Bluff? L’Iran dit accepter de démanteler Fordo.

0
15

Rouhani pourrait offrir de fermer Fordo, si l’Occident allège ses sanctions, rapporte Der Spiegel, en se basant sur des sources des renseignements. Israël doit encore répondre à cette manoeuvre. Dans une nouvelle proposition, apparemment spectaculaire, l’Iran se déclare prêt à fermer son installation d’enrichissement d’uranium de Fordo, en échange d’un assouplissement des sanctions internationales, a révélé le magazine allemand d’actualités, Der Spiegel.

La volonté déclarée de l’Iran de parvenir à un compromis, qui soulagerait son économie, survient à la suite de l’accord américano-russe visant à détruire l’arsenal d’armes chimiques syriennes, signé après la menace américaine d’action militaire contre le régime du Président Bachar al Assad.

Le bureau du Premier Ministre Binyamin Netanyahu s’est abstenu de commenter la teneur de ces informations, mais il est probable qu’il rejette un semblant d’ouverture iranienne, comme relevant d’un nouveau stratagème visant à tromper l’Occident et à gagner du temps, tout en continuant de progresser vers l’acquisition de la bombe. A cet effet, Binyamin Netanyahou se rendra, à la fin du mois, à Washington Article original, pour tenter de convaincre Obaa et l’Assemblée Générale de l’ONU qu’il est, désormais, temps de stopper définitivement les ambitions nucléaires de l’Iran, par une double-contrainte, économique et militaire.

Les exigences d’Israël, depuis longtemps, sont que l’Iran arrête définitivement toute activité d’enrichissement et que tout matériel d’enrichissement nucléaire disparaisse de son territoire, autant qu’il procède à la fermeture de Fordo et stoppe sa production d’uranium.

“Nous sommes déterminés à insister sur ces points, qui devraient être la base des exigences de la communauté internationale », avait déclaré Netanyahu en juillet. « 1- stopper tout enrichissement. 2- supprimer tout matériel d’enrichissement. 3- fermer l’installation nucléaire illégale de Fordo, à Qom. Nous pensons qu’actuellement, plus que jamais, à la lumière des progrès réalisés par l’Iran, il est important d’intensifier les sanctions économiques et de mettre l’Iran face à une option militaire crédible ».

Il est prévu que le Ministre des affaires étrangères iranien, Javad Zarif rencontre la représentante de la politique étrangère de l’Union Européenne, Catherine Ashton, dimanche prochain, à New York. Entrevue où il expliquera, avec plus de détails, le projet de Téhéran, selon le Der Spiegel. Le geste de Rouhani auquel on s’attend, désormais, mettrait en route un processus de négociations qui culminerait par la reprise des relations diplomatiques entre l’Iran et les Etats-Unis, écrit le magazine.

Cette volonté apparente de trouver un compromis, de la part du nouveau Président iranien découle, très probablement, de la situation économique catastrophique de l’Iran. D’après des sources des renseignements, Erich Follath, de Der Spiegel écrit que l’Iran ne pourra éviter la faillite qu’à condition d’un allègement des sanctions internationales et du retour de flux d’argent frais dans le pays.

Cependant, explique aussi Follath, une possibilité d’accord avec l’Iran pourrait s’avérer particulièrement délicate, puisqu’il reste peu évident de savoir qui et comment on superviserait le démantèlement de Fordo et si les 185 kgs d’uranium déjà enrichis, en possession de Téhéran, feraient aussi l’objet d’un contrôle international. Il reste aussi à voir ce que sont les intentions de l’Iran, s’agissant de son réacteur d’Arak qu’on suppose enrichir du plutonium Article original, susceptible d’être converti en arme nucléaire, dès 2014. Follath écrit : « Les Iraniens, les amis et ennemis de l’Iran sont d’accord sur ce point, sont passés maîtres dans l’art des manœuvres purement tactiques ».

Fordo, un site fortifié souterrain, creusé au cœur d’une montagne au sud de la capitale iranienne, s’est construit en secret et son existence n’a été révélé par les renseignements occidentaux qu’en 2009. Actuellement, les scientifiques iraniens y enrichissent de l’uranium en utilisant 696 centrifugeuses.


Le Président Hasan Rouhani s’exprimant devant le parlement à Tehran, Iran, le 15 Août 2013. (photo credit: AP/Ebrahim Noroozi/File)

A la suite de l’accord Lavrov-Kerry sur la Syrie, Obama a fait part d’un échange de lettres avec Rouhani. « Si vous disposez d’une menace crédible d’utiliser la force, combinée à un effort diplomatique rigoureux, déclarait le Président américain, il vous est possible de déboucher sur un accord ».

Netanyahu a fait écho, dimanche, à ces déclarations américaines, à la suite d’une réunion avec le Secrétaire d’Etat américain John Kerry, à Jérusalem.

Le Monde doit s’assurer que les régimes totalitaires ne possèdent plus d’armes de destruction massive, parce que, comme nous l’avons encore constaté en Syrie, si les états-voyous disposent d’armes de destruction de masse, ils finissent toujours par les utiliser », a déclaré Netanyahou. « La détermination dont saura faire preuve la Communauté Internationale, en ce qui concerne la Syrie, aura un impact direct sur le patron de la Syrie, l’Iran. L’Iran doit comprendre ce que seront les conséquences de sa défiance permanente envers la communauté internationale, dans sa poursuite de l’acquisition d’armes nucléaires… Pour que la diplomatie ait la moindre chance de fonctionner, elle doit être conjuguée avec une menace militaire crédible ».

Le Ministre israélien des renseignements et des affaires stratégiques, Yuval Steinitz a prédit, en août, que Rouhani tenterait de courtiser l’Occident par des offres de suspension de l’enrichissement d’uranium, en échange d’une réduction des sanctions.

“Il viendra, avec de bonnes paroles, vers l’Occident, tout comme il l’a déjà fait, en 2003 quand Rouhani était le chef de la délégation iranienne, au cours des mêmes négociations, qui n’ont rien donné, jusqu’à présent”>Article original : « Signons un accord intérimaire. Je vous ferai quelques concessions… et vous me ferez d’autres facilités en retour », avait déclaré Steinitz au Times of Israel Article original. « Mais, au bout du compte, Rouhani exigera une réciprocité, des avantages… Il est extrêmement important de ne pas lui offrir sur un plateau une trop grande marge de manœuvre ».


Par RAPHAEL AHREN 16 septembre 2013, 11:24 pm

L’équipe de la rédaction de Times of Israel a contribué à ce reportage.

timesofisrael.com Article original

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here