CIA : tensions ashkénazes-séfarades dans le jeune Etat hébreu ©

6
28

Une des dizaines de milliers d’enregistrements publiés sur le site Web de l’agence de renseignement américain, récemment rendus publics, décrit  les tensions sociales auxquelles l’Etat d’Israël a dû faire face un an avant la guerre du Yom Kippour : « La majorité écrasante des Juifs orientaux ne sont que des bûcherons et des porteurs d’eau ; Les Ashkénazes craignent que l’Israël perde son caractère occidental et finisse par se transformer en Etat levantin.

Ces documents datent de 1972, un an avant la guerre de Yom Kippour et le grand clivage qu’elle a engendré. Après la guerre des Six Jours, Israël n’étaient plus engagé dans une batailles existentielle, a lancé sa politique d’implantations, connu un bien-être économique relatif, mais l’Etat hébreu était déchiré par des problèmes internes. Et le monde entier s’en est rendu compte.

Dans l’un
des dizaines de milliers de documents publiés sur le site Web de l’agence de renseignement américaine, sont décrites les difficultés sociales auxquelles l’Etat d’Israël a dû faire face cette année-là. Le document, intitulé «Israël: Problèmes derrière les lignes de front», a été publié le 10 mai 1972.

Le document décrit en détail les tensions entre les Ashkenazim et les Sephardim, entre Sabra et anciens Israéliens sionistes et entre juifs laïques et ultra-orthodoxes.Au début du document secret de la CIA on peut lire ceci « Le regard du monde sur Israël s’est concentré sur le conflit militaire et diplomatique avec les Arabes »…. « Les flammes du conflit constant ont détourné l’attention des israéliens et du monde des fractures de la société israélienne.

« Certains des problèmes intérieurs à la création d’Israël, comme le gap entre les Juifs ashkénazes et orientaux et le déclin du taux d’immigration, peuvent s’avérer d’une importance capitale », a souligné la CIA. « D’autres problèmes, comme l’écart de génération entre vieux Sabra sionistes et les désaccords entre les religieux et les laïques, sont plus irritants que profonds. Quoi qu’il en soit, les problèmes qui ont commencé à se poser au cours de la récente période de calme relatif ont mis en lumière certaines des difficultés intérieures auxquelles les dirigeants d’Israël seront confrontés si la paix s’installe au Moyen-Orient.

Dans la première partie du document, l’agence d’espionnage américaine souligne qu considérer Israël comme étant avant tout une nation de kibboutzim ou d’autres systèmes agricoles collectifs est un cliché qui ne correspond plus à la réalité. En décembre 1969, il y avait environ 600 communauté fonctionnant à divers degrés avec une administration collective communautaire, pour seulement 212 534 habitants, soit environ 8,5% de la population juive totale … Tout développement significatif de l’agriculture dépend du dessalement de grandes quantités d’eau de mer ou d’une expansion permanente au-delà des lignes d’armistices de 1949 dans les territoires disputés. « 

Selon la CIA, «la pénurie de nouvelles terres cultivables et d’eau, en fait, le contrôle des territoires occupés donnait aux Israéliens un bonus supplémentaire. La justification israélienne standard pour l’établissement d’implantations juives dans les territoires disputés (maintenant environ trois douzaines)  étaient justifiés pour des raisons défensives – la nécessité de sécuriser les frontières contre les futures incursions arabes. Mais les avantages économiques doivent aussi être tentants pour les Israéliens, surtout s’ils veulent doubler leur population, comme ils l’affirment ».

« Certains des changements qui surviennent dans la société israélienne, résultent du passage naturel du temps – le vieillissement des anciens pionniers sionistes qui contrôlent l’establishment israélien et le nombre croissant d’Israélites Sabras (nommé ainsi selon le nom d’un cactus qui pousse dans le désert), qui sont désireux de prendre la relève », disait le document il y a 45 ans.

«En 1969, les Israéliens natifs étaient environ 1,1 million, soit un tiers et demi de la population juive totale. Les Sabras ashkénazes-descendants ont tendance à être mieux lotis économiquement et politiquement que ceux d’origine orientale, reflétant le clivage social, politique et économique profond entre les groupes ashkénazes et les groupes orientaux.

Qu’il s’agisse de la parenté ashkénaze, orientale ou Sabra, souligne le document, l’expérience de l’Israélien natif s’est faite en Palestine / Israël. Contrairement à ses parents, les Sabra n’ont aucune connaissance personnelle de l’antisémitisme, des ghettos d’Europe ou du Moyen-Orient, des pogroms d’Europe de l’Est ou de l’holocauste nazi. Sa vie a été entièrement consacrée aux batailles militaires avec les Arabes et la lutte pour la création d’un Etat israélien viable. On dit qu’il est plus concerné par l’ici et maintenant; Il s’intéresse moins au passé juif qu’à la consolidation de l’État israélien. On le dit également moins ému par l’idéologie de ses parents, et moins sioniste dans le sens classique du terme. Il ressent peu de liens forts avec les Juifs qui demeurent volontairement en diaspora. En fait, on dit qu’il les méprise, en dépit du fait que ce sont de grands donateurs de l’Etat hébreu, et ce,  parce qu’ils préfèrent mener  une vie plus confortable à l’étranger.

