Une voiture piégée découverte dans la banlieue-sud de Beyrouth

0
6

LIBAN Le véhicule était « bourré » d’explosifs, selon l’armée libanaise.


Des membres des Forces de sécurité intérieure (FSI) dans la banlieue-sud de Beyrouth. Photo Ibrahim Tawil

Une voiture piégée a été découverte lundi soir dans le quartier de Maamoura, dans la banlieue-sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, a rapporté l’Agence nationale d’information (ANI, officielle).

Des experts de l’armée libanaise ont immédiatement été dépêchés sur les lieux afin de désamorcer les explosifs, a précisé l’agence libanaise.

L’institution militaire a, de son côté, diffusé un communiqué dans lequel elle indique que la voiture en question est un 4×4 de type « Jeep – Grand Cherokee », et de couleur bleue.
« L’armée a établi un périmètre de sécurité dans le secteur et des experts en explosifs se sont rendus sur les lieux », précise-t-on dans le communiqué.

Selon l’armée, la voiture été « bourrée » d’explosifs.

La chaîne de télévision LBCI a pour sa part indiqué que des membres du Hezbollah se sont déployés dans le secteur.

La banlieue-sud de Beyrouth a été secouée par deux attentats l’été dernier, le premier à Bir el-Abed le 9 juillet a fait 50 blessés et le second à Roueiss le 15 août a fait 27 morts.

Le Hezbollah avait mis en place des barrages de contrôle dans le secteur après ces deux attentats. Le parti chiite avait justifié son initiative par le contrôle peu efficace, à ses yeux, des moyens de l’État et avait placé ses miliciens.

Mais le 23 septembre dernier, un plan sécuritaire a été mis en place dans la banlieue-sud de Beyrouth et l’armée libanaise et les Forces de sécurité intérieure (FSI) se sont déployées dans cette région pour remplacer les miliciens du Hezbollah.

Le conflit en Syrie voisine divise le Liban entre partisans du régime de Bachar el-Assad, emmené par le Hezbollah qui combat aux côtés de l’armée syrienne, et ceux qui appuient l’opposition syrienne.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé en septembre que des extrémistes sunnites proches de l’opposition syrienne étaient derrière l’attentat du mois d’août.

olj.com | 14/10/2013
lorientlejour.com Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here