Loi censurée sur la négation du génocide arménien : le sénateur cantalien qui a surpris Sarkozy

0
18

Comment le sénateur cantalien Jacques Mézard, président du groupe radical, a réussi à faire mordre la poussière au gouvernement et à éviter à la France une grave crise avec la Turquie.

 » On y va !  » Ce 31 janvier, Jacques Mézard tient à se rendre personnellement au Conseil constitutionnel. Le sénateur radical a réussi. Il dispose des soixante signatures nécessaires pour demander l’annulation de la loi punissant la négation du génocide arménien.

En coulisse, la bataille des signatures a été aussi rude que discrète. Certains parlementaires ont fait l’objet de pressions de l’Elysée mais aussi du PS, à l’origine huit mois plus tôt d’une proposition de loi similaire.
Grande première dans l’histoire du Sénat, ces signatures – au nombre de 82 –, émanent de l’ensemble des groupes politiques. Les quinze élus du groupe RDSE que Jacques Mézard préside le suivent dans cette bataille  » pour la liberté d’expression « . Tout comme une majorité des membres de la commission des lois opposée au texte. L’ancien président UMP du Sénat, Christian Poncelet, ou l’ex-responsable communiste Robert Hue rallient sa position.

Sur le terrain, d’autres préoccupations surgissent. La Fédération nationale bovine contacte les parlementaires. L’enjeu économique est de taille. Les exportations bovines françaises vers la Turquie représentent un marché de 1,2 milliard d’euros par an. C’est ce débouché qui a permis la remontée des prix.

Ce 31 janvier, le simple dépôt du recours a pour conséquence la suspension des sanctions économiques. L’affaire fait la une en Turquie.  » Cela a créé beaucoup d’espoir et de joie, notamment dans la classe politique qui a unanimement remercié la France « , observe le journal Turquie aujourd’hui. Pour certains membres du gouvernement d’Ankara, Jacques Mézard  » a sauvé les valeurs  » de la France.

L’intéressé multiplie les interviews dans les médias turcs. Il est l’invité du 13-Heures. Sans concessions, il répète :  » Cette affaire est une folie. Je n’ai rien contre les Arméniens, je ne conteste pas l’existence du génocide mais ce n’est pas au Parlement d’écrire l’histoire. Il ne peut pas voter une loi qui punit ceux qui la contestent.  »

Dans les couloirs du Palais du Luxembourg, il s’en prend à Nicolas Sarkozy qui  » cherche à monter les communautés les unes contre les autres pour des raisons purement électoralistes « .

Mardi dernier, lorsque le Conseil constitutionnel censure la loi, les représentants des éleveurs disent leur soulagement. Un responsable d’Airbus appelle personnellement Jacques Mézard pour le remercier d’avoir évité un éventuel boycott.

Radios et télés turques se précipitent à nouveau dans son bureau du Sénat. En France, l’élu cantalien ne fait l’objet que de rares citations. Nul n’est prophète en son pays…

Richard Benguiguirichard.benguigui@gmail.com

1 COMMENT

  1. Je ne suis ni Arménien, ni turque, ni de confession Juive, Alors en temps que Français, je m’indigne de votre démarche qui relève d’une forme de collaboration tristement vécue par notre pays dans les heures noires de son histoire.
    Je constate que rien n’a changé, même si la forme est modifiée, le fond est toujours présent.
    Quand allez-vous vous convertir Mr le sénateur? Par votre démarche, vous validez le négationnisme de tous les génocides parce que vous êtes à plat ventre devant la turquie.
    Le gouvernement d’Ankara : Jacques Mézard  » a sauvé les valeurs  » de la France.
    Peut importe si des Hommes, Femmes et Enfants ont été assassinés, mais ce grand pays que vous soutenez n’a été que le laboratoire des atrocités perpétrez par le national socialisme qui ont excellé dans le raffinement barbare. L’objectif de ce genre d’amis a été quadruplé : 1.5 millions d’Arméniens, 6 millions de Juifs.
    Ce soit disant grand pays en pleine expansion économique uniquement constaté dans sa capitale ; Le reste du pays en est au stade primitif voir moyenâgeux dans le meilleur des cas.
    La fédération nationale bovine vous remercie, vous avez préservé leurs steaks un marché de 1,2 milliard d’euros par an. C’est ce débouché qui a permis la remontée des prix. Soit 800€ par tête d’Arméniens, QUEL EXPLOIT !
    Monsieur la VIE HUMAINE n’est pas une question de fric. C’est ce que l’on devrait vous apprendre à vous tous élus.
    C’est à vomir d’être Français

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here