Argentine et Paraguay ciblent la terreur financière du Hezbollah©

1
1425

L’Argentine et le Paraguay mènent enfin la lutte contre le terrorisme financier du Hezbollah dans la zone des trois frontières 

introduction
  • Le 13 juillet, la Cellule de renseignement financier de l’Argentine a gelé les avoirs de 14 ressortissants libanais et de résidents de la zone frontalière de l’Argentine, du Brésil et du Paraguay, ou TBA (Foz do Iguazu, près des célèbres chutes d’Iguazu). Selon la CRF, les personnes ciblées faisaient partie d’une organisation criminelle liée au Hezbollah et associée au clan Barakat, une puissante famille chiite libanaise dont le chef du TBA, Assad Ahmad Barakat, a été sanctionné par le Département du Trésor américain en 2004. Le réseau a transféré de grandes quantités d’argent à travers la TBA du côté argentin, à Puerto Iguazu, en utilisant le casino local, à quelques mètres des douanes argentines aux postes frontaliers, pour blanchir l’argent.
  • Le gel des avoirs est l’aboutissement de plusieurs mois d’enquêtes, en coopération avec le FinCen du Département du Trésor américain, qui, le 16 juillet, a félicité la CRF pour son action contre le Hezbollah. La décision de l’Argentine suit de près l’arrestation de deux ressortissants libanais soupçonnés d’avoir des liens avec le Hezbollah, les 17 et 25 mai, du côté paraguayen des trois frontières, par les autorités paraguayennes. Ces événements récents mettent en lumière à la fois l’importance persistante des TBA dans le financement du terrorisme du Hezbollah et une volonté renouvelée des puissances régionales de faire face aux réseaux locaux du Hezbollah. La coopération américaine, dans tous les cas, s’est avérée cruciale. Pour continuer à perturber les flux de revenus illicites du Hezbollah dans les TBA, les États-Unis doivent intensifier leur engagement auprès des puissances régionales, garantissant ainsi que les enquêtes, les arrestations, les gels d’actifs et les extraditions se poursuivent.
Le stratagème du blanchiment grâce au casino
  • La CRF de l’Argentine a pris pour cible un stratagème qui exploitait une affaire à forte intensité de liquidités – le casino de Puerto Iguazu, du côté argentin des trois frontières – et des contrôles transfrontaliers peu rigoureux. La frontière brésilo-argentine dans laTBA connaît environ 40 000 transits par jour . Ceux-ci incluent des touristes visitant les deux côtés des célèbres chutes d’Iguazu et des travailleurs frontaliers. Compte tenu de ces chiffres, les autorités ne peuvent pas contrôler chaque véhicule sans interrompre le trafic. Sans renseignements en temps réel, il est pratiquement impossible, pour les autorités argentines, de saisir de grandes quantités de liquidités non déclarées et d’empêcher l’exploitation du casino à des fins de blanchiment, à seulement cent mètres au-delà du poste de douane de l’Argentine.
  • Selon l’ordonnance de gel des avoirs, c’est exactement ce qu’ont fait les membres du réseau criminel de Barakat. Les membres du réseau ont traversé la frontière des centaines de fois avec de grandes quantités d’argent et ont utilisé le casino pour convertir l’argent en jetons et revenir, ajoutant parfois des gains de jeu dans le processus.
  • Le personnage principal de ce réseau est Hassan Ali Barakat, cousin germain d’ Assad Ahmad Barakat et un homme que les autorités argentines associent au trafic de stupéfiants. Les informations recueillies à la frontière entre le Brésil et l’Argentine indiquent que Barakat a transité au moins 620 fois entre le 1er janvier 2015 et le 19 octobre 2017, dont 332 entrées en Argentine, avec une moyenne de trois entrées par jour,durant ses jours de visite. La CRF n’a trouvé aucun intérêt commercial associé à lui en Argentine, mais la décision de gel des avoirs de la CRF indique qu’il est “un habitué assidu” du casino local de Puerto Iguazu et de celui de Punta Del Este, une célèbre station balnéaire en Uruguay. Le frère d’Hassan, Hussein Ali Barakat, aurait également traversé la frontière brésilo-argentine 257 fois au cours de la même période, souvent aux côtés de Hassan.
