Rached Ghannouchi (Ennahdha) rassure les Israéliens

0
7

Rached Ghannouchi aurait rencontré des responsables israéliens, lors de sa visite à Washington, et se voulait rassurant concernant la politique des Islamistes, vainqueurs des élections en Egypte et en Tunisie, notamment. C’est ce qu’a révélé « The Economist », l’hebdomadaire britannique reconnu mondialement, dans un article intitulé « Oh no! But let’s talk, maybe » (Oh non ! Mais disons plutôt peut-être), paru dans l’édition de cette semaine.

Alors que le Mouvement Ennahdha, et son leader Rached Ghannouchi, répètent depuis plusieurs jours et par l’intermédiaire des différents médias et réseaux sociaux, qu’il ne saurait y avoir de normalisation avec l’Etat sioniste, voilà que M. Ghannouchi s’est voulu rassurant lors de sa rencontre « discrète » avec des Israéliens.

« Rached Ghannouchi, l’islamiste tunisien proche des Frères musulmans, a récemment rencontré des Israéliens, discrètement, à Washington. Il a affirmé que la Constitution tunisienne n’interdirait pas les contacts avec les Israéliens », peut-on lire dans cet article. Ce qui a fait dire à l’ancien ambassadeur d’Israël en Egypte, Yitzhak Levanon, que la nouvelle politique islamique serait « plus réaliste » qu’auparavant.

Les partis religieux faisant partie de la coalition gouvernementale israélienne se disent, par ailleurs, plus enclins à discuter avec d’autres partis religieux, car « entre religieux on se comprend mieux », affirme Yaakov Maargov, ministre des affaires religieuses au sein du gouvernement israélien.

Monia BEN HAMADI Article original

===================

Rached Ghannouchi rassure les Israéliens

Rached Ghannouchi a rencontré des responsables israéliens, lors de sa visite à Washington, et se voulait rassurant concernant la politique des Islamistes, vainqueurs des élections en Egypte et en Tunisie, notamment. C’est ce qu’a révélé  » The Economist « , l’hebdomadaire britannique, dans un article intitulé  » Oh no! But let’s talk, maybe  » (Oh non ! Mais disons plutôt peut-être), paru dans l’édition de cette semaine.

Alors que le Mouvement Ennahdha, et son leader Rached Ghannouchi, répètent depuis plusieurs jours et par l’intermédiaire des différents médias et réseaux sociaux, qu’il ne saurait y avoir de normalisation avec l’Etat sioniste, voilà que M. Ghannouchi s’est voulu rassurant lors de sa rencontre  » discrète  » avec des Israéliens.

 » Rached Ghannouchi, l’islamiste tunisien proche des Frères musulmans, a récemment rencontré des Israéliens, discrètement, à Washington. Il a affirmé que la Constitution tunisienne n’interdirait pas les contacts avec les Israéliens « , peut-on lire dans cet article. Ce qui a fait dire à l’ancien ambassadeur d’Israël en Egypte, Yitzhak Levanon, que la nouvelle politique islamique serait  » plus réaliste  » qu’auparavant.

Les partis religieux faisant partie de la coalition gouvernementale israélienne se disent, par ailleurs, plus enclins à discuter avec d’autres partis religieux, car  » entre religieux on se comprend mieux « , affirme Yaakov Maargov, ministre des affaires religieuses au sein du gouvernement israélien.

Ennahdha réagit aux déclarations du vice premier ministre israélien Silvan Shalom

Dans un communiqué reproduit par la presse tunisienne, hier samedi, le parti tunisien islamiste Ennahdha a réagi aux déclarations du vice premier ministre israélien Silvan Shalom du 8 décembre où il a appelé les Juifs qui vivent en Tunisie à venir résider en Israël dans les plus brefs délais.

Le parti tunisien, qui n’a pas cité le nom de Shalom, a manifesté son étonnement quant aux déclarations irresponsables et insensées de  » certains  » estimant que le timing de ces déclarations n’est pas fortuit.

Ennahdha souligne que les Tunisiens de confession juive sont des citoyens à part entière en matière de droits et de devoirs. La Tunisie d’aujourd’hui et de demain est une démocratie qui respecte ses enfants quelle que soit leur religion, conclut Ennahdha

Par Lila Ghali Article original

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here