Syrie: Ban Ki-moon « très inquiet » de la situation sur le terrain

0
5

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon s’est déclaré « très inquiet » dimanche de la situation sur le terrain an Syrie où le cessez-le-feu a été de nouveau mis à mal par de violents bombardements de Homs (centre). »De nouveau, je suis très inquiet de ce qui se passe depuis hier et
aujourd’hui » en Syrie, a dit M. Ban à Bruxelles à l’issue d’un entretien avec
le Premier ministre belge, Elio Di Rupo.

« Le gouvernement syrien a bombardé la ville de Homs et d’autres lieux et
nous avons déjà enregistré des victimes et des morts dans la population
civile », a dénoncé M. Ban.

Le secrétaire général des Nations unies s’exprimait alors que de violents
bombardements ont touché la ville de Homs et que sont attendus les premiers
observateurs de l’ONU après 13 mois de crise.

« Les premiers observateurs de l’ONU devraient être maintenant à Damas et
devraient pouvoir commencer leur travaux lundi », a dit M. Ban.

La première tâche de la mission préparatoire sera « d’établir un quartier
général opérationnel » à Damas, a expliqué Kieran Dwyer, un porte-parole de
l’ONU.

Les 30 observateurs non armés prendront ensuite contact avec les forces
gouvernementales et celles de l’opposition pour expliquer leur mission et
mettre en place « un système de contrôle », avant d’établir des bases dans
d’autres villes du pays.

« La présence d’observateurs va réduire les tueries sans aucun doute, mais
comment 30 observateurs peuvent-ils travailler sur toute la Syrie? », s’est
interrogé Samir Nachar, un responsable du Conseil national syrien (CNS),
principale coalition de l’opposition.

M. Ban a indiqué qu’il présenterait jeudi une proposition visant à élargir
la mission de surveillance de l’ONU. M. Ban souhaite porter le nombre des
observateurs à 250 personnes.

« Il est très important que le gouvernement syrien prenne toutes les mesures
nécessaires pour que soit préservée la cessation des violences », a-t-il
insisté.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les forces
gouvernementales ont tué cinq civils, dont trois à Homs, dans le bombardement
le plus violent depuis l’entrée en vigueur de la trêve jeudi, renforçant les
doutes des Occidentaux sur le renoncement du régime à la répression.

« Je crains que le monde se demande avec scepticisme si cette trêve sera
durable », a admis M. Ban.

La poursuite des hostilités rend périlleuse la mission des observateurs
mandatés par la résolution 2042 adoptée samedi à l’unanimité des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Cinq ou six d’entre eux ont pris l’avion immédiatement après le vote. Les
autres devraient les rejoindre dans les prochains jours.

Mais le déploiement
de la mission nécessitera une nouvelle résolution.

« J’espère que le Conseil de sécurité agira sur ce point dès que possible
afin que nous puissions déployer rapidement cette équipe de surveillance », a
dit M. Ban.

Le régime a attribué les violences survenues dimanche aux « groupes
terroristes » en dénonçant une intensification « hystérique » de leurs attaques
et en prévenant qu’il y mettrait fin.

L’entrée en vigueur du cessez-le-feu jeudi matin a marqué une rupture avec
les derniers mois, où les morts se comptaient quotidiennement par dizaines.

Mais les violences n’ont pas cessé pour autant, faisant au moins 32 morts dans
les trois derniers jours.

Depuis le début de la révolte le 15 mars 2011, les violences ont fait plus
de 10.000 morts selon l’OSDH.

BRUXELLES, 15 avr 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here