Des cris de douleur de l’intérieur de Homs

    0
    15

    Des Syriens pris au piège dans la ville assiégée, sentant le courroux du régime brutal d’Assad, révèlent toute l’horreur de sa détermination à détruire ses ennemis«Il y a des roquettes qui pleuvent sur de nombreux quartiers et des corps enterrés sous les décombres. Il est absolument impossible de sortir – Homs est encerclée et assiégée.
    Des tireurs embusqués sur les toits tirent sur toute personne sortant dans la rue » – . Amir

    « L’armée qui est censée nous protéger nous tue. Vous ne pouvez pas marcher dans les rues, vous ne pouvez pas sortir. En même temps, si vous restez, ils vous bombarderont et démoliront votre maison. Vous ne pouvez pas marcher dans les rues, vous ne pouvez pas sortir. » – Ali Osman

    « La situation est très mauvaise : les soldats du gouvernement ont encerclé la zone et nous bombardent heure après heure. Je voudrais que quelqu’un puisse nous aider. Ils nous tuent et nous blessent. Nous voulons une solution maintenant. » – Waleed Fares

    «Il y a eu des mains coupées et des corps déchiquetés. Les roquettes éventrent des gens. Les routes sont couvertes de corps en morceaux. Après une attaque, le toit est tombé sur les personnes vivant dans une maison. Il nous a fallu une demi-heure pour sortir un corps. » – Mahmoud Haddad

    Tandis que Mahmoud Haddad parlait à travers la ligne téléphonique satellite perturbée, un autre obus est tombé dans un sifflement sur un immeuble voisin.

    « Pouvez-vous entendre cela ? » a demandé l’homme de 35 ans, le choc faisant encore vibrer les fenêtres de son appartement à Homs. « C’est à ça que la Russie et la Chine ont donné leur permission. »

    Mahmoud vit à Bab Amr, dans les quartiers qui ont été le plus sévèrement frappés par l’assaut du régime syrien sur Homs.

    Plus de 200 personnes ont été massacrées dans la ville durant la nuit du vendredi, selon des groupes de défense des droits de l’Homme, dans ce qui a été le jour le plus sanglant d’un soulèvement dont les Nations Unis disent qu’il a causé la mort de plus de 5 600 civils.

    Des séquences vidéo amateur mettent à nu une ville assiégée avec, les unes après les autres, des rues désertées par des habitants terrifiés.

    Mahmoud a déclaré que 25 autres personnes ont été abattues hier, alors que les troupes lançaient des obus dans son quartier.

    Un membre de l’opposition du Conseil National Syrien a affirmé que le chiffre s’élevait au moins à 50 victimes. «Cela a commencé à 6 h du matin ,» a déclaré Mahmoud. « Après les premières attaques la semaine dernière, nous avons installé un hôpital de campagne.

    Puis l’armée l’a bombardé, alors nous avons commencé à transporter les blessés dans des abris sûrs. Mais ça n’existe pas une maison sûre à Homs. »

    Les Comités Locaux de Coordination, un réseau de militants qui travaille à la médiatisation de l’insurrection de la Syrie, ont déclaré qu’hier deux personnes ont été tuées et un ambulancier blessé lorsqu’un dispensaire de fortune a été frappé par d’un bombardement d’artillerie.

    Les médias d’Etat syriens ont nié que les troupes gouvernementales attaquaient la zone, affirmant que des civils mettaient le feu à des pneus afin d’imiter les effets d’un bombardement.

    Mahmoud a insisté sur le fait que de telles déclarations étaient des mensonges, affirmant que durant le week-end l’armée avait déployé un hélicoptère au-dessus de Bab Amr, qui avait mitraillé les quartiers avec des tirs de mitrailleuses.

    « La ville est devenue comme l’Afghanistan. Nous avons eu beaucoup de journalistes qui ont visité Bab Amr. Certains d’entre eux étaient à Kandahar, certains en Bosnie. Ils disent tous que Bab Amr est l’endroit le plus dangereux où ils se soient rendus à cause de la fréquence des bombardements et des tireurs embusqués, » a-t-il déclaré.

    D’autres activistes ont relayé le sentiment de peur qui enveloppe Homs. « Il est devenu impossible de sortir dans la rue, » a déclaré Waleed Fares, de la ville voisine d’Al-Khaldya. Abu Rabea, du voisinage Est de Karm Zeitoun, a expliqué pourquoi. «Il y a 10 tireurs embusqués dans la rue à l’extérieur de ma maison, » a-t-il dit.

    De retour à Bab Amr, Mahmoud a déclaré que, le président Bachar al-Assad intensifiant son assaut sur Homs, ses habitants étaient exposés à un nouveau type d’arme terrifiant . «Pendant des mois, ils ont utilisé des mortiers,» a-t-il dit.

    « Maintenant, ils utilisent des roquettes…Nous connaissons un soldat déserteur qui a vu les véhicules lance-roquettes en cours de déploiement dans un village à l’ouest de Homs, le mois dernier. Ils ont une capacité de 30 roquettes par minute. »

    Selon Mahmoud, les unités de l’armée qui encerclent Homs utilisent également une nouvelle stratégie sinistre. D’abord ils lâchent une roquette sur Bab Amr.

    Ensuite, quelques minutes après qu’elle a atteint sa cible, ils en envoient une autre exactement au même endroit, juste au moment où les habitants arrivent sur place pour rechercher les morts et les blessés. Les résultats sont terrifiants. « Les roquettes éventrent les gens. Les routes sont recouvertes de morceaux de corps, » a-t-il déclaré.

    Pour Mahmoud, la décision de la Russie et de la Chine d’opposer leur veto à une récente résolution appelant au départ d’Assad est impardonnable. « Ils ont donné à Assad la permission de nous détruire et de nous faire dégager de Homs, » a-t-il déclaré.

    « Nous avons besoin des Nations Unies. Nous avons besoin de la Ligue Arabe. Nous sommes des êtres humains – pas des animaux… Nous avons besoin qu’une foce nous protège. Nous voulons une invasion de la Syrie. Nous avons besoin de quiconque pouvant sauver nos vies – même Israël. »

    Et il a eu une sévère mise en garde pour la Russie, dont l’opposition à l’action des Nations Unies est en partie motivée par le désir de maintenir son alliance stratégique avec Damas datant de l’ère soviétique.

    «A la fin, Assad partira, que ça soit aujourd’hui, demain ou dans un an. Nous serons toujours là, en Syrie. Après son départ, la Russie et la Chine n’auront jamais aucun échange avec nous. Ils paieront pour cela. »

    Mercredi 8 février 2012
    par Alastair Beach, Justin Vela .Traduit de l’anglais par Souria Houria

    1 COMMENT

    1. Moi aussi j’ai mal….pour les soldats israeliens que les Syriens coupaient en morceau en tant de guerre.
      La barbarie est due aux barbares

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here