Les auteurs du document ont noté que les anciens pionniers sionistes, nés en Europe de l’Est, exerçaient toujours un grand contrôle politique – le Premier ministre Golda Meir, âgé de 74 ans, Pinhas Sapir, 63 ans, ministre des Finances, 61 ans Ministre sans portefeuille Israël Galili: « Madame Meir a indiqué qu’elle comptait abandonner les élections de 1973, mais Sapir devrait la remplacer. « Cela n’a pas eu lieu, bien sûr. Yitzhak Rabin devint le premier ministre israélien Sabra en 1974, après la démission de Meir après la guerre. Le big bang a eu lieu en 1977 avec le bouleversement politique et l’élection de Menachem Begin, qui était effectivement né en Europe de l’Est, comme premier ministre.

Les auteurs ont expliqué dans le document de 1972 que «le système politique est tel que ceux qui contrôlent le Parti travailliste israélien contrôlent les institutions politiques du pays – et l’ancien établissement sioniste contrôle le parti. Par exemple, bien que le ministre de la Défense Moshe Dayan, un Sabra, soit immensément populaire, il n’a qu’une influence limitée au sein du parti au pouvoir. Quelque impatients qu’ils soient d’assumer le contrôle politique, Dayan, le vice-Premier ministre Allon et d’autres éminents Sabras ont choisi d’attendre leur heure, plutôt que de contester le système politique qui permet aux anciens sionistes de régner. Et bien ils pourraient; L’établissement vieillit et bientôt sera forcé de passer le flambeau aux Sabras. Lorsque cela se produira, les Sabras ne feront probablement aucun changement de fond dans la politique israélienne, mais leurs choix politiques et leur façon de gouverner changeront sans aucun doute. Le Sabra agira encore plus indépendamment que ses prédécesseurs, parce qu’il est moins préoccupé par l’image d’Israël à l’étranger et moins sensible aux influences étrangères.

À ce stade, les auteurs du document ont ensuite analysé le schisme ethnique: «Le problème social domestique le plus important – l’un avec un risque d’instabilité politique – est de loin la profonde différence culturelle, économique et politique entre les Ashkénazes et les juifs orientaux . Le seul lien entre l’Ashkenazi et l’Oriental semble être leur adhésion mutuelle au judaïsme et leur allégeance à Israël. De grandes différences existent en matière de culture, d’éducation, de valeurs sociales et même de caractéristiques physiques.

«Les Orientaux, qui ont souvent des peaux plus sombres, sont parfois appelés« Juifs noirs », ils maintiennent beaucoup des caractéristiques et des habitudes de leur environnement non occidental d’origine. Le juif oriental est le plus souvent pauvre, mal éduqué et a moins de compétences; Il a généralement une famille plus nombreuse qu’un Ashkenazi. La plupart des juifs orientaux sont arrivés tardivement en Israël (dans les années 50) et se situent au bas de l’échelle socio-économique; Ils ne sont pas bien adaptés à la concurrence dans une société industrielle et essentiellement occidentale.

Le reste de la description peut aussi être considéré comme raciste: «Le statut et le pouvoir en Israël reposent sur les Juifs ashkénazes et leurs descendants Sabra … Les Ashkenazim sont généralement très alphabétisés, européens de culture et possèdent des compétences technologiques et sont pétris d’éthique du travail à l’occidentale. L’écrasante majorité des juifs orientaux sont des bûcherons et des porteurs d’eau. En 1969, seulement 7% environ, avaient décroché des emplois professionnels, scientifiques et techniques, et seulement 10% étaient des administrateurs, des gestionnaires, des cadres ou des employés de bureau. En 1969, le revenu annuel de la famille orientale, tout en augmentant, était encore bien inférieur à celui des Ashkenazim et des Sabras.