  • Les deux frères ont acheminé des sommes importantes grâce au casino – plus de 18 millions de pesos argentins, soit environ 660 000 dollars. Ils venaient aussi fréquemment accompagnés d’autres personnes qui voyageaient avec les Barakat dans la même voiture ou circulaient dans un véhicule séparé qui traversait la frontière à peu près en même temps que les Barakat. Finalement, les autorités argentines ont identifié 12 personnes supplémentaires comme compagnons de voyage des Barakat au casino.
  • Les 14 personnes interrogées sont des ressortissants libanais ; 11 sont des résidents du Brésil, les trois autres vivent au Paraguay. Aucun d’entre eux ne travaille ou n’a une entreprise du côté argentin de la TBA. Les fonds combinés qu’ils ont injectés dans le casino représentent l’équivalent d’environ 3,75 millions de dollars US au taux de change actuel. Pourtant, aucun d’entre eux n’a déclaré aux douanes argentines qu’ils transportaient 10 000 dollars ou plus, comme l’exige la loi argentine. Il est également possible qu’ils aient enfreint la loi brésilienne pour n’avoir pas déclaré de grosses sommes d’argent lors de leur passage au Brésil.
Implications politiques
  • Le récent gel des avoirs ordonné par Buenos Aires a des conséquences à la fois positives et négatives.
  • Du côté positif, le Hezbollah ne jouit plus de l’impunité dans la région. Le gouvernement argentin est probablement déterminé à étendre ses actions contre le Hezbollah. Conjugué aux récentes arrestations des financiers du Hezbollah du côté paraguayen, il semble que deux des trois puissances régionales responsables de la TBA prennent, plus sérieusement que par le passé, la menace du Hezbollah dans leur arrière-cour. Le fait que l’action ait bénéficié de plusieurs mois de coopération avec le FinCen, l’homologue américain de la CRF, est également significatif. Ce type de partenariat avec Washington est susceptible de donner plus de résultats et, si ces actions étaient étendues à une coordination à part entière des trois pays impliqués dans le TBA, il pourrait changer la donne, avec des conséquences graves pour les sources de revenus illicites du Hezbollah.
  • L’abandon par les États-Unis de la région depuis la dernière série d’inculpations, en 2006, signifiait que la dissuasion des sanctions américaines s’était érodée avec le temps. Les financiers du Hezbollah ont poursuivi leurs activités, en grande partie, sans être inquiétés. Les autorités locales ont peu contribué à éradiquer les réseaux de financement du terrorisme du Hezbollah une fois qu’il est devenu clair que les États-Unis avaient perdu tout intérêt pour la Zone des Trois Frontières.
  • Les États-Unis doivent rectifier cet état de choses et intensifier leur pression sur les réseaux du Hezbollah dans la TBA, une plaque tournante centrale de leurs réseaux de financement illicites en Amérique latine.
  • De nouvelles mesures économiques sévères visant les entreprises locales du Hezbollah rétabliraient la crédibilité des sanctions. Washington doit maintenant intensifier cette pression pour signaler que l’assistance fournie à l’Argentine dans le gel des avoirs n’est pas une opération ponctuelle, mais le début d’un effort soutenu contre l’infrastructure du Hezbollah dans la Zone des Trois Frontières.
  • Outre les sanctions, les États-Unis peuvent également aider les puissances régionales à renforcer leurs capacités par la formation, l’assistance technique et l’équipement. Ils peuvent également inciter les pouvoirs locaux à prendre des mesures qu’ils seraient réticents à faire eux-mêmes. Les deux arrestations effectuées au Paraguay en mai et en juin étaient toutes deux le résultat de demandes d’arrestation et d’extradition des suspects formulées par les États-Unis. De telles demandes protègent les pouvoirs locaux des pressions politiques potentielles les incitant à ne pas poursuivre les financiers du Hezbollah en offrant une couverture politique.
