Le Monde donne des leçons sur la lutte contre l’antisémitisme

1
93

Des juifs français agitant des drapeaux israéliens et français devant l’Hyper Cacher un an après que quatre clients juifs aient été assassinés lors d’un attentat terroriste dans le magasin casher Paris, 9 janvier 2016. (Crédit photo: Serge Attal / Flash90)

L’antisémitisme « se doit d’être dénoncé dans sa globalité » pour être combattu « pleinement », souligne une tribune publiée jeudi par Le Monde, en réponse au retentissant « manifeste des 300 », auquel ils reprochent une focalisation « sur le seul antisémitisme des islamistes ».

Signe que le texte publié par Le Parisien le 22 avril n’a pas fait l’unanimité chez les militants de la laïcité, la tribune du Monde est paraphée par plusieurs personnalités réputées proches de signataires du « manifeste contre le nouvel antisémitisme », comme l’ancienne ministre PS Laurence Rossignol et le président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), Mario Stasi.

Parmi ses 120 premiers signataires figurent également le sénateur socialiste David Assouline, le président de SOS Racisme Dominique Sopo et l’historien Benjamin Stora.

L’appel publié par Le Parisien « souligne à raison le rôle délétère des islamistes et de leurs réseaux idéologiques, lesquels partagent les obsessions antisémites de l’extrême droite et d’une partie de la gauche radicale. Il est hors de question de minorer cette réalité », écrivent les pétitionnaires du Monde.

« Pourtant, il fait l’impasse sur l’autre carburant de cette résurgence de l’antisémitisme qu’est la montée des populismes nationalistes. Plus grave encore, en enfermant cette dénonciation dans une opposition identitaire à une communauté musulmane voulue uniforme, en l’essentialisant dans l’injonction à modifier le Coran, il alimente le fantasme d’une ‘oumma’ (communauté des croyants, NDLR) que tente de faire advenir l’idéologie des islamistes. Enfin, en mêlant des signataires honorables à des figures proches de la droite identitaire, il décuple le risque de confusion », estime cette nouvelle tribune.

« L’antisémitisme se doit (…) d’être dénoncé dans sa globalité. Si nous focalisons notre attention sur le seul antisémitisme des islamistes, nous déculpabilisons tous les autres et ne pouvons le combattre pleinement », préviennent ses signataires.

Dans le manifeste du Parisien, 300 personnalités, dont un ancien président de la République (Nicolas Sarkozy) et trois ex-Premiers ministres (Bernard Cazeneuve, Jean-Pierre Raffarin et Manuel Valls) dénonçaient une « épuration ethnique à bas bruit » des juifs dans certains quartiers.

De nombreuses représentants de l’islam en France se sont élevés contre ce texte évoquant un « antisémitisme musulman », en particulier contre sa prétention à demander « que les versets du Coran » les plus violents « soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques ».

1 COMMENT

  1. Les signataires de cette tribune qui noie le poisson dans du n’importe quoi, devrait commencer par apprendre à lire : le manifeste des 300 (+ 37000 pétitionnaires !) ne demande pas de “modifier le Coran” mais aux autorités théologique de l’Islam de frapper d’obsolescence les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants.
    Exactement comme ce qu’a fait Vatican 2 pour la catéchèse chrétienne.
    Cela veut dire que texte n’est pas “modifié”, mais que c’est son interprétation qui change; et les autorités théologiques sont responsables de cette interprétation.
    Et c’est la moindre des choses quand on vit dans un état laïc !

    Donc copie à revoir pour les signataires de cette tribune oecuménique …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.