Pour Abbas, «toutes les questions» ont été soulevées dans les pourparlers avec Israël

0
10

Le président de l’Autorité palestinienne a rencontré Ban Ki-moon à Ramallah.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré jeudi que tous les points de désaccord avec Israël ont été discutés lors de la dernière ronde de négociations de paix, bien qu’il ait respecté le silence convenu sur les dernières nouvelles concernant ces pourparlers.”Nous ne pouvons pas parler maintenant de ce qui s’est passé,” a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le chef de l’ONU Ban Ki-moon à son quartier général dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie.

“Nous avons discuté des questions qui sont toujours sur la table, les frontières, Jérusalem, les colonies”, a déclaré Abbas.

“Jusqu’à présent, nous n’avons pas parlé de ce qui s’est passé (dans les négociations).”

Ban, qui est arrivé de Jordanie, a appelé Israël et les Palestiniens à éviter les actions qui pourraient perturber les négociations menées par les Américains, et qui ont repris mercredi à Jérusalem après un hiatus de trois ans.

S’exprimant à Amman plus tôt, il a exhorté les deux parties à garder “patience” quant à leurs pourparlers de paix afin de leur donner une chance de succès, selon Petra, l’agence de presse officielle de Jordanie.

Il a appelé les Israéliens et les Palestiniens à “faire preuve de patience et à faire tout ce qu’ils peuvent pour le succès de leurs négociations et pour réaliser les progrès nécessaires avec l’aide de la communauté internationale”, selon le rapport.

Dans son allocution, M. Ban a déclaré qu’il était heureux “de visiter l’État de Palestine”, un terme chargé alors qu’Israël maintient que l’indépendance de l’Etat palestinien ne peut être obtenue que par un règlement négocié de leur conflit vieux de plusieurs décennies.

L’Assemblée générale de l’ONU le 29 Novembre a élevé la “Palestine” au rang d’Etat observateur non-membre par un vote de 138 voix pour, neuf contre et 41 abstentions.

Les autorités palestiniennes utilisent maintenant le terme d’«État de Palestine» dans la correspondance diplomatique et ont émis des timbres officiels dans ce but.

Ban doit rencontrer le président israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benyamin Netanyahu ce vendredi.

La reprise des pourparlers de paix mercredi a été éclipsée par les plans israéliens de construire des milliers de nouvelles maisons sur des terres que les Palestiniens revendiquent pour leur futur Etat mais qui, pour Israël, resteront sous souveraineté israélienne quelque soit l’accord futur. La question des implantations ne faisait néanmoins pas partie des pré-conditions de négociations.

Les derniers pourparlers de paix directs avaient été rompus quelques semaines après leur lancement en septembre 2010.

Avant les pourparlers, Israël a libéré 26 prisonniers palestiniens, un premier contingent sur 104 prisonniers prévus, dont la plupart avaient été condamnés à vie pour avoir tué des Israéliens. Ils doivent être libérés par étapes en fonction des progrès réalisés dans les pourparlers.

Les commentateurs ont estimé que la dernière annonce de constructions dans les implantations visait à apaiser une partie de la coalition de droite du Premier ministre Benyamin Netanyahu, mais pouvait également être considérée comme un échange de bons procédés vis-à-vis de la libération des prisonniers.

16-08-2013/ I 24 NEWS Article original

1 COMMENT

  1. { {{Dans son armoire , il doit avoir tous les déguisements possibles et inimaginables ainsi que des masques et des perruques .}} }

    { {{Et au dessus de son lit , à côté de la photo de son banquier de Genêve , son personnage fétiche :}} }

    { {{Pinocchio .} } }

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here