Le Caire accuse le Hamas de former des combattants égyptiens à Gaza

0
11

La télévision d’Etat égyptienne a accusé le Hamas de former des islamistes égyptiens dans la façon de mener des attentats, mettant encore plus de pression sur les Frères musulmans, un allié du Hamas. Dans la bande de Gaza voisine, les dirigeants islamistes du Hamas ont fermement démenti ces allégations.

L’Egypte fait face à la tourmente depuis que l’armée a destitué Mohammed Morsi de la présidence en Juillet. Il y a une semaine, le ministre de l’Intérieur a survécu à une tentative d’assassinat au Caire, au milieu des craintes de faire face à une insurrection islamiste. Les allégations selon lesquelles le Hamas procéde a la formation de militants islamistes égyptiens pourraient conduire les autorités militaires à endurcir leur répression contre les Frères musulmans.

 » Les services de sécurité ont appris que l’aile militaire du mouvement Hamas forme plusieurs personnes pour mener des opérations a la voiture piégée et forme plusieurs personnes a la fabrication d’engins explosifs « , a déclaré un présentateur de la télévision d’Etat.

 » L’aile militaire du mouvement Hamas a fourni a divers djihadistes salafistes et aussi d’autres courants religieux, 400 mines antipersonnel. L’appareil de sécurité a des preuves et les coupables seront arrêtés « . Le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum a déclaré que le rapport est  » totalement erronée  » et ce n’est qu’une  » tentative de diaboliser le Hamas « .
Le Hamas est une ramification des Frères musulmans, qui est sur la défensive depuis que Morsi a été évincé de la présidence suite a des protestations de masse. Il avait aliéné des millions d’Egyptiens en se donnant des pouvoirs très étendus et une mauvaise gestion de l’économie.
L’organe de presse principal de l’état, Al-Ahram, citant des sources sécuritaire de haut rang, a declaré que le Hamas a également été impliqué dans la tentative d’assassinat contre le ministre de l’Intérieur au début du mois. Le gouvernement soutenu par l’armée en Egypte a renforcé le contrôle des points de passage de la péninsule du Sinaï vers Gaza.

La fermeture des tunnels de contrebande utilisés pour acheminer des armes et des marchandises entre la bande de Gaza et l’Egypte a porté un coup dur pour le groupe palestinien. Le Hamas a récemment tenté de diminuer la tension avec l’Egypte en demandant aux prédicateurs musulmans de stopper toute critique envers le Caire. Les prédicateurs Gazaouis, dans des sermons enflammés , avaient accusé le chef des armées egyptiennes, le général Abdel Fattah al- Sisi, de faire la guerre contre l’Islam. Les responsables de l’armée égyptiennes ont accusé le Hamas de s’ingérer dans les affaires égyptienne et ont accusé les palestiniens d’aider les militants islamistes dans le Sinaï, à la frontière de Gaza et d’Israël.

L’éviction de Morsi a été considéré a Gaza comme un revers pour le Hamas, tout comme l’action des rebelles syriens qui luttent contre Assad et donc, contre l’Iran et le groupe terroriste libanais Hezbollah. Des sources sécuritaires ont déclaré que l’ancien directeur de cabinet de Morsi , Mohamed Rifaa el- Tahtawy , a été arrêté jeudi sur des accusations d’ espionnage. Il avait été arrêté en Août sur ​​des accusations d’ incitation à la détention, de torture et d’interrogatoire de manifestants en 2012, mais avait été libéré mardi.

Pendant ce temps, le groupe Ansar Bayt al- Maqdis, basé dans le Sinai, a revendiqué la responsabilité de l’attentat-suicide visant le ministre de l’Intérieur Mohamed Ibrahim. Il a promis de nouvelles attaques pour venger la répression contre les islamistes d’ Egypte, faisant craindre que la violence militante dans le Sinaï pourrait se propager à travers tout le pays. Un autre groupe appelé Jund al -Islam ( Soldats de l’Islam ) a lancé un communiqué sur une page Facebook revendiquant la responsabilité de deux attaques contre l’armée égyptienne, y compris la voiture piégée qui a explosé dans un centre de renseignement dans le Sinaï en Egypte mercredi tuant quatre personnes.

L’Egypte a prorogé l’état d’urgence pendant deux mois jeudi et le gouvernement a aussi imposé un couvre-feu pendant la nuit. Le gouvernement a annoncé d’abord un état d’urgence d’un mois le 14 Août mais l’annonce de jeudi a étendu l’ordre qui couvre l’ensemble du pays et jusqu’à la mi- Novembre.

Un tribunal égyptien a acquitté jeudi tous les 14 accusés, dont des policiers, accusés d’avoir tué 17 manifestants pendant la journée la plus sanglante de la révolte qui a renversé Moubarak il y a deux ans, selon des sources judiciaire. Les décès dans la ville de Suez avaient déclenché des violences à travers l’Egypte sur ce qui a été appelé plus tard  » le vendredi de la colère  » le 28 Janvier 2011. Cela avait alimenté un soulèvement de 18 jours contre Moubarak. L’affaire est la dernière d’une longue série dans laquelle les responsables de l’ère Moubarak ont été soit acquittés soit condamnés à des peines légères, soulevant des frustrations parmi les opposants au gouvernement de l’ancienne
administration Moubarak….

Source Koide9enisrael Article original
Publié par David ILLOUZ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here