.

2. Son bureau, puisque désigné représentant de l’Emirat du Qatar, est responsable de l’acquittement du prix des denrées commandées dans les listes d’achat que son bureau relaie à Tel Aviv. Certaines usines israéliennes produisent actuellement des biens exclusivement issus de ces listes, confiants dans le fait que le paiement est garanti par l’Emirat.

3. Une copie de ces listes de shopping est aussi envoyée au Caire. Cela permet au Qatar de maintenir les autorités militaires israéliennes et égyptiennes en pleine coordination et au courant des derniers événements à Gaza.

En même temps, Al-Emadi se tient à l’écart des affaires terroristes et militaires des deux groupes palestiniens, comme leurs tunnels d’infiltration et leurs contrebande de missiles. Des récentes photos sont apparues sur les réseaux sociaux de Gaza, au cours de ces derniers jours, montrant l’ambassadeur qatari en train de visiter un tunnel, apparemment pour découvrir de premier main sur quoi porte le tumulte en Israël.

En définitive, on ne peut pas surestimer l’importance qui lui est accordée dans le débat sérieux portant sur la politique suivie par le Ministre de la Défense, ni la sagesse qu’il y aurait à se reposer autant sur la confiance en l’Emirat du Golfe, dont les intérêts plus vastes transcendent la sphère israélo-palestinienne et comprennent le soutien aux groupes rebelles syriens, dont certains sont des terroristes islamistes prêts aux dernières extrémités.

Les intérêts du Qatar touchent également à des fronts supplémentaires de la terreur palestinienne, autant qu’au conflit syrien, à l’intervention militaire iranienne en Syrie et au rôle du Hezbollah.

L’Israélien de la rue commence à se laisser gagner par l’impression que le Ministre de la Défense n’a pas de réponse appropriée pour répliquer aux multiples menaces qui assaillent le pays, autre que de lâcher des incitations économiques induisant ses nombreux ennemis à repousser les hostilités.

Moshe Ya’alon ne peut que s’en prendre à sa propre rhétorique pour cette image qu’il dégage. Une déclaration qu’il a faite en octobre 2014 marquant un tournant dans l’histoire militaire d’Israël : “Le Hezbollah dispose à présent de 100.000 missiles au Liban et nous n’entreprenons pas d’action pour les détruire. Il y a des centaines de missiles en Iran et onus ne prenons pas de décision pour les détruire”, voilà ce qu’il a dit à cette époque. Le Ministre a fait des commentaires dans la même veine depuis lors. Rejeter comme “Téméraires et infantiles” des idées qui divergent de son approche passive dans la résolution des questions des tunnels du Hamas, des menaces de Syrie et de l’actuelle vague de terrorisme palestinien ne peut en aucun cas être une réponse. Clore le débat sur ces questions vitales reste plus dangereux que de les diffuser pour les évoquer sérieusement.

DEBKAfile Reportage exclusif 9 Février 2016, 2:33 PM (IDT)

 

Adaptation : Marc Brzustowski

 

1 COMMENT

  1. Il serait peut etre judicieux d’attaquer preventivement le hezbollah pendant qu’il est englué en Syrie
    on ne peut pas attendre qu’ils soit en position favorable pour nous attaquer

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.