Un taux de Stress post-traumatique plus bas dans Tsahal qu’ailleurs

0
12

Stress post-traumatique chez les soldats israéliens

Les cas signalés de syndrome de stress post -traumatique chez les soldats israéliens sont parmi les plus bas du monde, selon une étude publiée mardi par le corps médical des forces de défense israélienne.Selon l’étude , 1,5 % des soldats israéliens en service obligatoire et dans les réserves ont été diagnostiqués avec le SSPT ( syndrome de stress post -traumatique ) après la Seconde Guerre du Liban en 2006. 2,9% des militaires qui ont participé à la campagne militaire ont demandé de l’aide psychologique après la guerre, mais n’ont pas été diagnostiqués comme souffrant de stress post-traumatique.

Le corps médical a indiqué que 94% des soldats qui ont cherché de l’aide ont servi dans des unités de combat et 86% d’entre eux avaient subi la perte d’un camarade dans la bataille.

Des données supplémentaires ont indiqué que 57 % des soldats diagnostiqués comme souffrant de stress post-traumatique ont été envoyés sur le champ de bataille tandis que 36 % d’entre eux avaient servi comme troupes auxiliaires à l’arrière.

Selon l’étude , les soldats dans les réserves éprouvent moins de stress post-traumatique que les troupes de l’armée régulière : seulement 0,7 % des soldats réservistes ont été diagnostiqués comme souffrant de la maladie, comparativement à 1,6 % pour les militaires de l’armée régulière. Le corps médical a, toutefois, relativisé ses conclusions, en disant que, selon toute vraisemblance, beaucoup de soldats qui souffrent du SSPT ne consultent pas un médecin. Il apparaît aussi dans l’étude de Tsahal que le diagnostic dans d’autres armées dans le monde varie de 2 % à 17 % des troupes qui sont allées au combat.


Extrait d’Hatufim, l’histoire de 3 prisonniers torturés, de retour à la Maison.

Une étude récente menée par le corps médical de l’US Army a révélé qu’environ 8% des soldats américains qui ont servi en Irak et en Afghanistan avaient été diagnostiqués comme souffrant de stress post-traumatique. » Il y a un écart connu entre le pourcentage de personnes qui souffrent de trouble de stress post -traumatique et ceux qui cherchent de l’aide » , a déclaré le lieutenant-colonel Ofir Levi du Département de la santé mentale de l’armée israélienne .

» Je ne crois, cependant, pas que les chiffres dans l’armée israélienne atteignent 7% ou 8% comme c’est le cas dans d’autres armées. Je suppose que les troupes des FDI sont plus résistantes. D’une manière générale , nos données indiquent également que les soldats de réserve sont plus mentalement résistants que les autres troupes et notamment les appelés. “Nous devons créer des programmes de soutien et de prévention pour les troupes qui sont exposées aux champs de batailles”.

12 septembre 2013 |

par David Illouz pour Tel-Avivre Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here