En conséquence, la CIA explique, «l’Oriental n’est pas un grand consommateur, ne peut pas se permettre un logement convenable et vit le plus souvent dans les bidonvilles des grandes villes. Il trouve que l’enseignement supérieur est presque entièrement réservé à ses voisins européens ou Sabra. L’inscription dans les lycées et les universités en Israël est basée sur la performance dans des examens nationaux compétitifs,(psychométriques) ce qui désavantage les étudiants orientaux. En outre, l’enseignement supérieur est coûteux. Les deux écoles secondaires et les universités ont des frais de scolarité. Beaucoup d’étudiants orientaux qui entrent à l’école secondaire abandonnent avant l’obtention du diplôme. « 

Le document a été publié un an après l’émergence du mouvement de protestation des Black Panthers, et il mentionne une citation d’un dirigeant oriental, en disant: «Si nous obtenons un jour la paix au Moyen-Orient, nous aurons une guerre civile chez nous.  A cette époque, les juifs orientaux avaient déjà dépassé les juifs ashkénazes en nombre. Selon le document, « une estimation faite par l’ambassade des États-Unis en 1965 a indiqué que d’ici à 1980 l’équilibre entre Ashkenazi et Juifs orientaux pourrait être de l’ordre de 35-65%. Cela a soulevé parmi les Ashkenazim une préoccupation qu’avec le temps leur influence serait diluée et que l’Israël tourné vers le modèle Occidental pourrait finalement devenir un autre Etat levantin.

Le gouvernement, selon le document, « essaie de combler le fossé entre les Orientaux et les Ashkenazim. L’effort majeur est dirigé vers la refonte de l’Oriental dans un moule occidental – un principe d’intégration obtenu principalement par le biais de la formation en hébreu, des prestations éducatives spéciales, agricoles et autres formations professionnelles, et le service militaire. Mais les progrès sont lents, à cause de la nature du problème et des moyens financiers limités. Le gouvernement devra se battre pour  satisfaire les attentes croissantes des Orientaux. L’éventuelle prise du pouvoir par les Sabras pourrait apporter une solution évolutive – il semble y avoir moins de conscience de la «différence» entre les jeunes Israéliens.

Une grande partie du document est consacrée à l’importance de l’immigration, sur fond de peur de perdre la majorité juive – une peur qui ne s’est pas matérialisée jusqu’à présent: «Les Israéliens sont confrontés à un fort taux de natalité arabe tant à l’intérieur qu’à l’extérieur d’Israël. Le taux de natalité des juifs en Israël en 1969 était de 23,4 naissances pour 1 000 habitants … Le taux de natalité arabe dans plusieurs États arabes autour d’Israël avoisine les 50 naissances pour 1 000 habitants. Une étude récente menée en Israël sur le taux de reproduction basé sur le nombre moyen de filles  dans un ménage, a classé la femme musulmane israélienne comme ayant le taux de reproduction le plus élevé à 4,39; La juive juive orientale suit avec 2,05; La femme Sabra, 1,38; Et la femme ashkénaze, 1.28. Ainsi, les Israéliens ont toujours considéré un flux régulier d’immigrants juifs de la Diaspora comme crucial pour la survie à long terme d’Israël comme un état juif. Après la défense, l’immigration a la principale priorité nationale … Le problème est que relativement peu de Juifs de l’Ouest veulent s’installer en Israël, et Moscou jusqu’à récemment ne laissait pas les Juifs soviétiques émigrer.

« Venir en Israël pour de nombreux Juifs constitue un choc culturel considérable », déclarent les auteurs du document. «La plupart des immigrants occidentaux résistent à la pression qui veut les loger dans les zones rurales moins peuplées; Ils veulent s’installer dans la zone urbaine côtière plus densément peuplée ou à Jérusalem. Le Juif oriental moins prospère est souvent celui qui se retrouve à l’intérieur du pays ou dans les nouvelles villes en développement …. Pour certains, le niveau de vie en Israël est inférieur à celui auquel ils étaient habitués …. L’émigration israélienne est un véritable problème, et Tel-Aviv est sensible à ce sujet … Au cours de la période de 20 ans, de 1948-1968, environ 220.000 personnes sont soupçonnées avoir quitté Israël. Le nombre moyen de participants est probablement autour des 9 000 à 10 000 par an. Plus important encore, ceux qui partent ont tendance à être des occidentaux, jeunes ayant une qualification professionnelle – le type même de personnes qu’Israël doit garder.

À la fin de ce chapitre, le document de la CIA estime que «si une crise mondiale ou des événements à l’étranger ne menaçaient pas les Juifs, l’immigration risquait de stagner voire même diminuer, ce qui fragiliserait le concept d’Israël en tant qu’Etat juif. Un professeur de l’Institut Weizman a déclaré en février 1971 qu’en raison du taux de natalité élevé des Arabes israéliens, l’équilibre de la population finirait par se déplacer au détriment des juifs, à moins que 60 000 immigrants juifs ne viennent en Israël chaque année. Certains experts démographiques ont prédit que les Arabes en Israël parviendraient à une égalité numérique avec les Juifs d’ici l’an 2000. « 

Mais en raison de l’arrivée de plus d’un million d’immigrants après la dissolution de l’Union soviétique, près de 20 ans après la rédaction du document, les Arabes d’Israël ne représentent pas plus qu’un cinquième de la population d’Israël aujourd’hui. En outre, la baisse des taux de natalité chez les Arabes est une autre raison pour laquelle il n’y a toujours pas de majorité arabe entre le Jourdain et la Méditerranée, même si nous incluons les Palestiniens qui vivent dans les territoires administrés par l’Autorité palestinienne.

