Disparition du légendaire photographe de l’histoire d’Israël

0
6
Le président israélien Reuben Rivlin lui a rendu hommage : « Il y a ceux qui écrivent les pages de l’Histoire et il y a ceux qui l’illustrent à travers l’objectif de leur appareil photo. A travers ses photographies, David a immortalisé l’Histoire qui sera gravée à jamais dans nos mémoires ».
Né à Vienne en 1924, Rubinger est le dernier des célébrités autrichiennes et juives de son époque qui se sont fait un nom en Israël. 

Rubinger a été l’un des fondateurs de l’Associated Press en Israël, qui lui a rendu hommage lors de ses funérailles en citant un passage de son livre « Israël à travers mon objectif : soixante ans de photojournalisme, qu’il co-écrit avec Ruth Corman.

 

 

«Souvent ces jours-ci, en regardant en arrière au fil des ans, je me suis demandé comment est-ce possible d’avoir été aussi chanceux. J’ai traversé 10 guerres indemnes et j’ai survécu à d’innombrables autres situations à haut risque, et j’ai atteint le sommet de la profession photographique, avec une reconnaissance mondiale pour mon travail…

Même à la retraite, Rubinger ne sortait jamais sans son Leica. C’est au cour d’un voyage à Paris en 1942 qu’une jeune française, prénommées Charlotte, avec laquelle il eût une romance, lui offrit son premier Leica. Photo reporteur dans l’âme, il ne pouvait résister à saisir des scènes pour la postérité. Quoiqu’il fût seulement adolescent quand il quitta Vienne, il n’a jamais ses manières européennes. Toute sa vie il est resté un parfait gentleman européen.

 

Il était aussi un grand conteur et pouvait raconter des anecdotes en hébreu, en anglais ou en allemand, passant facilement d’une langue à l’autre. Les ambassadeurs autrichiens en Israël n’oubliaient jamais de l’inviter en toutes occasions.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here