Un émissaire chinois en Syrie pour tenter de résoudre la crise

0
12

Un émissaire chinois doit s’entretenir mercredi à Damas avec le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem et des dirigeants de l’opposition, pour présenter une initiative de Pékin visant à résoudre la crise qui ensanglante le pays, selon la presse syrienne. “La Chine déploie des efforts diplomatiques pour parvenir à une solution
politique à la crise syrienne”, a déclaré l’émissaire Li Huaxin, ancien
ambassadeur de Chine à Damas, cité par le quotidien syrien à grand tirage Al-Watan.

M. Li s’était entretenu mardi avec le vice-ministre des Affaires étrangères
Ahmad Arnous à propos de “la vision de la Chine” sur la révolte contre le
régime du président Bachar al-Assad qui a éclaté il y a presque un an.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a dévoilé dimanche une
initiative en six points pour une solution politique en Syrie, qui prévoit
entre autres l’arrêt immédiat de la violence et l’ouverture d’un dialogue
entre le régime et l’opposition.

L’initiative rejette toute ingérence étrangère ou “actions extérieures pour
un changement de régime”, et soutient le rôle du Conseil de sécurité de l’ONU
“dans le strict respect des buts et principes de la Charte des Nations unies
et des normes fondamentales régissant les relations internationales”.

M. Li doit s’entretenir également avec des représentants de l’opposition,
notamment le Comité national pour le changement démocratique (CNCD) dirigé par,Hasan Abdel Azim, le Courant pour l’édification de la nation (CEN), présidé
par Louay Hussein, ainsi que le Front populaire pour le changement et la
libération (FPCL), animé par Kadri Jamil, selon Al-Watan.

La Chine, qui avait annoncé lundi la visite de l’émissaire, a dit être
prête à soutenir l’envoi d’une aide humanitaire sous l’égide des Nations unies
ou d’un organisme “impartial”
à condition que la souveraineté syrienne soit
préservée.

Pékin, comme Moscou a bloqué une résolution à l’ONU condamnant la
répression sanglante du soulèvement populaire contre Bachar al-Assad.

Les violences ont fait, selon les Nations unies, plus de 7.600 morts depuis
près d’un an.

DAMAS, 7 mars 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here