L’ambassade syrienne au Liban accusée de faire passer des armes vers la Syrie

0
9

Les forces de sécurité libanaises ont arrêté il y a deux jours un véhicule militaire au service de l’ambassade syrienne au Liban transportant des armes sans licence vers la Syrie, a indiqué le journal al-Hayat dans son édition de vendredi.Le quotidien saoudien basé à Londres affirme que le véhicule portait une plaque d’immatriculation relevant à l’ambassade syrienne et qu’un officier ayant été mis en cause dans l’enlèvement de dissidents syriens se trouvait à l’intérieur.

En octobre dernier, le député Kataëb Samy Gemayel avait affirmé que le directeur des Forces de sécurité intérieure (FSI), le général Achraf Rifi, a « fourni (à la commission parlementaire sur les droits de l’Homme) des informations dangereuses sur l’implication de l’ambassade syrienne dans l’enlèvement de (l’opposant syrien de 87 ans) Chebli al-Ayssami », dans la région de Aley au Liban.

La fille de l’opposant, Raja Ayssami, qui avait assisté à la réunion, avait confirmé ces propos.

« Selon l’enquête du général Rifi, les éléments pointent clairement du doigt l’ambassade syrienne dans la disparition de mon père ».

Le même mois, le journal Asharq al-Awsat avait rapporté que des activistes de l’opposition syrienne sont harcelés par l’ambassade syrienne à Beyrouth et le Parti syrien national social.

Le quotidien citait le cas d’un opposant – dont le nom n’avait pas été révélé – affirmant éviter de se rendre à la rue Hamra, où se trouve l’ambassade syrienne au Liban, après avoir reçu de nombreuses menaces.

L’opposant affirmait par ailleurs qu’un grand nombre d’activistes prodémocratie vivaient actuellement à Tripoli et à Jounieh et évitaient de se rendre dans les régions à prédominance 8 Mars.

olj.com Article original | 06/04/2012

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here