Réunion d’urgence suite aux séismes

0
11

Les autorités israéliennes ont discuté des mesures à prendre en cas de séisme majeur

Le ministre de la Défense passive israélien Gilad Erdan a tenu une réunion d’urgence dimanche soir, suite à une série de tremblements de terre légers qui ont eu lieu dans la région du lac de Tibériade.La réunion a rassemblé des représentants de tous les services d’urgence, y compris les pompiers, la police israélienne, les ambulanciers du Magen David Adom, le commandement du front intérieur, ainsi que des représentants des ministères impliqués dans les exercices d’ampleur nationale en cas de catastrophe naturelle, tels que les ministères de la Défense, de la Santé et de l’Education.

Les représentants ont discuté des mesures en place en cas où un puissant tremblement de terre survenait et devait provoquer une situation d’urgence. Ils se sont assurés que tous les organismes impliqués soient prêts à réagir rapidement.

Ils ont terminé la rencontre en prenant la décision de continuer à maintenir la surveillance et à rester en contact étroit avec les sismologues. Le front intérieur s’est engagé à poursuivre l’avancement de la préparation selon différents scénarios de catastrophes sismiques.

Le nord d’Israël avait subi plus tôt dimanche deux tremblements de terre légers, respectivement de magnitude 3,6 et 3,5. Bien que personne n’ait été blessé, les quatre secousses des trois derniers jours ont inquiété les habitants de la région, qui craignent le “grand séisme”.

Israël se trouve sur la faille syro-africaine, une faille connue pour ses tremblements de terre violents mais peu fréquents.

Tous les experts s’accordent sur le fait que la région sera de nouveau frappée par un puissant séisme (comme elle l’a été en 1837 et en 1927), mais personne n’est capable de prévoir, avec certitude, quand le séisme aura lieu.

“Nous savons que les tremblements de terre sont de nature cyclique et que le cycle pour cette région est d’environ 100 ans, mais nous n’avons pas d’indices permettant de prédire si un séisme majeur va frapper demain ou dans 50 ans”, a affirmé Dov Zakosky, un sismologie de l’Institut israélien de géophysique.

Il y a un an, le gouvernement israélien a mis en place le premier exercice de préparation nationale aux catastrophes naturelles, visant a élever le niveau de préparation des citoyens, des autorités locales et des services d’urgence.

Selon le scénario catastrophe envisagé pour cette préparation, un premier tremblement de terre est ressenti dans le sud d’Israël, près d’Eilat. Trente minutes plus tard, une deuxième secousse, considérablement plus forte frappe la haute Galilée (nord), et peu de temps après, un tsunami géant s’écrase sur les côtes de Tel-Aviv.

D’après des estimations israéliennes, si le scénario ci-dessus se produisait, il conduirait à la mort de plus de 7 000 personnes, 8 600 blessés graves et 37 000 blessés légers. Près de 9 500 personnes piégées sous les décombres et environ 170 000 déplacés et sans abris.

Selon ces mêmes estimations, 70% des constructions israéliennes ne répondent pas aux normes antisismiques établies en 1980, car elles ont été construites avant cette année.

21-10-2013/ I 24 NEWS Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here