L’irresponsable président de la région catalane©

3
203

L’irresponsable président actuel de la région catalane©

par Maurice-Ruben HAYOUN

En scrutant l’exemple de la Catalogne qui défraie la chronique à la suite d’un incroyable malentendu, je me suis interrogé sur certaines prières cultuelles qui implorent Dieu de donner aux hommes que nous sommes des dirigeants vertueux, lucides et éclairés. Trois qualités fondamentales dont l’actuel président catalan semble cruellement dépourvu.

On s’étonnera peut-être de la rudesse du propos, mais ce n’est rien, eu égard à la crise que cet homme et ses compagnons ont provoquée au sein de l’Europe. Et tout d’abord, interrogeons-nous sur le sens du mot indépendance : qu’implique-t-il ? Qu’entend-il et que
sous entend-il ?

On a l’impression que le gouvernement central du royaume occupe, tourmente, spolie, exploite une région qui est dans le malheur, qui ne jouit d’aucune liberté, etc… alors que cette région jouit de considérables marges d’autonomie, que le gouvernement ne l’opprime pas et qu’au fond, la question est une non-question.

Que pourrait obtenir la catalogne si elle venait à rompre avec Madrid (ce qui n’arrivera pas, tous le savent bien), que pourrait-elle obtenir qu’elle n’ait déjà ?

Bien au contraire, si le cordon ombilical avec l’Espagne était rompu ce serait la ruine, le désastre ! Voici une poignée de dirigeants qui précipitent leur région et ses habitants (parmi les plus éduqués et les plus cultivés d’Europe, j’ai pu m’en rendre compte en faisant une conférence en français à Barcelone en 1992 pour le 500ème anniversaire de l’expulsion des juifs d’Espagne) dans l’inconnu. Ils n’ont même pas calculé que leur sortie du royaume entraînerait eo ipso leur expulsion de l’Euro, de l’Union Européenne et du grand marché.

En clair, la rupture avec Madrid priverait les Catalans de la monnaie nécessaire pour acheter leur baguette de pain (je ne sais pas comment se dit croissant au beurre en catalan) !! Ces mêmes dirigeants ne rappellent pas que leur région est l’une des plus endettées d’Espagne et d’Europe.

Vers qui se tourneraient-ils alors ? En fait, ils seront l’Albanie de l’Europe, et ce du temps d’Enver Hodja… Ils n’ont même pas pris l’avis de Bruxelles pour être fixés sur la viabilité de leur projet. Mais au fond que cherchent-ils ? Je me refuse à croire qu’ils appréhendaient le sujet de l’indépendance avec sérieux. Ils n’ont même pas prévu que les grandes banques, les grandes sociétés, les grands groupes quitteraient Barcelone du jour au lendemain. Et d’ailleurs, le mouvement est déjà lancé…

Alors que faut-il faire ? Madrid a commencé par être assommée par une telle démarche, elle a mis du temps à réagir mais elle s’est finalement ressaisie. La manifestation des anti indépendantistes a été massive, les gens se sont mis à parler. Aucun n’a prôné la violence, aucun n’a recommandé la sécession. Mais les choses ne seront plus comme avant.

L’actuel Premier Ministre espagnol doit réagir fortement. Il doit prendre en main l’administration directe de cette région et doit aussi demander des comptes à ceux qui ont provoqué cette crise. Si, par malheur, l’actuel président catalan proclamait l’indépendance ce soir, même du bout des lèvres, il devrait en répondre devant les tribunaux.

De même, on ne comprend pas que les chefs de la police catalane soient ressortis libres du tribunal où ils furent cités à comparaitre. L’état de droit n’est pas un moulin où l’on entre et d’où l’on sort comme on veut. Le préjudice causé au renom et à la beauté de la Catalogne n’est pas négligeable. Cela va laisser des traces. Les gens vont avoir peur pour leurs économies, leur pouvoir d’achat et leur avenir.

Avec un parti indépendantiste comme celui-ci, la moindre concession serait considérée comme un aveu de faiblesse. Tous les gouvernements de la zone ont prévenu : jamais ils ne reconnaîtront cette indépendance, il faudrait être fou pour croire qu’on a raison contre tous. Que feraient les épargnants pour sauvegarder leurs économies ? En quelle monnaie pourraient-ils les convertir ? Quelle serait la place d’une telle économie dans le système monétaire international ou simplement européen ? On le constate aisément, ces Messieurs n’ont rien prévu.

