Néonazis et islamistes, nos cauchemars jumeaux

0
6

Les premiers suspects des tueries de Toulouse et de Montauban ont été trois anciens paras néo-nazis. Le massacre d’Utøya, lui, avait été dans un premier moment attribué au terrorisme islamiste. Les deux faces opposées de l’intolérance au multiculturalisme sont souvent très proches.

C’est finalement un fou d’Allah qui a émergé de l’enfer de Toulouse. Non pas un parachutiste néo-nazi couvant dans les obscures entrailles de l’histoire de France, mais un soldat de cette intifada quotidienne qui se consume dans les banlieues françaises.

Une guérilla sourde qui prend de l’ampleur de Toulouse à Paris, dans ces « territoires perdus de la République », comme les a baptisés un célèbre pamphlet documenté dénonçant l’antisémitisme ordinaire qui règne dans les écoles de banlieue.

C’est ce mal obscur et particulièrement tenace en France qui réunit les deux pistes explorées par les enquêteurs et l’opinion en ces journées entachées par la folie meurtrière : trois jeunes militaires (d’origine maghrébine) tués de sang-froid, un autre gravement blessé et quatre autres personnes (trois enfants et un homme) poursuivies et abattues comme des bêtes au collège juif Ozar-Hatorah de Toulouse, la ville rose* qui héberge la tombe de Saint Thomas, le plus raisonnable des philosophes chrétiens.

Un autre coupable

On a d’abord pensé que le tueur pouvait être l’un des trois parachutistes radiés du 17e régiment de paras de Montauban en raison de leurs sympathies néonazies. Les journaux ont publié une photo des trois hommes faisant le salut hitlérien, enroulés dans un drapeau orné de la croix gammée.

Des jeunes fanatiques, français, blancs. Ils avaient la biographie-type de l’assassin, celui qui se venge des frères d’armes qui l’ont dénoncé, mais abat trois soldats d’origine maghrébine avant de s’en prendre à des juifs dans une école. Le prototype du militant lepéniste, ce qui ne veut pas dire que tous les électeurs de Jean-Marie Le Pen autrefois et de sa fille Marine candidate de l’extrême droite à la présidentielle française »>Article original aujourd’hui sont des assassins en puissance.

La réalité nous aura désigné un autre coupable, ce Mohamed Merah, Français d’origine algérienne (un « immigré de deuxième génération », selon l’oxymore en usage) qui, à une heure du matin hier, a appelé le standard de la chaîne de télévision France 24 pour dévoiler les raisons d’une telle atrocité à la journaliste de service – Ebba Kalondo, une femme d’origine africaine (nous sommes dans une société multiethnique) à la voix douce et tranquille.

Mohamed Merah a dit être affilié à Al-Qaïda et a déclaré vouloir « venger nos petits frères et nos petites sœurs en Palestine », dénoncer la loi qui interdit le voile intégral pour les femmes musulmanes ainsi que la participation de l’armée française à la guerre en Afghanistan.

Comment est-il possible que deux scénarios aussi différents et même opposés aient pu être envisagés pour expliquer ces deux massacres ? La réponse est que l’un comme l’autre étaient également plausibles. Le terroriste islamiste comme le parachutiste néo-nazi appartiennent aux bas-fonds de la société, deux cauchemars opposés et qui pourtant cohabitent et ne se neutralisent pas l’un l’autre, mais au contraire se renforcent.

Le même court-circuit qu’à Oslo

Le court-circuit qui a été observé à Toulouse s’était déjà produit en juillet dernier à Oslo, lors du massacre perpétré par le fanatique Anders Behring Breivik : huit morts dans l’explosion d’une bombe, 69 morts par balles dans un camp de jeunes sociaux-démocrates.

La première hypothèse fut celle d’un acte perpétré par des terroristes islamistes contre de jeunes occidentaux. Or, le coupable était un Norvégien trentenaire aux cheveux blonds qui se définissait comme un fondamentaliste chrétien et pro-israélien, hostile au multiculturalisme, au marxisme et à l’islamisme. Il avait voulu frapper des jeunes socialistes qu’il tenait pour responsables d’une immigration musulmane massive.

Deux cauchemars différents, donc, mais complémentaires et compatibles au point que la politique a suspendu quelques heures durant une campagne présidentielle particulièrement acharnée. Par respect pour les victimes, certes, conformément à ce savoir-vivre qui en France est enseigné à l’école.

Mais aussi pour attendre d’avoir compris afin de ne pas commettre d’impair. Le ton est ferme, le président Nicolas »>Article original Sarkozy a fait du thème de l’immigration et des étrangers son cheval de bataille pour contrer Marine Le Pen, au point que le Wall Street Journal l’a rebaptisé « Nicolas Le Pen ».

Le président promet aux Français une France plus forte et plus fermée. Il n’a pas exclu de suspendre le traité de Schengen sur la libre circulation des personnes entre les pays de l’Union. Une perspective qui a fortement indisposé Angela Merkel, qui ne semble plus d’humeur à participer aux meetings électoraux de « Sarko » ainsi qu’elle l’avait promis.

