En direct : l’intervention militaire française en Centrafrique

0
9

Les troupes françaises ont reçu mandat de l’ONU pour appuyer une force africaine chargée de faire cesser les violences contre les civils et rétablir la sécurité dans ce pays d’afrique en proie au chaos. Suivez l’évolution de la situation en direct.

EN COURS : Mis à jour il y a 5 minutes

20:28
Le président malien salue l’intervention

Le nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keita, interrogé sur BFM-TV, se dit « totalement » en faveur de l’intervention en Centrafrique. « Je pense que c’est un devoir de solidarité et les relations de la France et de l’Afrique sont d’une qualité telle que nous n’avons pas le droit de nous ignorer et quand l’un est en difficulté (…) la France accomplit là un devoir historique et parfaitement dans l’ordre des choses et dans sa vocation « , assure-t-il. « Si dès maintenant un frein n’est pas mis à l’escalade en Centrafrique, je pense que ce serait là quelque chose de très grave pour toute l’Afrique Centrale ».

20:20
MAM : « Est-ce que l’on va intervenir partout ? »

Sur BFM-TV, l’ancienne ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie s’interroge sur les capacités de la France à intervenir. « Quand on intervient, on n’intervient pas pour simplement les jours qui suivent, il faut savoir ce que l’on va mettre en place, une simple intervention militaire ne peut pas permettre de mettre en place une stabilité (…) Je n’ai pas entendu François Hollande dire ce qu’il allait faire après (…) A-t-on les moyens de le faire ? Je suis très inquiète de voir aujourd’hui, alors même qu’on baisse les crédits de la Défense, alors que les équipements militaires sont à bout et qu’il n’y a pas les moyens de les entretenir convenablement ou de les remplacer, quand on sait que la DGA ne peut pas boucler son budget de fin d’année (…) est ce que nous avons les moyens de multiplier les opérations de ce type ? » Après le Mali et l’épisode syrien, l’ex-ministre UMP craint également que François Hollande « n’entre dans une spirale » l’encourageant à multiplier les opérations extérieures. « Est-ce que l’on va intervenir partout ? », s’interroge-t-elle.

19:23
« J’ai décidé d’agir immédiatement », affirme Hollande

« J’ai décidé d’agir immédiatement, dès ce soir en coordination avec les Africains », a déclaré le président François Hollande lors d’une courte déclaration télévisée.

650 militaires français sont déjà sur place. « Cet effectif sera doublé d’ici quelques jours, pour ne pas dire quelques heures », a affirmé le président.

Justifiant cette opération, alors que dans le pays femmes et enfants sont violentés, François Hollande a déclaré que la France a un devoir « d’assistance et de solidarité à l’égard d’un pays ami, pays le plus pauvre du monde, pays qui appelle au secours ». « La France est attendue pour éviter une catastrophe humanitaire: elle sera là. »

« La France n’a pas d’autres objectifs que de sauver des vies humaines », a par ailleurs assuré le président de la République, ajoutant que le gouvernement donnerait toutes les explications sur l’opération au Parlement la semaine prochaine.

Le chef de l’État a réitéré sa confiance aux soldats français, assurant que l’opération sera rapide et n’a pas vocation à durer.

19:10
L’Union européenne réfléchit à l’aide qu’elle va apporter
L’Union européenne examine le soutien, essentiellement financier, qu’elle prévoit d’apporter à l’intervention des troupes africaines et françaises en Centrafrique après le feu vert du Conseil de sécurité de l’ONU, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques.

L’UE devrait « saluer », dans une déclaration attendue en fin de journée, le mandat accordé par le Conseil de sécurité aux forces françaises pour intervenir en soutien à la Misca (force africaine en RCA).Décidée à « apporter un soutien à cette mission », l’UE examine « plusieurs options », qui sont « essentiellement d’ordre financier », a indiqué Michael Mann, le porte-parole du service diplomatique.

L’aide consacrée au fonctionnement de la Misca devrait être « substantielle », probablement de plusieurs dizaines de millions d’euros, selon des sources diplomatiques.

lefigaro.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here