SAAR HAAS – YNET – Traduction adaptation Jforum

6 COMMENTS

  1. Un détail qui m’intrigue : je lis en début d’article :
    «En 1969, les Israéliens natifs étaient environ 1,1 million, soit un tiers et demi de la population juive totale ».
    Qui peut me dire ce qu’est « un tiers et demi », sinon 50% ou la moitié ? Ou suis-je idiot ?

  2. Quel besoin de nous sortir de vieilles histoires d’il y a plus de 60 ans ? tout cela est terminé depuis des lustres dans l’Israël d’aujourd’hui ! beaucoup d’eau a coulé dans le Jourdain depuis et le parti sépharade Chass fait et défait des gouvernements si il le désire !

  3. Cela semble vous surprendre? Nous savons cela depuis belle lurette! La CIA ferait bien de rendre public l’assassinat de John F Kennedy, au lieu de sortir cela pour contrer la décision de Donald Trump!?

  4. L’inscription dans les lycées et les universités en Israël est basée sur la performance dans des examens nationaux compétitifs,(psychométriques) ce qui désavantage les étudiants orientaux.
    =>On croirait une description de la frankestine….(sous entendu il faudrait couper les mains des blancs)
    Mais ça a été fait (d’abord contre les juifs en Europe et ça s’appelle la shoah) ensuite en Israel
    et c’est vrai qu’on est passé d’une société féministe imbue d’elle même pleine d’éthique seulement pour elle (l’autodestruction occidentale dont les juifs occidentaux ont été les précurseurs pour s’être auto détruits les premiers) à une fausse droite nationaliste qui au total n’a fait que partout rendre des territoires, la droite à l’orientale (que de la gueule) « j’ai l’air dur mais je donne tout « (tandis que -simple exemple- tous les avions atterris à Beyrouth avaient été détruit par la gauche suite à un avion israélien détourné). https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Gift).

  5. Ce n’est pas « Racste » que de « CONSTATER » des « Faits » objectifs!
    C’est raciste de les contester, justement….!
    J’ai vu depuis toujours (j’ai presque 77 ans) les Juifs prétendre à leur Unité Homogénéité et Pureté ethnique et nier l’évidence de leurs Origines diverses et Métissées à partir d’un minorité originaire avec les peuples Locaux de la Diaspora…Cela était déjà toujours évident mais le racisme Nazi l’a aggravé au lieu de porter les juifs à plus d’ouverture et de vérité ethnographique. Même le Génome décodé en 1990 a vu éclore des prétentions de pureté à partir de « cousinage hétérogène »…Les Séfarades partageant cette illusion alors même qu’ils se plaignaient de la « supériorité » ashkénaze.
    Ce que nous dit la CIA que nous savons depuis longtemps serait plus intéressant si VOUS
    nous révéliez les Données Actuelles de la Sociologie israélienne!!! Qu’y a-t-il de neuf d’identique et de différent par rapport au bouleversement sociétal de la Juiverie Orientale judéo-arabe de l’Ouest (Maghreb) comme d’Orient ( Mizrachi)…!!!!!!!!!!????
    Il y a chez les juifs, en Ashkenazi (Quadrilatère Européen de souche) et en Sefardie au sens large, les mêmes sérialiqations ethniques et culturelles que dans les autres peuples métissés. Les porteurs d’eau et autres bûcherons juifs sont plutôt un concept ashkénaze (Manès Sperber y a donné un titre de roman social) et doit bien avoir son équivalence chez les Séfarades dont on reconnait « A vue d’œil » l’origine et le niveau Social Culturel soit aux mêmes critères « raciaux » et « économiques »
    La « colorimétrie sociale existait en Ashkénaze comme en Sefardie-Mizrahi….
    Les « Nobles » sic Séfarades n’ont ni l’allure ethnique ni le niveau Gaussien des classes « populaires » du Maghreb ou du pourtour Nord Méditerranéen…!
    Le Brezil n’est pas le seul pays au monde qui offre cette gradation sociale Colorimétrique.. Les Juifs sont comme les autres!
    Hélas…..?!.
    « 

    • Vous semblez tirer votre vaste science des sites racialistes mis par les rebuts de Vichy au service de leurs héritiers spirituels en keffié. Vous ignorez tout du brassage des jeunes qui se mélangent à l’armée et à l’école sans complexe, quoiqu’en pensent les vieux idiots.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here