L’Egypte, cauchemar de la femme arabe

0
17

Résultats exécrables de l’Egypte sur le statut des femmes

Le Printemps arabe a rendu le statut des femmes plus vulnérable que jamais, selon les expertsLe harcèlement sexuel, des taux élevés d’excision, une montée de la violence et la poussée du sentiment islamiste après les soulèvements du Printemps arabe ont fait de l’Egypte le pire pays du monde arabe pour les femmes, selon un sondage publié mardi.

Des lois discriminatoires ainsi que les trafics d’êtres humains ont également contribué à la place de l’Egypte au bas du classement des 22 pays arabes, révèle l’enquête de la Thomson Reuters Foundation.

En dépit de l’espoir porté par le Printemps arabe pour l’émancipation des femmes, celles-ci s’avèrent avoir été les grandes perdantes, car ces révoltes ont plutôt provoqué conflits, instabilité, déplacements de populations et la montée des groupes islamistes dans de nombreuses régions, selon les experts.

« Nous avons délogé Moubarak du palais présidentiel, mais nous devons encore expulser le Moubarak de nos esprits et de nos chambres à coucher », écrit l’éditorialiste Mona Eltahawy.

« Comme le montrent les résultats exécrables du sondage, nous, les femmes, avons besoin d’une double révolution. Une première contre les différentes dictatures qui ont ruiné notre pays et une deuxième contre le mélange toxique de culture et de religion qui empoissonent notre vie de femmes », ajoute-t-elle.

L’Irak se trouve en deuxième position après l’Egypte, suivie par l’Arabie saoudite, la Syrie et le Yémen. Les Comores, où les femmes détiennent 20% des postes ministériels et conservent les biens en cas de divorce, sont en tête du sondage, suivis par le sultanat d’Oman, le Koweit, la Jordanie et le Qatar.

L’enquête a pris en compte les violences contre les femmes, leur droit au contrôle des naissances, à leur statut au sein de la famille, leur intégration dans la société et les attitudes à leur égard dans la politique et l’économie.

Harcèlement sexuel

L’Egypte a obtenu des mauvais résultats pratiquement dans toutes les catégories. Un rapport de l’ONU révèle que 99,3% des femmes et des jeunes filles sont victimes de harcèlements sexuels en Egypte, ce qui, selon les analystes, reflètent la montée de la violence dans la société égyptienne durant les cinq dernières années. Selon l’ONG Human Rights Watch, 91 femmes ont été violées ou agressées sexuellement en public sur la place Tahrir en juin dernier lors des manifestations anti-Morsi.

« L’acceptation sociale du harcèlement sexuel quotidien affecte chaque femme en Egypte, peu importe son âge, sa profession, son staut socio-économique et marital, son comportement et sa tenue vestimentaire », déclare Noora Flinkman, directrice d ela Communication chez HarassMap, une association contre le harcèlement basée au Caire. « Cela limite la participation des femmes dans la vie publique. Cela affecte leur sécurité, leur sens de la dignité et leur confiance en elles », ajoute-t-elle.

Les personnes interrogées ont également pointé du doigt les mariages forcés et les trafics de femmes. En outre, les mutilations sexuelles sont endémiques en Egypte où 91% des femmes sont excisées, selon l’UNICEF. Seul Djibouti a un taux plus élevé (93%).

Les guerres ont également un effet dévastateur sur les femmes, comme par exemple en Syrie où elles sont utilisées, tant par les rebelles que par le régime de Bachar al-Assad comme marchandises sexuelles et boucliers humains.

Classement du plus mauvais pays au meilleur :

22. Egypte

21. Irak

20. Arabie saoudite

19. Syrie

18. Yémen

17. Soudan

16. Liban

15. Autorité palestinienne

14. Somalie

13. Djibouti

12. Bahrein

11. Mauritanie

10. United Arab Emirates 61.482

9. Libya 61.097

8. Maroc

7. Algerie

6. Tunisie

5. Qatar

4. Jordanie

3. Koweit

2. Oman

1. Comores

I 24 NEWS
Article original

TAGS : Egypte Femme arabe Printemps Arabe Droits de l’Homme

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here