Il faut voir loin et prévoir ce qui peut se produire dans l’avenir : si on ne remet pas ces dirigeants catalans à leur place, ils pourraient donner des idées à d’autres, un peu partout en Europe et dans le monde.

Oui, il faut vraiment prier la Providence divine afin qu’elle confie à d’humaines mains, un peu plus expertes qu’à Barcelone, la direction des affaires sociales et politiques. Tout ce que les Catalans peuvent obtenir, c’est un peu plus d’autonomie fiscale et financière. Et rien
d’autre. L’Espagne est une monarchie constitutionnelle

Le professeur Maurice-Ruben Hayoun, né en 1951 à Agadir, est un philosophe, spécialisé dans la philosophie juive, la philosophie allemande et judéo-allemande de Moïse Mendelssohn à Gershom Scholem, un exégète et un historien français. il est également Professeur à  l’université de Genève. Son dernier ouvrage: Franz Rosenzweig (Agora, universpoche, 2015)


Nous vous informons que le professeur Maurice-Ruben Hayoun, dont les chroniques sur JFORUM font notre plaisir, va tenir prochainement un cycle de conférences à la Mairie du 16ème arrondissement de Paris, sur le thème « L’Europe, plus une culture qu’un continent – Aux racines de la culture européenne.

Ce nouveau cycle de conférences se penche sur l’humus spirituel et les valeurs premières qui gisent au fondement de ce continent.

Mais l’Europe n’est pas seulement un continent, c’est aussi et surtout une culture, axée autour de courants spirituels et d’écoles philosophiques, qui passent à juste titre pour sa constitution théologico-politique ou éthique.

Les réflexions qui seront exposées dans la salle des mariages de la Mairie du 16ème arrondissement couvrent la critique biblique, la littérature éthique, la philosophie médiévale sous son triple aspect, gréco-arabe, chrétienne et juive au miroir des pères spirituels de l’Europe : Thomas d’Aquin, Maimonide, Averroès et Maître Eckhart.

Le programme est le suivant :

Jeudi 19 octobre – 19h : Religion et philosophie selon le Traité décisif d’Averroès

Jeudi 23 novembre – 19h : L’allégorie philosophique d’Ibn Tufayl, Vivant fils de l’éveillé (Hayy ibn Yaqzan)

Jeudi 14 décembre – 19h : Qui était Maître Eckhard?

ENTREE LIBRE – Dans les salons de la Mairie

Mairie du 16e Arrondissement : 71, avenue Henri Martin

3 COMMENTS

  1. « que leur sortie du royaume entraînerait eo ipso leur expulsion de l’Euro ».
    « toutes anciens ministres franquistes » : et alors ? en quoi les franquistes ont-ils mal gérés l’Espagne, citez un exemple ? sinon l’Espagne aurait été communiste (même les anarchistes se sont tournés au bout d’un moment vers le franquisme), l’Albanie, la Roumanie çà vous dit quelque chose, vous préférez ?

    Franchement quand on pense que l’antisémitisme (voir le nazisme) vient de gens qui répètent tout ce qu’on leur dit sans comprendre….
    l’euro est le problème majeur dans l’économie mondiale !

    => Demandez aux argentins ce que çà leur a fait de coller leur monnaie dans les années 90 au dollars……

    Je pensais que les juifs avaient une pensée originale incisive et novatrice mais enfin, pourquoi vouloir imiter les autres même quand ils ont tord et sont ridicules ?

  2. Comment ça « qu’aurait la catalogne de plus »? C’est un comble de poser cette question pour le membre d’un peuple qui a aussi lutté pour son autodétermination et son indépendance. La catalogne ne serait plus sous la coupe de la monarchie madrilène, et serait entièrement libre de s’autogerer comme elle l’entend, sans ingerence parasitaire. Un pays pour un peuple, ça semble loin d’être insensé.

  3. Il faut quant même se rendre compte qui est l’interlocuteur du gouvernement catalan : Mariano Rajoy 1er ministre et dirigeant du parti populaire , parti créé par Manuel Fraga avec cinq autres personnes toutes anciens ministres franquistes. Pas facile donc pour ce gouvernement catalan de discuter avrc des descendants de Franco. Esperons que cette crise trouvera une solution amiable entre Madrid et Barcelone.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here