Mohamed Merah : un « plaisir infini » à tuer

0
8

Selon le « JDD », le jeune homme a dit aux policiers chargés de sa reddition qu’il regrettait de ne pas avoir tué plus d’enfants juifs.Avant de mourir « les armes à la main, le tueur au scooter a beaucoup parlé aux policiers chargés de négocier sa reddition. Comme l’a confié au Monde.fr Amaury de Hauteclocque, « c’était comme un testament avant de partir ». Le JDD publie dans son édition de dimanche plus de détails sur ce que Mohamed Merah a déclaré aux policiers.

Le journal, qui cite des policiers ayant participé à la négociation, dit le « plaisir infini » avoué par le meurtrier au cours de ses actions meurtrières. Il ne voulait pas finir en kamikaze pour pouvoir multiplier les actions, « voir ses victimes », les « toucher » et les filmer, selon les enquêteurs. Son regret : avoir manqué « la rentrée des classes à l’école juive », ce qui lui aurait permis de « tuer plus d’enfants ».

Cours particuliers

« Il a dit qu’il n’était pas passé par des camps d’entraînement collectifs, mais avait été formé sur mesure, une sorte de cours particulier », a affirmé au journal un enquêteur. Au cours de cette formation, « le jeune homme assure que son instructeur voulait qu’il commette des attentats sur Paris, mais qu’il avait choisi de commencer à Toulouse ». Il avait le sentiment que « tuer un soldat français en France aurait le même retentissement que tuer dix soldats français en Afghanistan ».

Comme l’écrivait le Point.fr le 23 mars, parmi les nouvelles cibles que Mohamed Merah avait identifiées figurent le chef de brigade anticriminalité de Toulouse et une policière de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui l’avait interrogé lors de son retour du Pakistan. Il s’est aussi efforcé de mettre hors de cause son frère aîné Abdelkader en qui il « n’a pas arrêté de répéter qu’il n’avait pas confiance », selon les policiers. Réfutant l’influence de son aîné sur sa foi, il se présente comme un « autodidacte de l’Islam » qui a lu le Coran « seul en prison ».

Fin février, il avait loué deux voitures qui « étaient prépositionnées pour qu’il puisse continuer son road-movie meurtrier », a précisé un officier de police.

LE POINT.FR Article original

1 COMMENT

  1. je suis très étonné de ne pas avoir vu/entendu/lu cette ânerie très répandue par le passé (et passée de mode ?) qui essayait de faire croire que ce genre d’actes (tueries et autres horreurs) étaient dus {pour l’essentiel} à la violence dans les films/cinéma ou les jeux vidéos… cela dit, ça ne veut pas dire que cette « thèse » n’ait pas été évoquée ou ne le sera pas par la suite.
    par contre il est vrai qu’en professant de telles absurdités, on évite de « stigmatiser » une « {religion de paix, d’amour et de tolérance} » (sic !), et en même temps on tape sur ces gros vilains Américains (films) et Japonais (jeux): de quoi se faire doublement une bonne conscience bobo à peu de frais tout en restant profondément endormi !

    je ne nie pas que certaines œuvres puissent influencer les esprits fragiles, c’est une évidence; mais alors, qu’en est-il d’une idéologie telle que l’islam, qui plus est martelée bien souvent depuis la plus tendre enfance et imposée à chaque membre de la oumma ? il faudrait plutôt commencer par se poser ce genre de questions avant d’accuser {exclusivement} tout et n’importe quoi…
    cette conviction n’engage que moi, mais je suis absolument persuadé que si ce merah était né, avait grandi et évolué dans un autre milieu (Juif, chrétien, bouddhiste, athée, peu importe: autre que l’islam), il ne se serait jamais rien passé. il aurait peut-être été un délinquant, mais pas un tueur d’innocents qui prend son pied en tuant. mais encore une fois, cet avis n’engage que moi !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here