Voilà le climat qui règne aujourd’hui dans cette France où Mohamed Merah, cellule dormante et solitaire d’Al-Qaïda depuis des années dans le quartier du Mirail de Toulouse, a décidé de passer à l’action. Cela aurait pu être un parachutiste néo-nazi. A la place, c’est le fantôme de Ben Laden. Ce qui n’a bien sûr rien de rassurant.

Cesare Martinetti – La STAMPA Article original

Traduction : Jean-Baptise Bor

ANALYSE

Mohamed Merah, un terroriste “Nike”

Selon Con Coughlin du Daily Telegraph, Mohamed Merah correspond au profil de ce que le monde du renseignement appelle les « terroristes Nike », dont la devise, au moment de commettre un acte terroriste, est : « Just do it « , « Fais-le » :

Plutôt que de tenter de mener à bien des attaques spectaculaires telles que celles du 11 septembre, les terroristes Nike sont encouragés à user de tous les moyens dont ils disposent pour causer le maximum de dégâts.

Les responsables des services secrets estimant qu’environ les deux tiers du commandement originel d’Al-Qaïda ont été tués ou capturés au cours de la décennie passée, parmi lesquels le fondateur Oussama Ben Laden, la capacité du mouvement à lancer des actions terroristes de grande ampleur comme celles du 11 septembre, s’est très sérieusement amoindrie.

Les attaques terroristes de Bombay, en novembre 2008, au cours desquelles un groupe de terroristes d’Al-Qaïda a entrepris une séries d’attaques simultanées, tuant 164 personnes, sont considérées comme le premier exemple de cette nouvelle tactique.

Alors que Londres s’apprête à accueillir cet été les Jeux Olympiques, Coughlin écrit :

Peu importera le nombre de batteries anti-aériennes ou d’intercepteurs Typhoon Eurofighter, un chasseur-bombardier de la Royal Air Force »>Article original que vous aurez déployés pour les Jeux si un groupe de terroristes d’Al-Qaïda décide d’attaquer la foule avec une bombe artisanale, des couteaux ou des pistolets.

1 COMMENT

  1. Tout d’abord un rappel historique :

    En 1941, le 28 novembre, pendant la 2 ème Guerre Mondiale, Mohammed Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem, leader musulman « arabo-palestinien », rencontre le dictateur de l’Allemagne nazie.

    Il collabore avec l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste et il devient l’inventeur du nazIslamisme, en devenant un nazIslamiste, le mélange des doctrines nazie et islamiste.

    Mohammed Amin al-Husseini et les nazis, créent la 13 ème division waffen ss, avec des musulmans principalement de Bosnie. Ils combattent en Europe et dans les pays de l’est avec les autres unités waffen ss, les spécialistes « du nettoyage » ethnique, contre les civils, les résistants, les Juifs.
    Sa division participe à la déportation des Juifs dans les camps d’exterminations de Pologne, craignant qu’ils partent pour « la palestine »

    Il participe avec les hauts responsables nazis à la planification de la déportation des Juifs de Jérusalem, de la région « surnommer à l’époque la palestine » et du moyen-Orient, qui n’aura pas lieu uniquement à cause des victoires en Afrique, des Alliés sur l’Allemagne nazie et leurs complices.

    De Berlin, ou il est réfugié, il diffuse sa propagande à la radio, vers les pays arabes, « arabes lever vous comme un seul homme et tuer les Juifs, D… le veut afin de laver votre honneur ».

    Il réclame auprès du régime nazi des bombardements sur Tel-Aviv et sur les villes côtière, qui n’auront pas lieu, uniquement faute de disponibilité de l’aviation nazie.

    Il décède le 05 juillet 1974 à Beyrouth (Liban), son dernier exile, sans être retourner à Jérusalem. Sans avoir été juger à Nuremberg « faute de preuve »…….

    PS : Il est également l’ Oncle d’arafat et de leïla shahid, « des références » de son école « nazIslamiste ».
    ——————————————————————-

    L’héritage de nos jours de Mohammed Amin al-Husseini l’inventeur du nazIslamisme : des organisations terroristes nazIslamistes, chez les arabo-palestiniennes, dont le hamas de gaza, les frères musulmans et autres brigades, ou ailleurs la milice islamiste chiite du hezbollah au Liban, les salafistes originaire de l’Arabie, et autres mouvements terroristes arabo-musulmans à travers le monde, qui propagent « leur venin » à travers les masses musulmanes de tous les pays.

    Alors dans l’affaire de Toulouse et Montauban, il ne s’agit pas de l’extrême droite nazie, dans le sens conventionnel, blanche et de souche occidentale, oui , mais il s’agit bien de cette mouvance nazIslamiste, l’alliance « des idéaux » brun/noir des nazis et l’alliance « des idéaux » islamiste, de couleur verte de l’islam.

    Même si cela touche pour l’instant une minorité de musulmans, dans les villes d’Europe de l’ouest à l’est, au USA, en particulier en Occident, le pourcentage augmente chaque année avec l’islamisation de l’Occident, les chiffres le prouvent.

    Et demain, pourquoi devrait il baissé ??……

    André-Beseder.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here