Soutien à Netanyahou ou soutien à la corruption ?

4
21

Plusieurs ministres issus du parti de droite étaient également présents à cette manifestation qui s’est tenue au parc des expositions de la ville.

Les partisans du Likoud étaient venus exprimer leur mécontentement quant à la couverture médiatique des affaires qui visent le Premier ministre et les enquêtes policières en cours contre lui.

« Notre premier ministre est un tzaddik, et pardonnez-moi de vous le dire, mais les médias sont dégoûtants », a déclaré un partisan.
« J’ai pris un congé à mon travail pour pouvoir venir à cet événement », a déclaré un autre. « Il faut que nous soyons solidaires de tous frères et nous concerter sur cette affaire – cette enquête n’est pas juste. Arrêtez de détruire notre unité. Bibi sera notre premier ministre jusqu’en 2035.

Les médias ont souligné qu’aucun Premier ministre en poste sous le coup d’une enquête judiciaire n’avait organisé un meeting de soutien de cette envergure.
Dans son allocution, M. Netanyahou a fustigé la gauche et les « fake news », affirmant qu’Israël ne s’était jamais aussi bien porté de son histoire que sous la gouvernance du Likoud.
« La presse s’est mobilisée dans une campagne obsessive contre ma famille et moi mais c’est vous les électeurs qui êtes visés », a-t-il affirmé sous les applaudissements des militants.
« Ils ne peuvent pas nous battre dans les urnes »
« Ils savent qu’ils ne peuvent pas nous battre dans les urnes, alors ils essayent de contourner la démocratie et de nous renverser par d’autres moyens. Mais nous continuons à gagner dans les urnes parce que nous avons amené Israël au meilleur endroit où il n’a jamais été dans son histoire », s’est-il targué.
« Nous savons que la gauche et les médias – et nous savons que c’est la même chose – mène une chasse sans précédent contre moi et ma famille pour abattre le gouvernement.
Ils mettent une pression implacable sur le système judiciaire pour qu’ils présentent un acte d’accusation sans aucune preuve », a-t-il accusé.
La pression judiciaire s’est considérablement accentuée vendredi sur le Premier ministre avec l’annonce qu’un de ses anciens proches collaborateurs avait accepté de coopérer avec la justice dans deux affaires de corruption présumée.
L’une des enquêtes repose sur le soupçon que M. Netanyahou aurait reçu, illégalement, des cadeaux de personnalités très riches, dont le milliardaire australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan.
La valeur totale de ces cadeaux a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.
Une autre enquête cherche à déterminer s’il aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yedioth pour une couverture positive de la part du journal, en échange de laquelle il aurait aidé à réduire les opérations d’Israel Hayom, concurrent du Yedioth.
M. Netanyahou, 67 ans, à la tête du gouvernement depuis 2009 après un premier mandat entre 1996 et 1999, a été soupçonné à plusieurs reprises par le passé, sans être inquiété.
« Le peuple est avec nous », a-t-il répété, remerciant les militants « venus de tout le pays », accompagné par son épouse Sara, elle aussi sous le coup d’une enquête pour fraude.
Les réactions au discours de Netanyahou ne se sont pas fait attendre.
La députée de l’Union sioniste (gauche) Tzipi Livni a accusé le Premier ministre de corruption peu après le rassemblement.
« Les membres du Likoud ne sont pas corrompus, mais Netanyahou corrompt Israël », a-t-elle dit. « Je suis sûre que beaucoup, beaucoup d’électeurs du Likoud – des gens honnêtes et bons citoyens – se sentent mal à l’aise ce soir », a-t-elle ajouté.
De son côté le chef du parti Yesh Atid (centre) Yaïr Lapid a estimé que le rassemblement pro-Netanyahou avait « franchi toutes les lignes ».
« Ce que nous avons vu ce soir n’était pas une manifestation de soutien à Netanyahou, mais un soutien à la corruption », a-t-il affirmé.
L’ancien Premier ministre Ehud Barak, visé dans le discours de Netanyahou, a quant a lui répondu sur Twitter.
« Le suspect de la rue Balfour (adresse de la résidence du Premier ministre à Jérusalem, ndrl) continue de geindre », a-t-il écrit.
« Les membres du Likoud sont des citoyens fiers et honnêtes, et pas des marionnettes », a-t-il ajouté.
« Il n’y a pas de persécution, mais de la corruption, il n’y a pas de leadership, mais seulement de la panique », a-t-il renchéri.
Netanyahou dans ses remarques s’appelait Barack «un vieillard à la barbe nouvelle».

I24 – Jewishpress

4 COMMENTS

  1. Organiser une manifestation de soutien à un 1er ministre accusé par la justice de corruption, c’est une pratique qui existe essentiellement dans les regimes totalitaires comme la Turqiie ou le Venezuela. Bibi est tombé bien bas pour utiliser ce moyen de pression qui ne sert à rien car 3000 participants c’est ridicule. Quand on est un responsable politique dans cette situation on assume seul et surtout on se défend.. Comme d’habitude Bibi ne fait pas honneur à Israël., il est lamentable.

  2. Oui la majorité du peuple (. Droite ) a raison la presse télévisé dans tous ses infos même lorsqu’il y a des attentats commence par des attaques sur le premier ministre Bibi , mais la faute n’est pas que de la presse uniquement mais aussi de Bibi càr ses lui le ministre de l’info et de la presse lorsqu’il a pris ce portefeuille il pouvait faire du ménage ,ça été fait en France et dans d’autres pays il avait qu’à le faire ,on ne peut pas être de droite et de gauche en même temps .

  3. Au lieu de s’occuper du Peuple,de s’occuper de baisser les prix des appartements, de s’occuper si tous les enfants ont des repas chauds le matin et le midi dans les écoles, les ministres s’invectivent en raison de leur arrogance et de leur mépris du Peuple.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here