  • En fin de compte, les autorités locales doivent également renforcer la pression.
    • Premièrement, au niveau politique, les trois puissances régionales doivent reconnaître le Hezbollah comme une organisation terroriste et s’en occuper en conséquence. L’action de l’Argentine et les arrestations du Paraguay montrent que les deux pays sont prêts à prendre des mesures contre les opérations locales du Hezbollah. Le Brésil est plus réticent – et il convient de ne nourrir que peu d’espoirs politiques avant les élections présidentielles de cet automne. Néanmoins, les États-Unis devraient continuer à travailler avec Brasilia pour veiller à ce que la présence du Hezbollah dans la région – y compris les opérations importantes sur le territoire brésilien – ne restent pas sans surveillance.
    • Deuxièmement, il reste encore beaucoup à faire au niveau opérationnel pour renforcer la coopération. L’un des principaux obstacles à la réussite des arrestations et des poursuites est la corruption généralisée au sein des autorités locales, que le Hezbollah exploite systématiquement à son avantage. Identifier des interlocuteurs fiables qui peuvent être des alliés dans la bataille contre le Hezbollah est essentiel pour surmonter ces obstacles. Ces alliés – des membres de la bureaucratie, du pouvoir judiciaire, des forces de l’ordre et des services de renseignement – existent et doivent être soutenus et renforcés par des actions publiques et discrètes des États-Unis comprenant des formations avec des unités contrôlées , ainsi que la couverture politique des ambassades locales.
    • Troisièmement, le Trésor doit revoir ses sanctions contre les cibles du Hezbollah dans la Zone des Trois Frontières, tandis que le Département de la justice doit veiller à ce que les enquêtes en cours bénéficient du soutien politique et des ressources nécessaires pour mener à bien les actes d’accusation. Malgré les efforts répétés des supplétifs du Hezbollah pour dénier une présence significative du Hezbollah dans la Zone des Trois Frontières, leur présence s’est considérablement accrue ces dernières années, avec des stratagèmes de blanchiment de plus en plus audacieux et une participation au trafic de drogue. Le Trésor pourrait commencer par désigner les 14 personnes visées par le gel des avoirs imposé par la CRF.
    • Quatrièmement, l’Administration devrait désigner le Hezbollah comme organisation criminelle transnationale – une mesure attendue depuis longtemps.
    • Cinquièmement, le Congrès doit achever l’adoption de la loi portant modification de la loi sur la prévention financière internationale du Hezbollah , projet de loi visant à accroître les moyens de pression que le pouvoir exécutif peut exercer non seulement contre les financiers du Hezbollah, mais aussi contre leurs facilitateurs.

La Zone des Trois Frontières (TBA) reste une plaque tournante des activités de financement du terrorisme du Hezbollah. L’action des États-Unis, surtout maintenant que les gouvernements régionaux peuvent être plus enclins à se manifester, est impérative.

par Emanuele Ottolenghi

Adaptation : Marc Brzustowski

[1] Emanuele Ottolenghi est Chercheur Principal à la Fondation américaine pour la défense des démocraties, Washington, États-Unis.

Hezbollah’s Tri-Border Area terror finance comes under fire at last By Emanuele Ottolenghi

1 COMMENT

  1. Je ne connais pas les lois en vigueurs dans ces régions, mais comme tout pays souverains ils peuvent mettre en place des systèmes financiers plus répressif encore comme ;
    La confiscation pure et simple de l’argent présent sur leur territoire.(ça fait du bien a l’économie locale)
    Plus une amende pour fraude après jugement bien sur : (libération sous condition de payement)
    Prime aux agents ayant permis l’arrestation ( mesure anti-corruption).
    Mais ça il faut osé le faire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.